Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2012

Anthoine Legendre, Prince des jardiniers

Anthoine Legendre : ce qu’on sait de ce normand doit beaucoup à la légende. Né dans la jolie paroisse du Vaudreuil dans le département de l’Eure vers l’an 1591, il serait pour les uns rien moins que le demi-frère du roi Louis XIII, c’est-à-dire un fils illégitime de son père le roi Henri IV, et pour les autres, le descendant d’un grand seigneur présent dans notre belle province lors de la bataille d’Ivry.

Quoi qu’il en soit, il n’a pas vingt ans quand, à la Cour du Roi de France, il devient concepteur, organisateur et contrôleur des jardins fruitiers de sa Majesté. Le Roi Louis XIII lui accorde à ce titre un terrain d’environ 5 hectares pris sur la forêt de Roumare, alors domaine royal.  

legendre 2.JPG

 Extrait du registre paroissial d'Hénouville de l'année 1622

Pourquoi, dans ces conditions, subitement en 1622, quitte-t-il cette charge prestigieuse pour se retirer à Hénouville, petite paroisse de Seine-Maritime en qualité de simple curé ? On raconte qu’une intrigue à la cour, un duel voire un secret d’alcôve l’aurait obligé à « se faire oublier »… Les recherches d’explication, y compris dans les registres de l’Archevêché, sont restes vaines…  et le mystère entier !

Durant son exil, qui va tout de même durer 43 longues années, entre les baptêmes, mariages et inhumations,  pour s’occuper, notre abbé normand va rédiger un traité intitulé « La manière de cultiver les arbres fruitiers » qui va faire référence. En effet, dans cet ouvrage publié en 1652 à Paris, l’homme de foi s’emploie à décrire de façon simple et claire la manière de cultiver les arbres fruitiers en espalier. Il y recommande comme essentielles les opérations du pincement et y traite également de l’ébourgeonnement, de la torsion et du palissage. Il y explique encore le plantage, la multiplication, la culture en pépinière, la préparation du sol, le choix des variétés destinées à recevoir la greffe... et met en vogue la greffe des  poiriers sur des cognassiers.    

ill01mini.jpg

L’abbé jardinier décède le 12 avril 1665 (acte d'inhumation ci-dessous) dans sa paroisse d’Hénouville qu’il a administrée jusqu’en 1659. Son nom a été donné à l’un des carrés de l’ancien potager du roi, devenu par la suite l’Ecole nationale supérieure d’horticulture de Versailles. 

legendre 1.JPG

Biblio. « L’œuvre de l’abbé Legendre, curé d’Hénouville » d’A. Serander paru dans Hénouville Contact, janvier 1999. Merci aux sites www.arehn.asso.fr et aux pages Wikipédia sur le sujet.

 

04/07/2012

Merry Delabost : l'hygiène en prison

Son nom ne vous dit sûrement rien ! Même si j’ajoute qu’il est normand et que son invention, en 1872, fait partie de celles qui ont bouleversé notre vie quotidienne ! Qu’une rue de notre bonne ville de Rouen porte aujourd’hui son nom ! Non, vraiment, son nom ne vous dit rien, et pourtant…

Le docteur Merry Delabost est né à Saint-Saire, petite commune du canton de Neufchâtel-en-Bray, en Seine-Maritime, le 29 août 1836.   

MERRY DELABOST.jpg

François Merry Delabost (1836-1918)

 

Chirurgien de formation, il assure à l’Hôtel-Dieu de Rouen, dès 1878, la suppléance du Docteur Achille Flaubert (1813-1882), le frère aîné de Gustave.

Mais comme les missions qu’il exerce parallèlement au sein des prisons de Rouen lui tiennent particulièrement à cœur, il va, pour raison de santé, dès 1883, démissionner de son poste à l’Hôtel Dieu pour ne se consacrer qu’à celles-ci et ce jusqu’à sa retraite.  

Et c’est en cette qualité, Médecin-Chef des prisons de Rouen, qu’il va se faire connaître comme l’inventeur de la douche !

Bien sûr, la douche existait bien avant lui ! Pourtant, cette pratique antique qui tente de faire son entrée à la cour du roi Henri III (1551-1589) se heurte à la méfiance du corps médical à l’égard de l’eau, considérée alors comme facteur de propagation des maladies. Cette crainte va perdurer durant tout le XVIIe siècle où le bain, toujours exceptionnel, reste entouré de mille précautions. A l’eau, on préfère la toilette sèche et l’utilisation du parfum pour masquer les odeurs corporelles… A se laver, on préfère changer de linge… Ce que ne font malheureusement seulement que ceux qui en ont les moyens !

Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que les mentalités vont changer. Le bain devient une pratique de santé encouragée par les hygiénistes qui mettent pour cela en avant le rôle respiratoire de la peau.

