Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2014

« Les Pieds Nickelés », la B.D. d’un normand

La maison d’édition Vuibert réédite cette année « Les Pieds Nickelés s’en vont en guerre », l’album que le normand Louis Forton avait écrit, dessiné et publié en 1915 !

les Pieds Nickeles 1.jpg

« Les Pieds Nickelés », c’était la lecture favorite de ma maman quand elle était enfant ! Héros de la série, « Ribouldingue », le meneur de bande, et ses deux acolytes « Filochard » et « Croquignol » sont trois filous qui, à la fois escrocs, hâbleurs et indolents, sont nés le 4 juin 1908 dans la revue « L’Epatant » des frères Offenstadt. Trois clochards toujours prêts à faire un mauvais coup, trois petits délinquants sympathiques et débrouillards, trois joyeux drilles toujours un peu éméchés, qui ont bien entendu tous les représentant de l’ordre public contre eux : policiers, militaires, mais aussi bourgeois et autres nantis…

les Pieds Nickeles 0.jpg

Après la Première Guerre mondiale, nos trois bonshommes vont se transformer, incarnant désormais les valeurs populaires françaises d’ingéniosité et de débrouillardise connues sous le nom de « système D ».

« Les Pieds Nickelés » sont les acteurs de la première vraie bande dessinée européenne moderne, à la fois non sexiste et non raciste.

  Louis Forton.jpg

 Louis Forton (1879-1934)

Pionnier en la matière, Louis Alphonse Forton voit le jour à Sées (Orne) le 14 mars 1879. Tout d’abord garçon d’écurie, il ne commence sa carrière de dessinateur qu’en 1904. Pour ses « Pieds Nickelés »,  il dessinera, jusqu’à sa mort le 15 février 1934, pas moins de 1948 planches !

Dans l’argot du début du XXe siècle, l’expression avoir les «pieds nickelé » désignait « ceux qui ne sont pas portés sur le travail ». Provient-elle du fait que les pieds en nickel sont trop précieux pour servir à marcher ou à travailler, ou des  « pieds niclés », c’est-à-dire de pieds atteints de rachitisme ne permettant pas un travail soutenu ?

Parallèlement, en 1928, notre normand va créer « Bibi Fricotin » qui connaîtra lui aussi un énorme succès.

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

15/12/2013

Une normande, première secrétaire du Père Noël

Le saviez-vous, la première secrétaire du Père Noël était une normande ! Postière dans le très beau village seinomarin de Veules-lès-Roses au début des années soixante, c’est elle qui réceptionnait en décembre les nombreuses missives que tous les enfants sages de son village adressaient au Père Noël.

 

lettres au pere noel 4.jpg

 

Et pendant douze années, au lieu de les jeter au rebus comme elle aurait dû le faire, Magdeleine Homo va, en cachette, très discrètement, non seulement les ouvrir et les lire, chose strictement interdite à la Poste, mais aussi y répondre, prodiguant au passage judicieux conseils et précieuses recommandations !  Elle  signe « Le Père Noël » et pour que ça fasse « plus vrai », colle de vieux timbres sur les enveloppes sans oublier d'ajouter la mention « par avion ».

 

lettres au pere noel 5.jpg

 

                                                      La réponse du Père Noël sous la plus de F. Dolto

 

Un jour, un journalise un peu trop curieux découvre « le pot aux roses ». Touché par cette initiative généreuse, il publie un article qui va faire grand bruit ! L’information remonte non seulement à la Direction des P.T.T. mais  jusqu’au tout nouveau ministre des communications du cabinet de Georges Pompidou (1911-1974),  Jacques Marette (1922-1984). Si ce dernier ne manque pas de faire rappeler à l’ordre sa fonctionnaire, il est cependant séduit par l'idée… Il en parle à sa sœur, la psychanalyste Françoise Dolto (1908-1988) et c'est à elle qu'il va confier le soin de rédiger la première lettre-type de réponse au Père-Noël qui sera illustrée par Chag (V. ci-dessus).

Ainsi va naître en France le secrétariat officiel du père Noël ! Nous sommes en 1962 et c’est le service des « rebuts » de l’Hôtel des Postes qui est chargé de le mettre en œuvre.

 

lettre pere noel. 2bmp.jpg

Pour la petite histoire, devinez qui on félicita et qui on décora ? Mais le Ministre bien sûr ! La femme de cœur resta dans l’ombre … "Le monde récompense plus souvent les apparences du mérite que le mérite même" a écrit François de La Rochefoucauld... 

 

Merci notamment aux sites kimcat1b58.over-blog.com et gh35.over-blog.com 

 

24/11/2013

Aristide Briand et la Normandie

Je vous ai déjà présenté la petite commune d’Hardencourt-Cocherel, nichée au cœur du département de l’Eure, sur le territoire de laquelle s’est déroulée la terrible bataille de Cocherel, une victoire française qui a permis à Charles V (1338-1380) de se faire sacrer roi de France le 19 mai 1364 (voir ma note du 16 mai 2012).

Mais saviez-vous que c’est parce qu’il aimait particulièrement ce coin champêtre de Normandie, que le nantais Aristide Briand (1862-1932) avait choisi d’y reposer ? Il avait découvert cet eden un jour de chasse. Séduit, il y avait acquis une modeste propriété qu'il va agrandir au fil des années.  

A Briand 3.jpg

Aristide Briand remontant la rue de l'église de Cocherel

(Montage et colorisation de l'illustration Hélène Dumur)

 

Aristide Briand, c’est cet avocat, journaliste et diplomate, « artiste de la politique », cofondateur avec Jaurès du parti socialiste français (1901), qui va se faire rapidement connaître et apprécier des français par ses dons oratoires et sa très forte personnalité. Véritable chef d’orchestre du pouvoir pendant le premier tiers du siècle dernier, il va connaître une carrière longue et extraordinaire : 23 fois ministre dont 17 fois aux Affaires étrangères, 11 fois président du Conseil et Député durant 30 ans !

Nous lui devons, au moins pour partie, la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, loi qu’il saura faire appliquer avec une grande souplesse. 

 

A Briand 2.jpg

Durant la Première Guerre Mondiale, il va se transformer en un chef de guerre des plus efficaces. C’est lui qui est à la tête du gouvernement pendant la bataille de Verdun ! Plus tard, personnage phare des années 1920, le guerrier va se muer en Pèlerin de la paix. Il comprend qu'elle ne naîtra que de la réconciliation franco-allemande. En 1926, il obtient, conjointement avec son homologue allemand Gustav Stresemann, le Prix Nobel de la Paix en reconnaissance de ses efforts pour l’établissement d’une paix durable résultant de négociations librement consenties.

Bien avant Jean Monnet, il lancera l'idée d'États-Unis d'Europe et d'union fédérale européenne,   prémices de l’aventure européenne. Il s’emploie dès lors à convaincre les nations que c’est là le fondement de leur avenir et de leur prospérité.

Battu par Paul Doumer à l'élection présidentielle de 1931, il se retire de la vie politique et c’est plein d’amertume qu’il s’éteint le 7 mars 1932 à Paris d’un accident cardiaque. Il a 69 ans. La crise économique va renverser en quelques mois l’édifice qu’il avait patiemment contribué à construire. Le second conflit militaire mondial est en marche…   

A Briand 4.jpg

A Hardencourt-Cocherel, a été érigée en 1934 sa statue en bronze, œuvre du sculpteur Emile Oscar Guillaume (1867-1942).

 

Merci notamment au site http://www.houlbec-cocherel.fr