Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2011

Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'école ?

Non ! Ce n’est pas Charlemagne ! Car l’école existait déjà bien avant lui ! Chez les Egyptiens, les Grecs, les Romains et les Gallo-romains !

Non, ce n’est pas Charlemagne mais le contexte de son époque ! L’ère mérovingienne, à la fin du Haut Moyen-âge, est d’une si grande médiocrité, les lieux d’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul sont devenus si rares en cette fin du VIIIe siècle, que, bien souvent même le clergé est illettré ! 

Couronnement de Charlemagne.jpg

  

Le sacre de Charlemagne en l'an 800

 

Charlemagne, Roi des Francs depuis 771, dont la langue maternelle est le francique, parle couramment le Grec et le Latin. Il aime la grammaire… mais il ne sait pas écrire !  Ce n’est pas faute d’avoir essayé et d’essayer aussi souvent que possible. On raconte qu’il cachait sous son lit une écritoire et une plume avec laquelle il tentait de tracer des lettres. En vain ! Sous ses grosses mains plus habituées à tenir l’épée et à pourfendre le Saxon, la plume s’écrase lamentablement ! C’est peut être par ce qu’il a appris à écrire que très tardivement, qu’il n’en a jamais réellement maîtrisé la technique ! Comme il est intelligent, il s’aperçoit très vite que pour gouverner son vaste Empire, il a besoin de fonctionnaires qualifiés et de moines instruits dignes d’exercer un contrôle politique et de propager la foi chrétienne dans ses provinces. C’est pourquoi il crée dans un premier temps et dans son propre palais une école destinée à ses serviteurs afin qu’ils soient en capacité de rédiger des rapports. Puis, par un capitulaire de l’an 789, sur les conseils de son précepteur Alcuin (735-804), il ordonne à son clergé d’ouvrir sur tout le territoire de l’Empire des écoles pour tous les enfants, quelle que soit leur classe sociale et cela « sans exiger de leurs parents aucune redevance ». L’école pour tous, élémentaire, gratuite et obligatoire est née ! Faite pour accueillir les enfants dès leur 7ème anniversaire, ceux-ci y apprennent à chanter, à lire et à compter, sans oublier la grammaire et bien sûr le latin.

 

Ecole de Charlemagne.gif

 

 

Charlemagne rendant visite aux écoliers par P. Lehugeur - XIXe siècle

 

Les meilleurs d’entre-eux sont ensuite admis dans des classes supérieures dépendant des monastères.

Quant à notre Empereur à la barbe fleurie, afin de lui permettre de signer autrement que d’une simple croix, Eginhard (775-840), son biographe et homme de confiance, lui apprend à tracer son monogramme, lequel contient toutes les lettres de son nom (Charles ou « Karolus » en latin). Les consonnes sont sur les branches de la croix, les voyelles contenues dans le losange central : « A » en haut, « O » est formé par le losange et « U » la moitié inférieure.

 

 

Monogramme Charlemagne.jpg

 

Bonnes vacances à tous les écoliers, petits et grands !

 

Biblio. « L’histoire de France pour les nuls – Historia n°104 – Nov-Dec 2006

Image : Merci au site www. histoire-fr. com

07:50 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (1)

01/06/2011

Petite histoire des lavoirs

Le lavoir, en Normandie comme dans toutes les provinces de France,  est apparu au milieu du XIXe siècle. C'était un lieu où, tout en travaillant, on échangeait volontiers sur la vie du village, ses habitants, son curé et son maître d'école. Les potins circulaient aussi sûrement que les rumeurs naissaient : « On lavait le linge et on salissait le monde ! » C’était aussi un endroit de concurrence sociale. A cette époque, on jugeait de la richesse et de la pauvreté sur le nombre de draps ou sur la finesse du linge.

 

LAVOIRS 3.JPG

 

L’aménagement des lavoirs publics s’est fait après le vote de la loi du 3 février 1851. Celle-ci accorde aux municipalités un crédit spécial destiné à subventionner à hauteur de 30% leur construction. Car, à la suite des nombreuses épidémies de variole, typhoïde et surtout de choléra en 1830 et 1850, l’eau devient un objet d’attention accrue et les communes ont l'obligation de construire des lavoirs ouverts à tous pour améliorer une hygiène alors particulièrement défaillante.

Le lavoir doit toujours se situer après la source de la rivière ou du cours d’eau, de façon à ce que l’eau savonneuse ne puisse pas contaminer l’eau potable en amont de la source.

Comme ailleurs,  la lessive, exclusivement du ressort des femmes, était un événement important dans les fermes de Normandie.

