Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2014

L’empreinte Viking dans la toponymie normande

Les Vikings ont laissé bien des traces dans la toponymie normande. Ainsi « bec », qui vient du norrois « bekkr » et qui signifie « ruisseau », se retrouve dans nombre de villages normands, tous traversés par une rivière. C’est le cas de Bricquebec, cette cité située dans le département de la Manche, au centre de la péninsule du Cotentin où "bec" est précédé de « brekka » signifiant  « pente ». A Bricquebec, coule l’Aizy, un affluent de la Scye, qui traverse la ville du nord vers le sud.

 topon. 1.jpg

De même, la « perle du Val de Seine »,  Caudebec, ville seinomarine du Pays de Caux, que l’on peut traduire par « Kaldr bekkr », littéralement « froid ruisseau ». C'est peut être l’ancien nom de la rivière Sainte-Gertrude qui la traverse ! Quant à la typique commune euroise du Bec-Hellouin, avec ses jolies maisons à colombages, qui est traversée par le Bec, elle doit son nom au bienheureux Herluin, fondateur de l’abbaye du lieu. N’oublions pas non plus Bolbec près du Havre ! La rivière qui traverse la ville, la Bolbec, lui a donné son nom dont la première syllabe a été formée avec le nom d’homme norrois « bolli » 

topon 2.jpg

La forêt de La Londe

De même, en norrois, « bois » se disait « lundr » que l’on retrouve dans le nom des villes de La Londe près d’Elbeuf et dans celle d’Yquelon dans le département de la Manche.

D’autres localités normandes se terminent par « tot », issu du norrois « toft » qui  signifiait « terre, terrain, ferme ». Ainsi, Yvetôt est la « terre d’Ivar », nom d’un chef lors des invasions normandes.

topon 3.jpg

Honfleur

Quant aux noms se terminant en « –fleur », comme Honfleur, Barfleur, Harfleur, ils seraient issus du norrois « floo » signifiant « flux, marée, flot ».

Biblio. "Normandie, secrets de Normands » de  R. Grimaud – Ed. Prat 2012 - Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

08/12/2013

Basket ball en Normandie

Malgré un premier match disputé à Paris en avril 1898, suivi de quelques articles dans la presse nationale, on peut dire que, jusqu’aux années 20, la Basket-ball est resté un sport confidentiel en France.

Pourtant, imaginé en 1891 par un pasteur canadien installé à aux Etats-Unis, le basket-ball est aujourd’hui, avec le football,  l'un des sports les plus pratiqués de la planète ! 

basket ball,e a c basket,deauville

Illustration de l'article "La vie au grand air" en 1898

Mais saviez-vous que c’est la Normandie va qui va fournir à ce sport son premier champion national ?

Il faut dire que, durant la guerre de 1914-1918, la station balnéaire normande de Deauville, à l’époque 2ème ville du département du Calvados, abrite, sur le Mont Canisy, un immense camp militaire anglo-américain où plusieurs milliers d’hommes venus du front sont soignés ou en convalescence.  

DEAUVILLE.JPG

Blessés du front soignés au Grand-Hôtel de Deauville

 

Cet hôpital militaire complémentaire s’ajoute à une liste déjà longue de lieux réquisitionnés pour accueillir les blessés comme le Royal Hôtel et même le Casino de la ville. Dans le centre de rééducation et d’instruction physique (CRIP) qui a été mis en place, les moniteurs sportifs font pratiquer aux patients ce tout nouveau sport. Ce sont eux qui vont être les véritables propagandistes de ce sport dans notre belle province en multipliant les présentations officielles lors de concours d’éducation physique, comme en ce jour du 25 mai 1919 au stade des bruyères de Rouen. 

La paix revenue, comme beaucoup d’autres clubs, l’Evreux Athlétic Club, né en 1909, reprend ses activités et crée sa première équipe de basket.

