Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2011

Les registres matricules

Toujours en balade dans l’histoire de l’Etat civil de notre pays, nous voici, comme le temps passe, à la fin du XIXe siècle, c’est-à-dire en 1867.

A un Empereur à succéder un autre Empereur ! Napoléon III, neveu du premier, est donc maintenant au pouvoir et cela depuis près de vingt ans déjà !

NAPOLEON III.gif

                                                    Napoléon III, Empereur des Français (1808-1873)

A la veille de la guerre franco-allemande de 1870, une succession des revers internationaux conduisent le souverain à engager une réforme de l’organisation militaire et notamment les modalités de recrutement en supprimant ses aspects inégalitaires et injustes.

Rappelons-nous, la Révolution française a rompu avec le système de la milice en développant  l’idée d’un service militaire obligatoire. En 1798, en application de la loi Jourdan, tous les hommes âgés de 20 à 25 ans sont susceptibles d’être appelés en fonction des besoins pour un service d’une durée de 5 ans et illimité en temps de guerre : c’est la conscription (V. ma note du 19 octobre 2010).

Au fil du temps, cette loi va cependant faire l’objet de quelques aménagements. En 1800, le remplacement est admis. Il permet aux fils de bonnes familles d’ « acheter » » un remplaçant.  En 1803, on crée le tirage au sort : ceux qui tirent un bon numéro sont tout simplement dispensés de service militaire. Et en 1818, c’est la conscription qui est abolie et remplacée par l’appel : un recrutement par voie d’engagements volontaires, complété, en cas d’insuffisance, par l’appel de conscrits désignés par tirage au sort.

Et, c’est dans ce contexte que sont mis en place en 1867 les registres matricules, éléments précieux pour nous les généalogistes, car les renseignements qu’ils délivrent sont d’importance.

T.A. REGISTRES MATRICULES.jpg

                                                                                Table alphabétique

Etablis à la suite du recensement militaire, donc selon le domicile du soldat et non selon son lieu de naissance, les registres matricules sont assortis d’une table alphabétique permettant de retrouver le numéro matricule attribué à chaque conscrit. De lors, il est possible de consulter la fiche individuelle du soldat.

LIVRET MILIT..JPG

Elle contient de nombreuses informations sur le parcours militaire de celui-ci (différentes  affectations, grades, unités, éventuelles blessures et décorations) mais aussi sur son état civil, son degré d’instruction, ses adresses successives. De plus, une description physique pallie le manque de photographie (taille, couleur des yeux, des cheveux, etc…)

LIVRET MILIT.2.JPG

 

                                          Fiche matricule de mon grand-père Henri JULIEN (sosa 6)

Les registres matricules et leurs tables sont conservés au Bureau central des Archives administratives militaires puis versés dans la série R (affaires militaires) des archives départementales.  A consommer sans modération !

Pour la petite histoire, la réforme ambitieuse voulue par l’Empereur pour professionnaliser l’armée a été considérablement dénaturée par les parlementaires en majorité hostiles. Adoptée le 1er février 1868 avec tant de modifications, dont le maintien du tirage au sort et du remplacement, elle a révélé très vite son inefficacité. Ainsi, en 1870, il n’a fallu qu’un mois à l’ennemi pour anéantir notre armée…  C’est ce que redoutait Napoléon III qui avait cité, dans l’exposé des motifs de son projet de loi, la phrase de Napoléon Ier « Un pays ne manque jamais d’hommes pour résister à une invasion ou soutenir une grande guerre, mais il manque souvent de soldats… »

Histoire à suivre

Biblio. « Les registres matricules – Le blog Généalogie - Généanet 

 

12/02/2011

Quand rien ne va plus.... Le divorce

15 décembre 1809 : c’est désormais officiel : Napoléon Ier divorce pour raison d’Etat d’avec l’impératrice Joséphine qu’il avait épousée 13 ans plus tôt.