D'abord, on faisait tremper le linge sale dans l’eau pendant une nuit. Ensuite, en général, la lessive était bouillie à domicile. Seuls le dernier frottage et le rinçage se passaient au lavoir. Là, à genoux, une planche à laver devant elles,  les femmes  frottaient chaque pièce à l’aide d’une brosse à chiendent et d’un battoir, puis les rinçaient à l’eau claire et froide.

LAVOIRS 2.JPG

 

Comme « poudre à laver », on utilisait la « charrée », bouillie de cendre fine de ronces ou de javelles mélangée à  un peu de cristaux de soude et d’eau,  placée dans un sac de toile appelé le « charrier ». Des boules de bleu plongées dans l’eau de rinçage rendaient le linge d’un blanc étincelant.

Pour le séchage, on étalait les pièces de linge sur le pré le plus proche ou mieux sur le champ de luzerne ou on les étendait sur un fil tendu dans la cour.

L’utilisation des lavoirs a été progressivement abandonnée au XXe siècle : ils ont laissé la place aux machines à laver, bien plus pratiques pour les ménagères des années 50.

 
 
MACHINE LAVER.jpg
 
 
Biblio : La petite histoire des lavoirs et leur utilité - G. Bardon - Almanach du Normand 2001

07:17 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (2)

07/05/2011

Passe ton bac d'abord !

Chaque année, à l’approche du mois de Juin, c’est l’effervescence : le Bac est de retour ! Et avec lui les interminables révisions, la fabrication des éventuelles « carottes », les recommandations des enseignants et les inévitables conseils des parents inquiets.

Bulletin des lois.jpg

C’est à Napoléon et à son décret impérial du 17 mars 1808 que l’on doit dans notre pays l’organisation de l’Université, le contrôle et le monopole de l’Etat sur l’enseignement public, son corps enseignant et ses grades qui sont alors au nombre de trois : le baccalauréat, la licence et le doctorat.

La première promotion du baccalauréat compte 31 bacheliers ! Mais saviez-vous que c’est seulement en 1861, le 16 août, qu’il fut décerné pour la première fois à une femme ?

A l’origine, ce diplôme certifie une culture classique et littéraire comprenant le maniement de la rhétorique et des langues anciennes. Puis, au fil du temps, il se modernise et s’ouvre à d’autres disciplines comme les sciences et les langues vivantes.

Si aucun texte officiel n’empêche alors les femmes de briguer le titre de bachelière, il ne serait venu à l’esprit d’aucun responsable d’Université de les autoriser à passer cet examen  de fait strictement réservé aux hommes !

J DAUBIE.jpg

 

Julie Victoire Daubié, une vosgienne née à Bains-lès-Bains, le 26 mars 1824, va oser braver les interdits. Autodidacte, elle étudie le grec et le latin et se forme à la zoologie.  Après avoir déposé plusieurs candidatures aux épreuves du baccalauréat, notamment auprès l’Université de Paris, toutes refusées au seul prétexte qu’elle est femme, elle finit par obtenir satisfaction grâce à de forts appuis, en 1861 à Lyon. Elle y obtient sans difficulté le titre espéré en totalisant six boules rouges, trois boules blanches et une boule noire. Car c’est par ce système de boules que votaient alors les professeurs examinateurs : une boule rouge signifiait un avis favorable, une boule blanche, une abstention et une boule noire un avis défavorable.

 BAC.JPG

Devant un jury masculin, l'étudiante se présente à l'examen de mathématiques pour le baccalauréat - Illust. 1893

Le ministre de l’Instruction publique, Gustave Rouland, refuse toutefois de signer son diplôme, craignant de « ridiculiser » l’Université française. Il faut une campagne de presse et une intervention de Napoléon III lui-même, pressé par l’Impératrice Eugénie, pour qu’enfin, sept mois plus tard, Julie Victoire Daubié se voie reconnaître à l’âge de 37 ans sa qualité de première bachelière de l’enseignement supérieur !

Si la voie est désormais ouverte aux femmes, le chemin sera toutefois encore long car ce n’est qu’en 1924 que le baccalauréat leur deviendra accessible dans des conditions identiques à celles des hommes. 

J V DAUBIE.jpg

Quant à Julie Victoire Daubié (photographie ci-dessus), après avoir obtenu en 1871 une Licence Es Lettres, elle mena en parallèle une carrière d’enseignante, d’écrivain et de journaliste, avant de s’éteindre le 26 août 1874 à l’âge de 50 ans alors qu’elle travaillait à une thème de doctorat sur le thème de « La femme dans la société romaine ».

Biblio. « 100 idées reçues sur les femmes dans l’histoire » -Le Point –Historia HS Mars-Avril 2011 - Article de Ch. Giol.

07:27 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0)