Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2012

Enfants, la vie entière pourrait être comparée à un voyage...

... où l'on rencontre sans cesse des difficultés nouvelles*.

Savez-vous qui est l’auteur du plus gros succès de littérature pédagogique de tous les temps ? Un best-seller publié pour la première fois en 1877, réédité des centaines de fois et encore de nos jours, qui s’est vendu à près de 9 millions d’exemplaires en 1913, qui a été étudié dans toutes les écoles de la République ?  

Le tour de France.jpg

Il s’agit du livre  « Le tour de la France par deux enfants » écrit par Augustine Tuillerie, une Mayennaise née à Laval le 31 juillet 1833, qui a signé son ouvrage sous le pseudonyme G. Bruno, nom du philosophe italien, Giordano Bruno (1548-1600) qui, accusé d’hérésie par l’Inquisition, a été brûlé vif sur un bûcher pour avoir défendu des thèses trop rationalistes pour son époque.   

G Bruno.jpg

 G. Bruno (1833-1923)

 

« Le tour de la France par deux enfants » raconte l’histoire de deux orphelins, André et Julien, qui, à l’automne 1871, quittent clandestinement Phalsbourg en Lorraine annexée par les Prussiens pour se lancer à la recherche de leur oncle paternel. Pour le retrouver, ils font un long voyage,  traversant le pays tout entier. Au fur et à mesure des 121 chapitres du livre, ils découvrent leur patrie, sa géographie, ses monuments, son économie, son agriculture, les hommes qui l’habitent…

Destiné à l’apprentissage de la lecture du cours moyen des écoles de la IIIe République (1870-1940), il va être utilisé jusque dans les années 1950. Nos parents, nos grands-parents et arrière-grands-parents y ont appris à lire et en feuilletant ses pages aujourd’hui, on retrouve un peu de l’univers qui a été le leur. Chaque chapitre commence, comme la classe quotidienne, par une maxime, un précepte de conduite, et s'organise autour d'un thème  principal par lequel est présenté un territoire en détail. Le tout distille une morale patriotique et républicaine qui prône le travail, la famille, le sens du devoir, l’épargne et le respect de la justice et de l’ordre social.   

DEUX ENFANTS.JPG

 Escale en Normandie

 

Bien sûr, l’ouvrage subira des mises à jour comme dans l’édition 1905 où toute référence à  « Dieu » et à la religion est supprimée, y compris dans les expressions les plus courantes comme « Dieu merci ! » remplacée par le profane « heureusement ». Les garçons ne visitent plus Notre-Dame de Paris mais le Louvre et on ne parle plus ni de Saint-Vincent de Paul, ni de Fénelon, ni de Bossuet ! Politique oblige !

Après sa disparition des programmes scolaires, le public continuera à réclamer ce livre qui sera régulièrement réédité. La dernière et plus récente parution date de l’année 2012.

Quant à son auteur, femme du philosophe Alfred Fouillée elle s’est éteinte le 8 juillet 1923 à Menton.

 

 * Extrait du livre, chapitre X, La halte sous le sapin - Julien s'endort, André reprend courage.

 Biblio. « Le grand Bêtisier de l’Histoire de France «  d’Alain Dag’Naud – Larousse 2012.

02/12/2012

Deux "2 décembre" dans la vie de l'Empereur

Il est des jours qui marquent dans la vie d’un homme ! Hasards de calendriers, deux « 2 décembre » ont scellé celle de Napoléon. 

page0_1.jpg

 

2 décembre 1804 (11 Frimaire an XIII selon le calendrier républicain) : il est midi quand Napoléon Bonaparte entre dans la cathédrale Notre-Dame de Paris où des centaines d’invités l’attendent. Il a 35 ans. La veille, il a épousé religieusement Joséphine, sa femme selon la loi civile depuis 1796. Dehors, il neige et l’air est glacial. Il est vêtu d’une tunique à l’ancienne et d’un manteau écarlate. Derrière lui, étincelante de diamants, sa femme suivie de l’ensemble du cortège impérial.  A 12h30 débute la messe en présence du Pape Pie VII. Des mains du Saint-Père il reçoit les onctions puis il saisit la couronne et la pose lui-même sur sa tête. Il couronne ensuite Joséphine agenouillée devant lui. A 15 heures, 101 coups de canons retentissent pour saluer « le très glorieux et très auguste Empereur Napoléon, Empereur des Français, sacré et intronisé. »  Désormais, il règne, il règne seul, « avec des éperons et des bottes ».   

