Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2012

Les falaises les plus hautes d'Europe sont en Normandie

Savez que notre belle région possède les plus hautes falaises d’Europe et que celles-ci se situent en Seine-Maritime, très exactement à Criel, à environ 7 km du Tréport ?  

Criel 3.jpg

Ces falaises blanches, dominant la Manche, sont recouvertes d’une épaisse couverture d’herbe verte, à peine entrecoupées par de courtes « valleuses », petites brèche donnant accès à la mer.

En haut, à 106 mètres de hauteur, sur le mont Joli-Bois, un paysage à 360° à couper le souffle s’offre aux promeneurs désireux d’en prendre plein la vue et de s’oxygéner les poumons !   

Criel 2.jpg

A la Belle Epoque, d’immenses belles villas vont y fleurir. Elles seront détruites pour la plupart lors des bombardements la Seconde Guerre mondiale. Il n’a pas été possible malheureusement de les reconstruire en raison de l’érosion qui grignote ce patrimoine exceptionnel de plus d’un mètre chaque année ! 

 

Criel 1.jpg

Au pied de ces falaises d’une hauteur exceptionnelle, à l’embouchure de la Yères, petit fleuve côtier qui prend sa source dans la basse forêt d’Eu, c’est là qu’est né à l’époque Celtique le premier village de pêcheurs de Criel distant du bord de mer de 2 km. Au fil du temps, ce village s’est progressivement transformé,  pour devenir, au moment de la mode des bains de mer et de l’arrivée du chemin de fer, une magnifique station balnéaire.

Car les belles plages de galets de Criel-Plage et de Mesnil-Val, qui font partie des plus proches de Paris, ont attiré nombre de citadins.

Les galets ont aussi longtemps été une source importante de revenus pour les crielois. Entre 1950 et 1970, ils étaient exploités de façon industrielle notamment pour l’industrie pharmaceutique.

 

Aujourd’hui, si la station balnéaire attire toujours autant de touriste, le lieu est devenu le rendez-vous incontournable des randonneurs désireux de découvrir cette partie sauvage de la Côte d’Albâtre, l’endroit où le pays de Caux tombe brutalement à pic dans les eaux…

 

 

Biblio. « Normandie – 500 coups de cœur » M. Le Goaziou et M-C. Colignon – Ed. Ouest-France -2011.

Photographies : merci aux sites http://cartes.anciennes.de.criel.over-blog.com et http://www.normandie-zoom.com/blog/

 

 

 

16/09/2012

L'exploit d'Elisa

C’est une belle journée pour les rouennais que celle de ce 15 août 1817 ! Le magnifique jardin des plantes de la ville est en effervescence ! Que de monde dans ses allées fleuries ! Tous sont venus attirés par une aventure à peine croyable ! Sous leurs yeux ébahis, celle qui pendra plus tard elle-même le titre d’ « aéroporiste », la toute jeune Elisa Garnerin, vient d’atterrir, au milieu des fleurs, saine et sauve, après s’être jetée dans le vide de la nacelle de son ballon !  

E GARNERIN jpg.jpg

Portrait d’Elisa Garnerin daté de 1845

 

L’exploit que vient de réaliser la propre nièce de Jacques Garnerin (1769-1823), l’inventeur du parachute, la jeune fille l’a déjà accompli deux ans plus tôt, le 27 septembre 1815, à Paris, devant le Roi de Prusse Frédéric Guillaume III en personne ! Ce jour-là, elle coupa à 800 toises, soit 3 800 mètres de hauteur, la corde qui la reliait à son ballon. 

E GARNERIN 3 JPG.jpg

Le Journal des Dames de l’époque rapporte l’exploit dans ces termes : « Toutes les fois que Mademoiselle Elisa Garnerin monte dans son ballon, il y a foule de personnes qui paraissent en grande émotion. « Ah ciel, s’écrie t’on de toutes parts, quel voyage ! Peut-on se fier à si frêle équipage ? Si les cordes allaient rompre ? Si le parachute allait ne pas s’ouvrir ? On frémit rien que d’y penser…  Quand l’intrépide coupe la corde qui retient son parachute au ballon et se lance dans le vide, la foule lance un cri d’effroi. Et, lorsqu’elle touche terre, c’est un cri de triomphe. On l’applaudit, on l’entoure, on veut voir son visage, c’est une femme extraordinaire ! »

Même le Roi Louis XVIII, auquel elle a été présentée,  a eu pour elle des «  paroles obligeantes ». 

E GARNERIN 2 JPG.jpg

Entre 1815 et 1836, date de la fin de sa carrière, elle va accomplir 39 descentes (on ne parle pas encore de sauts à cette époque). Elle devient la première femme parachutiste professionnelle, s’amusant à multiplier les audaces et les prises de risque pour le plus grand bonheur de son public. Elle mourut à Paris en avril 1853.

 

Le premier saut en parachute à partir d’un avion en vol aura lieu le 1er mars 1913 à Saint-Louis dans l’Etat du Missouri aux USA.

 

Si vous vous promenez dans les allées du magnifique Jardin des Plantes de notre bonne ville de Rouen, arrêtez-vous devant l’Orangerie. Sur le mur de façade, une plaque souvenir a été apposée rappelant aux visiteurs d’aujourd’hui l’exploit d’Elisa.

 

Biblio ; « Histoire des idées aéronautiques avant Montgolfier » de J. Duhem.

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

29/08/2012

Le trésor écologique de la Vallée de la Durdent

La Durdent est un petit fleuve côtier haut-normand qui prend sa source près de Héricourt-en-Caux et se jette dans la Manche au niveau de Veulettes-sur-Mer (Seine-Maritime). Long de 24 km, son cours pentu et son débit régulier a attiré nombre de moulins (il en reste encore 52 !) qui longtemps ont produit l’énergie nécessaire aux filatures, minoteries, tanneries ou autres fabriques d’huile ou d’encre venues s’installer au XIXe siècle dans cette vallée  active au commerce florissant.  

Vieux moulin sur la Durdent - Héricourt en Caux.jpg

                                   Vieux moulin sur la Durdent - Héricourt-en-Caux (Seine-Maritime)

 

Mais savez-vous, qu’outre les roues de ces moulins dont certains datent du XVIe siècle, cette vallée présente un autre intérêt, cette fois sur le plan écologique ?

Elle abrite de nombreuses espèces de chauves-souris comme la très rare barbastelle, le grand et le petit rhinolophe ou le grand murin, toutes très menacées dans l’ouest de la France. Quant aux oreillards roux et aux vespertilions de Daubenton, ils y abondent. 

RHINOLOPHES.jpg

Couple de Rhinolophes

 

On dénombre 1200 espèces de chauves-souris dans le monde, 34 espèces en France dont 21 chez nous, en Normandie !  

 

Diverses têtes de Chiroptères.jpg

 

Longtemps persécutées à cause de leurs prétendus maléfices, toutes les espèces de chauves-souris présentes en France sont aujourd’hui protégées et ce depuis 1981.Véritable richesse naturelle, chacune d’elle consomme en moyenne en une nuit la moitié de son poids en insectes soit environ 3000 moustiques : le plus naturel des insecticides en somme !

 

Biblio : Normandie – 500 coups de cœur  de M. Le Goaziou et M-C. Colignon – Ed. Ouest-France 2011

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.