Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2010

Le concordat de 1801

Toujours en balade à travers l’histoire de l’état civil français, nous voici au tout début du XIXe siècle. Après le coup d’Etat du 18 Brumaire de l’An VIII (9 novembre 1799) qui a mis fin au Directoire et de la Révolution Française et instauré le Consulat, Napoléon Bonaparte est au pouvoir.

 Coup d'Etat du 18 brumaire an VIII.jpg

Orangerie du parc de Saint-Cloud, coup d'État des 18-19 brumaire an VIII. 6 Le général Bonaparte au Conseil des Cinq Cents, à Saint-Cloud. 10 novembre 1799 par François Bouchot  (1840).

Premier consul, il sait que, pour se maintenir, il doit régler la crise religieuse qui agite la France depuis une décennie. L’alliance avec l’Eglise catholique est nécessaire pour trois raisons : dissocier la cause de la monarchie de celle d’une religion à laquelle les Français sont restés attachés, réguler par ses ministres et son enseignement l’ordre moral et social, assumer les tâches d’éducation et d’assistance que l’Etat ne peut prendre en charge.

Pape Pie VII.jpg

De son côté, le Pape Pie VII, élu à Venise en mars 1800, veut restaurer l’unité de l’Eglise, gravement menacée par la situation en France, première puissance catholique du temps. En 1789, elle y avait perdu tous ses biens. En 1790, la constitution civile du clergé, votée par l’Assemblée constituante, avait provoqué un schisme intolérable, celui d’une église nationale (l’Eglise constitutionnelle) dont tous les ministres, même les évêques, étaient élus sans que Rome ait son mot à dire. Et depuis 1794, l’institution de la laïcité de l’Etat avec l’interdiction de toute manifestation extérieure du culte confinait le catholicisme dans la sphère privée.

Le Concordat de 1801 est donc signé le 26 messidor an IX (15 juillet 1801) et ratifié par le pape le mois suivant. En vertu de ce compromis, Pie VII reconnaît la République et renonce aux biens enlevés au clergé sous la Révolution. De son côté, « Le Gouvernement de la République française reconnaît que la religion catholique, apostolique et romaine est le religion de la plus grande majorité des Français ».  

En application de son article 1er,  la religion catholique apostolique et romaine est librement exercée en France.  Archevêques et évêques restent nommés par le gouvernement mais reçoivent l’institution canonique du pape. En échange de l’abandon des biens ecclésiastiques vendus depuis 1790, le gouvernement « assure un traitement convenable aux évêques et aux curés ».

Le 18 germinal an X (8 avril 1802), le Corps législatif de la République française adopte et promulgue la loi relative à l’organisation des cultes faisant suite au Concordat. Cette loi précise d’une part que « les prêtres ne donneront la bénédiction nuptiale qu’à ceux qui justifieront, en bonne et due forme, avoir contracté mariage devant l’officier civil » et que « les registres tenus par les ministres du culte, n’étant et ne pouvant être relatifs qu’à l’administration des sacrements, ne pourront, dans aucun cas, suppléer les registres ordonnés par la loi pour constater l’état civil des Français ». Ainsi, les prêtres sont de nouveau autorisés à tenir des registres des baptêmes, mariages et sépultures. Bien sûr, depuis 1792, même s’ils étaient dépossédés de l’état civil, ils avaient continué à prendre note clandestinement des sacrements qu’ils administraient. Et d’ailleurs, certains de ces registres de catholicité ont été conservés et sont aujourd’hui consultables aux archives départementales.

Histoire à suivre…

24/11/2010

Les recensements : du feu à l'individu

Continuons, voulez-vous, notre balade à travers l’histoire de l’état civil de notre pays. Nous sommes toujours au début du XIXè siècle. Et toujours sous le Consulat. En 1801, Bonaparte organise le premier « dénombrement » exhaustif de la population française. Dénombrement, car, jusqu’en 1936, c’est ainsi que sont intitulés les recensements de la population.

napoleon_1801.png

Le recensement de la population est l’une des opérations statistiques les plus anciennes de l’histoire. D'ailleurs, les mots « statistique » et "recensement" tirent tous deux leur origine du latin : « statisticus » signifiant « relatif à l’Etat » et "recensere" "passer en revue".

Les premières grandes civilisations ont pratiqué dès le IVe siècle des dénombrements de leur population. En France, le premier document relatif au dénombrement de la population d’une partie du territoire remonte au règne de Saint-Louis (1226-1270). A cette époque, la France comptait environ 10 millions d’habitants.

Mais ce n’est vraiment qu’à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle que les savants commencent à s’intéresser aux phénomènes de population. Née en Angleterre en 1661, cette nouvelle science, que l’Académie enregistrera en 1855 sous le nom de « démographie » gagne bientôt la France. Avec « l’Enquête » de Colbert (1664), puis la « Méthode générale et facile pour faire le dénombrement des peuples » de Vauban (1686), l’idée de faire des recensements à l’échelle du royaume s’impose progressivement dans notre pays. Après le Clergé, ce sont les nobles qui vont se soucier  de se compter, que ce soit pour échapper à l'impôt ou pour faire la guerre. De son côté, l'administration royale, désireuse de recenser les contribuables, entreprend régulièrement des opération de comptage de la population s’en tenant toutefois à la méthode ancestrale de recension des « feux » et non des individus (le mot « feux » est pris dans le sens « foyer » ou « famille »).  Pour estimer le nombre d’habitants, on appliquait un coefficient multiplicateur variant de 4 à 5.