Sacre.jpg

Pour lui, la guerre est une sorte de fatalité. Il va y consacrer son intelligence, sa volonté et sa puissance de travail. Héritier des conquêtes de la Révolution, il se fait un devoir de les garder et même de les accroître. Les coalitions se forment et se disloquent. En août 1805, les Autrichiens s’apprêtent, avec l’appui des Russes, à attaquer la Bavière, l'alliée de la France. Avec la Grande Armée composée d’environ 70 000 hommes, l'Empereur franchit le Rhin et fonce sur Vienne. Il s’arrête dans un petit bourg au nom encore inconnu : Austerlitz. 

Austerlitz-lejeune.jpg

Austerlitz - L. F. Lejeune

Le 2 décembre 1805, alors que le soleil émerge du brouillard, en fin stratège, Napoléon, qui a longuement réfléchi à son plan de bataille, donne l’ordre d’attaquer. Les charges françaises vont être effroyables. L’ennemi est pris à revers. Pendant 4 heures, les combats vont faire rage. La garde impériale russe, jugée pourtant invincible, se laisse enfoncer. A 16 heures, un an jour pour jour après son couronnement, l’Empereur Napoléon Ier remporte sa victoire la plus éclatante, celle d’Austerlitz ! A son armée, il lance : « Soldats, je suis content de vous…. ». 43 000 hommes ont cependant perdu la vie dont 8 000 français.

 

Biblio. "Le grand livre de l'Histoire de France" - Librairie J. Tallandier - Paris - 1980 et "Napoléon, dans l'intimité d'un règne" - Documents de l'histoire - Larousse - 2011

21/11/2012

Ce jour là 21 novembre 1783...

Pour la première fois ce jour-là, deux hommes, un scientifique et un aristocrate intrépide, s’envolent à bord d’un ballon à air chaud.  

 

Exploit du 21 11 1783.jpg

 

La scène se passe au-dessus du château de la Muette, sur l’actuel 16ème arrondissement, à l’ouest de Paris.

Nous sommes sous le règne du roi Louis XVI (1754-1793), roi de France et pas encore roi des Français. La situation financière du pays est catastrophique voire désastreuse (déjà !) Alors, bien qu’hésitant à prendre un risque humain, le souverain finit par donner son accord et souscrire à cette nouvelle expérience.

Les « montgolfières » sont nées un an plus tôt des travaux des deux frères Montgolfier. Des vols d’essai ont bien déjà eu lieu, notamment  à Versailles, avec des animaux, un canard, un coq et un mouton, premiers passagers aériens de l’histoire, mais le ballon était relié au sol par un cordage. Cette fois, il est non captif. S’ils réussissent, les deux héros seront les premiers hommes à échapper à la pesanteur terrestre !  

F Pilatre de Rozier.jpg

 François Pilâtre de Rozier

 

Le jour dit, les membres de l’Académie des Sciences présents scrutent attentivement le ciel. A bord de la nacelle ont pris place François Pilâtre de Rozier et le Marquis d’Arlandes. Le ballon de 2 200m3 libéré s’élève jusqu’à 960 mètres au-dessus de leurs têtes avant qu’après environ 20 minutes de vol, l’équipage n’atterrisse sans dommage sur la Butte-aux-Cailles, actuel 13ème arrondissement, au sud-est de la capitale. Benjamin Franklin (1706-1790) lui-même rédigera le compte-rendu de cet exploit.  

Exploit du 21 11 1783.j 2 pg.jpg

Jean-François Pilâtre de Rozier, professeur de Physique-Chimie à Reims, trouvera la mort à Vimille près de Boulogne-sur-Mer, le 15 juin 1785, à l’âge de 31 ans, dans le premier accident aérien de notre histoire, lors d’une tentative de traversée de la Manche en ballon.

Quant à François Laurent, marquis d’Arlandes (742-1809), il s’est éteint pauvre et ruiné dans son château de Saleton près d’Anneyron.

 

Biblio. merci aux pages Wikipédia sur le sujet.