Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2012

La plus grande verrière d'Europe est en Normandie

Dans la série des « plus » normands, savez-vous que c’est à l'intérieur d' une église de notre belle région qu’on peut admirer le plus grand vitrail d’Europe ? Construite en 1956 pour remplacer l’ancienne église du XVIIIe détruite par les bombardements allemands de 1940, l’église Saint-Pierre d’Yvetôt, en Seine-Maritime, est l’œuvre de trois architectes, Pierre Chirol, Robert Flavigny et Yves Marchand.

eglise yvetot.jpg

 

Elle présente trois particularités. La première est sa forme, toute ronde, de 40 mètres de diamètre sur 20 mètres de hauteur. La seconde, sa couleur, elle est tout de rose vêtue. Pour découvrir la troisième, il faut pénétrer dans ce lieu saint. Là, bien à l’abri sous la coupole conique en béton armé reposant sur 24 piliers et recouverte de plaques de cuivre, se trouve la plus grande verrière d’Europe : 1 046 m2 de vitraux contemporains, œuvre du maître-verrier Maurice Max Ingrand (1908-1969) !   

Yvetot 4.jpg

Irradiant de lumière ce lieu saint, le mur de verre, circulaire et très coloré, est composé de pièces de 10 mètres de hauteur, assemblées minutieusement pour se rejoindre au centre, au-dessus de l’autel. La fresque relate de façon figurative la vie des saints normands dont Saint Valéry, Saint-Saëns, Saint Ouen, Saint Philibert, Saint Wandrille, Saint-Romain, Jeanne d’Arc en armure et, bien sût, Saint Pierre, le patron de la paroisse.  

Christ en croix.jpg

L’église Saint-Pierre d’Yvetôt a fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 8 octobre 2001.

 

 

Biblio. « Normandie – 500 coups de cœur » de M. Le Goaziou et M-C. Colignon – Ed. Ouest-France 2011

 

21/10/2012

Le Havre, la Bretagne en Normandie

La ville du Havre, le saviez-vous, est le 3ème ville d’émigration bretonne dans le monde, juste après Paris et New York. 

LE HAVRE 1.jpg

Quartier Saint-François du Havre conçu au XVIe siècle par l'architecte italier J. Bellarmato

Sur près de 260 000 habitants que compte aujourd’hui l’agglomération havraise,  40%, soit un peu plus de 100 000 havrais, seraient originaire de Bretagne !

En 1901, un premier recensement faisait ressortir que 30 000 havrais portaient un nom breton. Plus tard, entre les deux guerres, l’estimation du nombre de havrais d’origine bretonne atteint 30%.

Gens de mer, nos voisins Bretons arrivent dans la ville normande au XVIe siècle. Ouvriers, marins, petits commerçants à la recherche de travail vont investir le port et s’emparer des activités qu’il offre. Ces exilés se concentrent principalement dans deux quartiers de la ville, celui de l’Eure et surtout celui de Saint-François. 

LE HAVRE 2.jpg

A cette époque, l’habitat qui leur est offert n’est constitué que de petites maisons insalubres, dans lesquelles ils vont entasser leur famille. Pauvres, employés aux tâches les plus dures et les plus ingrates,  leur intégration, bien que facilitée par la religion, va être difficile. Ils vont cependant y arriver et transformer leur environnement de sorte que, trois siècles plus tard, au début du XIXe siècle, le voyageur égaré dans leurs rues aurait pu jurer se trouver dans un village breton ! Car partout on s’y exprime en breton, les femmes arborent la coiffe traditionnelle et sur les étals, on trouve nombre de produits du terroir armoricain. A l’église, les prêches, en breton, sont assurés par des hommes d’église venus tout droit des Côtes-du-Nord ou du Morbihan. Les cafés, à l’enseigne des gars de Tréguier ou de Lannion, servent de lieux de rencontre et de réunions. Et c’est dans  l’ambiance du pays que sont accueillis les jeunes compatriotes venus chercher du travail sur terre ou en mer. 

LE HAVRE 3.jpg

Aujourd’hui, s’il n’y a plus de sermons en langue bretonne dans les églises de la Porte Océane, la culture bretonne y est toujours très présente D’ailleurs, la nouvelle paroisse de la cathédrale s’appelle « Saint-Yves de la mer ». Tout un programme !  

Biblio. Merci aux nombreuses pages et articles publiés sur la toile et notamment sur Wikipédia.

30/09/2012

Les falaises les plus hautes d'Europe sont en Normandie

Savez que notre belle région possède les plus hautes falaises d’Europe et que celles-ci se situent en Seine-Maritime, très exactement à Criel, à environ 7 km du Tréport ?  

Criel 3.jpg

Ces falaises blanches, dominant la Manche, sont recouvertes d’une épaisse couverture d’herbe verte, à peine entrecoupées par de courtes « valleuses », petites brèche donnant accès à la mer.

En haut, à 106 mètres de hauteur, sur le mont Joli-Bois, un paysage à 360° à couper le souffle s’offre aux promeneurs désireux d’en prendre plein la vue et de s’oxygéner les poumons !   

Criel 2.jpg

A la Belle Epoque, d’immenses belles villas vont y fleurir. Elles seront détruites pour la plupart lors des bombardements la Seconde Guerre mondiale. Il n’a pas été possible malheureusement de les reconstruire en raison de l’érosion qui grignote ce patrimoine exceptionnel de plus d’un mètre chaque année ! 

 

Criel 1.jpg

Au pied de ces falaises d’une hauteur exceptionnelle, à l’embouchure de la Yères, petit fleuve côtier qui prend sa source dans la basse forêt d’Eu, c’est là qu’est né à l’époque Celtique le premier village de pêcheurs de Criel distant du bord de mer de 2 km. Au fil du temps, ce village s’est progressivement transformé,  pour devenir, au moment de la mode des bains de mer et de l’arrivée du chemin de fer, une magnifique station balnéaire.

Car les belles plages de galets de Criel-Plage et de Mesnil-Val, qui font partie des plus proches de Paris, ont attiré nombre de citadins.

Les galets ont aussi longtemps été une source importante de revenus pour les crielois. Entre 1950 et 1970, ils étaient exploités de façon industrielle notamment pour l’industrie pharmaceutique.

 

Aujourd’hui, si la station balnéaire attire toujours autant de touriste, le lieu est devenu le rendez-vous incontournable des randonneurs désireux de découvrir cette partie sauvage de la Côte d’Albâtre, l’endroit où le pays de Caux tombe brutalement à pic dans les eaux…

 

 

Biblio. « Normandie – 500 coups de cœur » M. Le Goaziou et M-C. Colignon – Ed. Ouest-France -2011.

Photographies : merci aux sites http://cartes.anciennes.de.criel.over-blog.com et http://www.normandie-zoom.com/blog/