Mariage Napoléon et Joséphine.jpg

A vrai dire, ce divorce, il y pensait depuis longtemps, notre Empereur, car, deux ans à peine après son mariage, sa flamme amoureuse ne s’accommodait déjà plus guère de la jalousie devenue maladive de sa femme.

blog-napoleon-annonce-son-divorce-a-josephine.jpg

            L’annonce du divorce de Napoléon à Joséphine – Estampe de Bosselman gravée par Chasselat

Rappelons-nous, le divorce a été introduit dans notre pays par décret du 20 septembre 1792 (V. ma note du 21 août 2010). Il s’agissait alors d’une procédure simple, sans juge, le plus souvent prononcée « par consentement mutuel » après un minimum de deux ans de vie commune.

Lors de la préparation du Code civil, malgré la réserve de Maleville et Tronchet, deux de ses rédacteurs, le divorce est maintenu, et ce à la demande expresse de Bonaparte, qui justifie sa position en mettant en avant son importance dans la limitation des conflits familiaux. Son intérêt n’était cependant pas uniquement politique. Comme l’écrivit Jean Guillaume Locré de Roissy, Baron de l'Empire (1758-1840) « ne pouvant pas espérer d’enfants de Madame Bonaparte, Napoléon n’avait le choix qu’entre deux partis : celui de divorcer pour contracter un mariage moins stérile et celui de se donner des enfants par adoption. » Néanmoins, si le divorce par consentement mutuel est conservé, ses nouvelles conditions sont tellement restrictives (autorisation des parents, 5 parutions devant le président du tribunal, interdiction de remariage dans les trois ans suivant le divorce, …) qu’il va de fait tomber en désuétude. Quant au divorce pour faute, curieusement, il est décidé que la femme ne peut demander le divorce que si son conjoint adultère a « tenu sa concubine dans la maison commune ». Par contre, la femme adultère risque quant à elle une sanction pénale consistant en une condamnation à la maison de correction pour une durée de 3 mois à 2 ans.

bonald.jpg

                                            Louis Gabriel Ambroise, Vicomte de Bonald (1754-1840)

A l’Empire, succède la Restauration et au divorce, la séparation de corps. L’article 1er de la loi du  8 mai 1816, dite loi Bonald, abolit le divorce considéré comme un « poison révolutionnaire » et rétablit la séparation de corps. La royauté de retour au pouvoir veut « rendre au mariage toute sa dignité dans l’intérêt de la religion, des moeurs de la monarchie et de la famille ».

ALFRED NAQUET.gif

                                                                Alfred Naquet (1834-1916)

Ce n’est que 68 ans plus tard, en 1884, sous la IIIème République, que le divorce sera rétabli. En vertu de la  loi du 27 juillet, dite loi Naquet, il devient prononçable sur le seul fondement de fautes précises (adultère, condamnation à une peine afflictive et infamante, excès, sévices et injures graves) constituant un manquement aux obligations conjugales et rendant intolérable le maintien du lien conjugal.   

En application de la loi du 18 avril 1886 (article 251 du Code civil), mention du divorce doit être portée en marge de l’acte de mariage et des actions de naissance des époux.

La loi Naquet va régir le divorce dans notre pays pendant près d’un siècle, c’est-à-dire jusqu’à la promulgation de la loi du 11 juillet 1975 qui substitue à ce divorce fondé uniquement sur la faute, une pluralité de cas de divorce, dont le divorce par consentement mutuel.

Rappelons que les jugements de divorce sont consultables aux Archives départementales, en série U. A noter toutefois que pour la période allant de 1792 à 1804, les divorces n’étant pas prononcés par les tribunaux mais par les officiers de l’état civil, ils sont à rechercher, non parmi les archives judiciaires, mais dans les registres de l’état civil.

Histoire à suivre… 

22/01/2011

Le cadastre Napoléonien

Toujours en balade dans l’histoire de l’état civil de notre pays, nous voici en l’an 1807.

