Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2013

Une dictée imprégnée de Normandie !

S’il n’est pas né en Normandie mais à Paris, Prosper Mérimée est issu d’une famille de normands. Son père, Léonor (1757-1836) est né à Broglie (Eure). Sa mère, Anne Louise Moreau (1774-1852), bien qu’ayant vu le jour dans le département de l’Yonne, avait également des racines normandes.  

Prosper Mérimée.jpg

Prosper Mérimée (1803-1870)

 

Après des études au Lycée Napoléon, futur Lycée Henri IV, le jeune Prosper poursuit des études de droit, marchant ainsi dans les pas de son grand-père paternel François Mérimée, éminent avocat du Parlement de Rouen. Après l’obtention de sa licence en 1823, il se consacre à la littérature et publie sa première œuvre deux ans plus tard. Elle sera suivie de beaucoup d’autres dont Colomba en 1840 et Carmen en 1845 qui inspirera à Georges Bizet son célèbre opéra. On doit aussi à Prosper Mérimée d’avoir initier le recensement sur le territoire français des ensembles architecturaux remarquables, annonçant, avec un siècle d’avance, celui lancé par André Malraux. 

Ste-Adresse Monet.jpg

 

Terrasse à Sainte-Adresse - Claude Monet -1867

 

Et bien entendu, il y a LA dictée ! La dictée de Mérimée. Il était académicien en 1857 quand, afin de divertir la Cour de Napoléon III (1808-1873), à la demande de l’Impératrice Eugénie (1853-1870), il l’a écrite et dictée. Et bien entendu, elle raconte un épisode normand…

« Pour parler sans ambiguïté, ce dîner à Sainte-Adresse, près du Havre, malgré les effluves embaumés de la mer, malgré les vins de très bons crus, les cuisseaux de veau et les cuissots de chevreuil prodigués par l’amphitryon, fut un vrai guêpier. Quelles que soient, et quelque exiguës qu’aient pu paraître, à côté de la somme due, les arrhes qu’étaient censés avoir données la douairière et le marguillier, il était infâme d’en vouloir pour cela à ces fusiliers jumeaux et mal bâtis, et de leur infliger une raclée, alors qu’ils ne songeaient qu’à prendre des rafraîchissements avec leurs coreligionnaires. Quoi qu’il en soit, c’est bien à tort que la douairière, par un contresens exorbitant, s’est laissé entraîner à prendre un râteau et qu’elle s’est crue obligée de frapper l’exigeant marguillier sur son omoplate vieillie. Deux alvéoles furent brisés ; une dysenterie se déclara suivie d’une phtisie, et l’imbécillité du malheureux s’accrut. — Par saint Martin ! Quelle hémorragie ! s’écria ce bélître. À cet événement, saisissant son goupillon, ridicule excédent de bagage, il la poursuivit dans l’église tout entière. »

Famille Impériale.jpg

Napoléon III, l'Impératrice Eugénie et le Prince Impérial vers 1865

L’empereur aurait fait 75 fautes, l’impératrice, de naissance espagnole, 62, Alexandre Dumas fils 24, Octave Feuillet 19 et l’ambassadeur d’Autriche Metternich fils, seulement 3 !

 Biblio. Merci aux nombreuses pages sur le sujet et notamment celles de Wikipédia. 

 

24/10/2012

Un normand, premier maire de Montmartre

Saviez-vous que le premier maire de la commune de Montmartre était un normand ? Il s’agit de Félix Desportes, né à Rouen le 5 août 1763, où son père est un riche épicier. Après des études de droit à Paris, ce fils de bourgeois épouse dans sa ville natale, en l’église Saint-Gervais, le 5 mai 1788, une riche et très belle héritière, Victoire Berryer (1772-1857).   

DESPORTES 1.jpg

Photographie ancienne d'une miniature de la fin du XVIIIe siècle

Sitôt mariés, les jeunes époux s’installent dans le petit village de Montmartre situé au nord de Paris et qui, du haut de ses 130,53 mètres d’altitude constitue le point culminant de la capitale.