En 1920, on joue au Basket-ball non seulement à Evreux, mais aussi à Bernay, à Caen, à Rouen, au Havre… Et les féminines ne sont pas en reste. Elles disputent à Rouen, en avril de cette année là, ce qui restera comme le premier match en public ! L’équipe  Normandia Sports va l’emporter, battant l’équipe de l’Ecole du Haut Enseignement Commercial de Paris.  

BASKET.JPG

« Le Club Normandia de  Rouen »

 

Mais revenons à l’Evreux Athlétic Club. Le 1er janvier 1922, les quatre meilleures équipes de France s’affrontent : le Stade Français, champion de Paris, le Gallia Club de Soissons, champion de Picardie, l’Ecole Normale d’Arras, champion du Nord et l’Evreux Athlétic Club, champion de Basse-Normandie.

 

                                                                logo eac.jpg

 

Notre club normand va battre en demi-finale le Stade français, puis en finale, le Gallia Club de Soissons et ainsi prendre le premier titre de champion de France !

A noter que l’Evreux Athlétic Club de Basket  a fêté son centenaire en Juin 2010.

 

Biblio. « Les normands pionniers du sport » de M ;lecureur – Ed. Des Falaises – 2007

« Deauville – Chronique d’une ville » de J. Pessis – Ed.Chronique 2005

20/11/2013

Napoléonbourg en Normandie, vous connaissez ?

A Cherbourg, au centre de la place qui porte son nom, se dresse, sur un socle de pierre, la statue équestre de Napoléon Ier (1769-1821), conçue par Armand Le Véel (1821-1905). L’Empereur est représenté à cheval, coiffé de son bicorne, le bras droit pointé vers la mer, la main désignant le port militaire, « La main qui fonde, et non celle qui menace ». Elle [rappelle aux Cherbourgeois le sacré coup de pouce qu’il a donné à l’avenir de leur ville par sa volonté d’ordonner, le 15 avril 1803, la construction d’un port militaire pour lutter contre les Anglais.

 

Cherbourg0.jpg

 

  « Il sera construit dans la rade de Cherbourg un avant-port et un port capables de contenir douze vaisseaux de guerre avec un nombre proportionné de frégates et trois formes de construction

 

C’est après une première visite en mai 1811, que l’Empereur décide de faire de Cherbourg un des ports militaires principaux, visant l’invasion du Royaume-Uni, mais pas seulement. Il fera de la ville, au détriment de celle de Valognes qui était sous l’Ancien régime la principale ville de la péninsule et la sous-préfecture de la Manche, une préfecture maritime, le chef-lieu d’arrondissement du département de la Manche et le siège d’un tribunal de première instance. Il décrètera l’édification d’un nouvel hôpital de 300 lits, construit à partir de 1859 sur le territoire tourlavillais annexé.

En remerciement, les élus cherbourgeois décideront de rebaptiser la ville Napoléonbourg. Mais le décret ne sera finalement pas signé…

 

Il faut savoir que la ville normande, située à l’extrémité nord du Cotentin, est protégée par la rade artificielle la plus grande au monde, entre la Hague et le Val de Saire. Port de pêche gaulois, devenu place forte à la pointe du Cotentin à partir des Romains, la ville, disputée entre Anglais et Français, sera est un enjeu stratégique de la guerre de Cent Ans.  

Cherbourg.jpg

 Cherbourg au XVIIe siècle

C’est en 1802, alors qu’il est Premier Consul que Bonaparte décide de la reprise des travaux de la digue, selon la méthode de La Bretonnière, en aménageant la partie centrale pour recevoir des canons.

CHERBOURG 1.jpg

Par décret du 25 germinal an XI (1803), il charge l’ingénieur Cachin du creusement de l’avant-port militaire, qu’il qualifiera de lac de Moeris.  Le 27 août 1813,  embourbé dans ses batailles en Europe de l'Est, Napoléon ne l'inaugurera pas mais laissera ce soin à l'impératrice Marie-Louise (1791-1847).

 Biblio. "Normandie-Secrets de Normands" de R. Grimaud - Ed. Prat 2012.