A partir du siècle suivant, la France décide de soutenir politiquement le développement des  bains publics sur le territoire national et plus particulièrement celui des bains à prix réduits pour la classe ouvrière, la plus démunie en la matière. Rouen montre l’exemple en ouvrant dès 1849 un premier établissement de bains et lavoirs publics pour les hommes suivi, en 1850, d’un second réservé aux femmes. 3 autres établissements de bains chauds viendront ensuite compléter le dispositif.  

rouenbonnenouvelle440-88851.jpg

La prison Bonne-Nouvelle de Rouen

 

C’est dans ce contexte qu’intervient en 1872 l’initiative de notre normand Merry Delabost, médecin-chef de la prison Bonne-Nouvelle de Rouen. La maison d’arrêt de Rouen compte alors 900 détenus, déjà bien plus qu’elle ne peut en recevoir ! Tous vivent dans une grande promiscuité et sont d’une saleté repoussante. Les interventions hygiéniques du Docteur Delabost visent à faire de ce véritable mouroir une prison saine. Officiellement pour améliorer l’hygiène des détenus, officieusement aussi pour faire des économies d’eau, il propose et obtient de remplacer le bain en baignoire toujours exceptionnel, trop long et trop cher, par un système de douche collective avec des jets d’eau individuels. « Il ne s’agit point, dit-il, de procurer aux prisonniers une satisfaction de bien-être. La santé du détenu permet d’exiger de lui un travail dont le produit diminue d’autant les frais de l’emprisonnement. » En ajoutant que pour eux, la propreté est « une vertu presque inconnue et en tous cas une pratique désagréable. »  Aussi,  les contraindre à la propreté, c’est en quelque sorte les condamner à une peine supplémentaire !  

douche.jpg

Mis en place en 1873, puis reprise par d’autres établissements pénitentiaires comme par des casernes militaires, son invention va mettre du temps à parvenir au grand public. Le premier établissement public de bains-douches voit le jour à Vienne, en Autriche, en 1887. En France, Bordeaux inaugurera le sien en 1893 et Paris en 1899. Rouen devra attendre 1897. Le Docteur Delabost ironisait en expliquant que son procédé « n’est pas à la portée de tout le monde. Il faut avoir tué ou volé, ou du moins avoir brisé une lanterne de bec de gaz ! »

Le docteur Merry Delabost s’est éteint à Rouen le 11 mars 1918.

 

Biblio. « Le Docteur Merry Delabost, inventeur de la douche » - Dr Feltgen – Gpe Histoire des Hôpitaux de Rouen – www.chu-rouen.fr et « La douche, une invention d’un médecin des prisons, le docteur Merry delabost » - H. Dajon – http://criminocorpus.in2p3.fr

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

13/06/2012

Un normand à l'origine de la forêt des Landes de Gascogne !

C’est un normand et il est considéré comme le créateur de la forêt des Landes de Gascogne, ce massif forestier de près d’un million d’hectares, le plus grand d’Europe occidentale,  situé au sud-ouest de la  France.  

BREMONTIER 1.jpg

 Acte de baptême de Nicolas Thomas Brémontier

Surnommé « le bienfaiteur des départements maritimes de France », Nicolas Thomas Brémontier est né au Tronquay, un petit village du département de l’Eure, situé dans le canton de Lyons-la-Forêt, le 30 juillet 1738, année où  le Roi Louis XV, âgé de 60 ans, consacre son temps à la Comtesse du Barry qui a fait son entrée à la cour en tant que maîtresse officielle de sa majesté.

Les époux Brémontier, riches cultivateurs normands, envoie leur fils étudier à Paris à la toute nouvelle école royale des Ponts et Chaussées créée en 1747. Diplômé, notre normand exerce tout d’abord comme professeur de mathématiques à Toulon (Var), puis se retrouve à Périgueux et enfin à Bordeaux, en 1770 en qualité de sous-ingénieur.

BREMONTIER 2.jpg

 Portrait de Nicolas Brémontier (1738-1809)

A cette époque, la majeure partie du territoire des Landes n’est autre qu’une zone humide et insalubre exploitée par des éleveurs de moutons, des bergers landais, perchés sur leurs échasses. Le long du golfe de Gascogne, entre la Gironde et l’Adour, des « dunes blanches » de sable quartzeux,  disposées en plusieurs chaînes parallèles au rivage de la mer, couvrent entièrement l’espace, empiétant chaque jour un peu plus sur la terre ferme, menaçant les villages et ensablant les pâturages.

Très vite, Nicolas Brémontier est persuadé de la nécessité de fixer ces dunes. Reprenant dès 1778 une idée exploitée antérieurement par des seigneurs locaux, il démontre aisément qu’on peut arrêter la progression des sables mobiles et donc le phénomène d’envahissement, en fixant les dunes par des semis de pin maritime, seul arbre pouvant croître dans un tel milieu et qui d’ailleurs borde l’océan depuis l’Antiquité. Non seulement ses racines vont fixer et immobiliser  le sol, mais la transformation en un terreau fertile et solide des feuilles mortes va également contribuer à l’assainir !

Brémontier monte à Paris. Sans peine, il va convaincre le gouvernement du Roy et les gros investisseurs de la fiabilité de son projet car ces derniers savent que les dérivés de la résine vont jouer un rôle indispensable dans l’industrie naissante.

 BREMONTIER 3.jpg

Des travaux d’expérimentation sont lancés au printemps 1787. Malgré les perturbations liées à la Révolution Française, ils vont se poursuivre. En 1801, un arrêté signé par les Consuls de la République stipule qu’ « Il sera pris des mesures pour continuer de fixer et planter en bois les dunes des côtes de Gascogne en commençant par celles de La Teste de Buch, d’après les plans présentés par le citoyen Brémontier, ingénieur, et le préfet du département de la Gironde. »

La loi du 19 juin 1857 de Napoléon III (1808-1873),  sonnant le glas du système agro-pastoral,  ordonne le drainage et l’ensemencement de l’ensemble des terres marécageuses.

La fixation des dunes s’est achevée en 1876 après que 88 000 hectares aient été ensemencés. C'est ainsi que naquit la grande forêt des Landes que nous connaissons aujourd’hui.

Quant à Nicolas Brémontier, nommé inspecteur général des Ponts et Chaussées en 1802, il rejoindra Paris où il décèdera le 16 août 1809à l'âge de 71 ans. 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.