C’est le 29 mars 1790, à 27 ans, que Félix Desportes est élu Maire de la toute nouvelle commune de Montmartre. La mairie est installée tout près de son domicile, au premier étage de l’ancien presbytère, situé au n° 3 de la Place du Tertre. Le village ne compte alors que 400 âmes. C’est là son premier pas dans la vie politique. Le normand va assurer son mandat municipal pendant deux ans.  

carte-montmartre-tertre-mairie.jpg

Soutenant la révolution, amateur de répliques fortes et d’actes symboliques, c’est au cours de son mandant qu’il fait de sa commune la marraine de sa fille Flore Pierrette Montmartre née le 3 mai 1791.  

Menant grande vie, critiqué par les révolutionnaires notamment pour la particule qu’il ajoute à son nom, se faisant appeler « Desportes de Blinval », il est victime de la Terreur et incarcéré en 1794. Il échappera de peu à la guillotine.

Poursuivant sa carrière de diplomate, il traverse allégrement les régimes successifs en servant les pouvoirs en place. Chevalier de la Légion d’honneur 25 prairial an XII, il est nommé Baron de l’Empire par lettres patentes du 28 janvier 1809. Il sera destitué le 12 mars 1813, victime de calomnies jamais prouvées.

Envoyé à Genève par le Directoire, il va jouer un rôle décisif dans la « réunion » de ce territoire à la République française.  

DESPORTES 3.jpg

Sanctionné pour sa fidélité à Napoléon, arrêté le 1er août 1816, contraint à l’exil, il finit par renoncer à la carrière politique à partir de 1830 tout en demeurant un fidèle partisan de la cause bonapartiste et du prince Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, (1808-1873). 

Félix Desportes décède à Paris le 26 août 1849 à l’âge de 86 ans. Et c’est au cimetière du Calvaire de Montmartre qu’il sera inhumé.

La commune de Montmartre sera annexée à la Ville de Paris le 1er janvier 1860. L’essentiel de son territoire constitue aujourd’hui le 18ème arrondissement de la capitale.

 

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet. 

03/10/2012

C'est un beau roman ...

Et c'est une belle histoire que celle de Tristan et Iseut !  L'histoire d'un amour impossible entre un jeune et preux chevalier breton pour la plus belle des princesses, malheureusement déjà unie à un vieux roi tyrannique et jaloux.

Pourtant, qui se souvient aujourd’hui qu’on doit à un normand le récit de cette histoire qui a fait pleurer l’Europe entière ? 

Tristan et Iseult.jpg

Car l’auteur du « Roman de Tristan » s’appelle Béroul. Jongleur et conteur normand professionnel du XIIe siècle, c’est en dialecte régional, vers l’an 1170, qu’il rédige la première version en vers de cette légende issue de la tradition orale.

Rappelez-vous, l’histoire met en scène deux jeunes gens, Tristan de Loonois, le pays de Saint-Pol de Léon, en Baie de Morlaix, chevalier et neveu de Mars, vieux roi de Cornouailles et la blonde Iseut, jeune fille noble d’Irlande, épouse dudit roi.  Tous les deux s’aiment, tous les deux vont en mourir mais une ronce symbolique réunira leurs tombeaux à jamais… 

Tristan et Iseut 1.jpg

De l’œuvre de notre poète normand, ne subsiste aujourd’hui qu’un seul manuscrit de 4 485 vers, copie datant de la fin du XIIIe siècle, amputé du début comme de la fin.  Pourtant, les historiens s’accordent à dire que la façon dont il conte cette vieille légende celtique est sûrement très proche de la version populaire qui devait circuler de bouche à oreille à l’époque. Il s’agit d’une version sauvage, violente, voire barbare. Le style est jugé vif, exclamatif et dramatique à la fois. 

Tristan et Iseut 2.jpg

 Tristan et Iseut à la fontaine épiés par le roi Marc

 

Pour le reste, on ignore à peu près tout de la vie de cet auteur normand et le peu qu’on sait de lui reste très hypothétique, à commencer même par son nom …. En effet, Béroul est celui qui lui a été donné par convention…

 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.