En renforçant l’œuvre du Code civil, garant des libertés et de la propriété individuelle, l’Empereur Napoléon veut maintenant faire de la propriété foncière, l’assise de notre société et de la notabilité.

C’est pourquoi, le 15 septembre 1807, il décide, à la fois pour protéger le concept de propriété individuelle malmené dans notre pays depuis la Révolution française, mais aussi pour améliorer la fiscalité, de lever un cadastre parcellaire dans chaque commune française.

ARPENTEURS.jpg

Extrait de « L’Art de lever les plans » de Dupain de Montesson

Car il faut se souvenir qu’à l’origine, les cadastres étaient avant tout des outils fiscaux : la terre et les biens fonciers ayant contribué de tout temps à l’enrichissement des hommes !

Si les premiers cadastres datent de la fin du néolithique, le plus célèbre de l’antiquité est le cadastre romain instauré sous Auguste. Il ne comportait pas de carte mais une liste des propriétés et leurs revenus « imposables ».

Plan terrier.jpg

                             Extrait du Plan Terrier – Chapître de Saint-Etienne vers 1780.

Chez nous, les lointains ancêtres des cadastres sont les censiers ou livres terriers, registres fonciers appartenant aux seigneurs, recensant la liste de leurs tenanciers et de leurs tenures. Ils leur permettaient de répartir l’impôt ou cens dû par chacun. Plus tard, ce sera la taille qui sera ainsi visée… Toutefois, en dépit de quelques tentatives, jusqu’en 1789, ces documents vont conserver un caractère essentiellement local.

Ce sont les valeurs libérales introduites par la Révolution française qui vont amener le pouvoir à garantir la propriété et à réformer de même le système fiscal de l’ancien régime. Une expérience est lancée en ce sens par la Constituante mais, notamment en raison de la pénurie des finances et du défaut d’instruments et de méthodes adaptées, cette tentative va échouer.

cadastre_napoleonien_1833.jpg

                                                           Cadastre Napoléonien - 1833

C’est finalement à Napoléon, s’appuyant sur les valeurs nouvelles de son Code civil, à savoir une garantie de la propriété privée, que l’on doit la décision de dresser un cadastre moderne, à but fiscal. Il signe la loi du 15 septembre 1807 qui donne alors naissance au cadastre parcellaire appelé depuis « cadastre napoléonien » composé d’états de sections, de matrices de propriétés bâties et non bâties et de plans. Il permet, grâce à la détermination de l’assiette fiscale dans chaque commune cadastrée, de répartir équitablement l’impôt. Les premières opérations cadastrales sont menées en 1808. En 1814, elles ont déjà permis la levée de 9 000 plans parcellaires. Et le projet va perdurer ! Si dès 1821, toutes les communes ont obtenu un plan cadastral, les travaux vont s’achever en 1850.

Remarquablement exécuté pour l’époque, le cadastre napoléonien est cependant entaché d’une lacune fondamentale : il n’est pas prévu de mise à jour. 

La rénovation générale de ces plans cadastraux fut donc prescrite par la loi du 16 avril 1930 et n’interviendra effectivement qu’entre 1950 et 1970.

Ainsi, les plans napoléoniens seront restés une référence pendant plus d’un siècle !

Exploiter les renseignements que peuvent donner les cadastres, c’est à coup sûr faire avancer sa généalogie. Et si on n’apprend rien du point de vue des dates, des lieux ou des liens de parenté, on peut comprendre comment les propriétés sont passées des uns aux autres, se faire une idée du niveau de vie de ceux qui nous ont précédés et suivre l’évolution de leur patrimoine immobilier. Ces précieux documents sont entreposés aux Archives Départementales, série P.

Histoire à suivre…

Biblio. « Histoire et utilisation des Cadastres » par C. Tardy – Gé-Magazine n°223