Lettre de Chaptal.jpg

                                                                                             Lettre de Chaptal

Le premier recensement de l’ère moderne est issu de la loi du 22 juillet 1791. Préparé par Lucien Bonaparte, frère de Napoléon et Tribun (1775-1840) et Jean-Antoine Chaptal(1756-1832), ce recensement, dit de l’An VIII, prescrit par une circulaire du 16 floréal an VIII  (16 mai 1800), concernera l’année 1801. Il établit la population française d’alors à 33 millions d’habitants. Il faut savoir que si les maires devaient fournir un état de la population de leur commune, répartie entre hommes mariés, veufs, femmes mariées, veuves, garçons, filles (employé ici dans le sens de célibataire) et défenseurs de la patrie vivants, peu d’entre-eux établiront des listes nominatives, beaucoup se contenteront d’utiliser leurs registres d’état civil et la plupart enfin se satisferont d’évaluations approximatives, souvent bien au-dessous de la vérité…

Avec le recensement de 1836 débute véritablement la série des recensements dressés à base d’état nominatifs. On y trouve les Nom, prénoms, âge, date et lieu de naissance, sexe, statut matrimonial, profession, adresse, nationalité, situation dans le ménage (position de l’individu par rapport au chef de famille) et statut professionnel de chaque habitant de chaque commune.

DENOMBREMENT POP 1.jpg

La périodicité quinquennale des recensements est entérinée par l’ordonnance du 16 janvier 1822. Elle a été respectée jusqu’en 1946, excepté pendant les années de guerre. Elle a finalement été abolie en janvier 2004, faisant du recensement de 1999 le dernier concernant tout la population à la même date.

Véritables mines d’or pour les généalogistes, les recensements de 1791, 1793 et 1795 sont conservés dans la série L des archives départementales. A partir de 1801, ils sont à rechercher en série M. Enfin, quelle que soit l’époque, ils se trouvent en série F aux archives communales.

Histoire à suivre…

30/10/2010

Les mariages de l'an VII et de l'an VIII

Toujours en balade dans l’histoire de l’état civil de notre pays et toujours en 1798…

La loi du 22 décembre 1789, reprise par la constitution de 1791, divise le royaume de France puis, en septembre 1792, la République française, en communes, cantons, districts et départements. Simple circonscription électorale dotée d’un ressort judiciaire élémentaire, celui de la justice de paix, le canton est supprimé par la Convention en juin 1793.

En application de la constitution du 5 fructidor an III (22 août 1795), qui supprime par ailleurs les districts, le Directoire rétabli le canton et le dote d’une municipalité formée de représentants des communes le composant.

triumvirat[1].JPG

        Les vainqueurs du 18 Fructidor an V (Barras, Reubell et La Revellière-Lépeaux)

Du 1er vendémiaire an VII (22 septembre 1798) au 7 thermidor an VIII (26 juillet 1800), en vertu de la loi du 13 fructidor an VI (30 août 1798), les mariages doivent être célébrés les jours de décadi (chaque mois est divisé en 3 décades de 10 jours, le décadi est le dernier jour de chaque décade) au chef-lieu de canton et non plus dans la commune de l’un des époux. Bien entendu, les maires des autres communes continuent à recevoir les déclarations de naissances et de décès mais ne sont plus habilités à rédiger les actes de mariage.

En vérité, cette loi poursuivait deux objectifs. D’une part, l’institution de la « décade » de 10 jours en remplacement de la semaine n’avait pas suscité un réel enthousiasme de la part du peuple français. La plupart des citoyens continuaient à suivre un rythme de 7 jours et non de dix, à observer le repos du « dimanche », et surtout, malgré l ‘interdiction, à participer aux messes dominicales. En rendant obligatoire le mariage le jour de décadi, le Directoire espérait donner à cette journée le lustre qui lui faisait défaut !

prudhon_mariage[1].JPG

  Une messe de mariage sous le Directoire (1797-1805) – Ecole de Pierre Paul Prud’hon

D’autre part, en vertu de la loi Jourdan (V. ma note du 19 octobre 2010), seuls les célibataires étaient soumis à la conscription. Contracter un mariage fictif pour éviter d’être enrôlé était donc très tentant et donc souvent tenté. Or, s’il était facile d’obtenir du maire de son propre village l’établissement d’un acte de complaisance, cela devenait beaucoup plus aléatoire quant l’acte était établi au chef-lieu de canton et quand son établissement était entouré d’une certaine solennité.

directeur[1].JPG

                                   Abbé Sieyes en costume de Directeur

Si les craintes du Directoire étaient fondées, ses espérances furent vaines : le peuple opposa toute la force de l’inertie à l’adoption du calendrier décadaire... Et le pouvoir finit par céder. La semaine des 7 jours fut rétablie comme le mariage à la mairie de sa commune par l’arrêté du 7 thermidor an VIII (26 juillet  1800).

Histoire à suivre…