Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2013

Ça s'est passé en Avril 1770...

Le mercredi de la Semaine sainte. Le mercredi 11 avril. Mozart (1756-1791) n’a pas encore 14 ans. Pourtant, voila déjà plusieurs années qu’il se produit devant toutes les cours d’Europe. Il a joué devant le roi de France, celui d’Angleterre et l’empereur d’Autriche. Toujours avec le même talent, toujours avec la même bonne humeur. 

Mozart.jpg

Cette fois, le jeune prodige est à Rome où, avec son père, ils assistent au Miserere du compositeur italien Grégorio Allegri (1582-1652). L’œuvre musicale, chantée a capella, a été écrite en  1638 pour être jouée uniquement et exclusivement dans la chapelle Sixtine lors des matines du mercredi et vendredi de la Semaine sainte. Le pape Urbain VIII (1568-1644), qui l’entendit pour la première fois le 12 avril 1639, en était paraît-il tellement épris qu’il avait interdit à quiconque de jouer cette œuvre hors de la chapelle sous peine d’excommunication !

Chapelle sixtine.jpg

Pourtant, à peine rentré chez lui, le jeune Wolfgang Amadeus s’empresse de retranscrire de mémoire les neuf voix de l’œuvre qu’il vient d’entendre. Le vendredi suivant, le 13 avril,  il revient s'imprégner une  nouvelle fois de l’œuvre sacrée. Il complète ensuite son travail d'écriture. L'année suivante, son Miserere est publié à Londres.

Bien sûr, il est accusé d’avoir volé la précieuse partition ! Comment pourrait-il en être autrement ? Comment imaginer qu’un jeune de son âge puisse, en si peu d'écoutes, réécrire ce chef d'oeuvre ? 

 

Clément XIV.jpg

 

Averti de la prouesse, le pape Clément XIV (1705-1774) se contente quant à lui d’exprimer son admiration et, loin de prononcer l’excommunication du jeune génie, le nomme Chevalier de l’Epéron d’Or.

 

 Biblio. "Etonnantes histoires de France et de Navarre" de D. Appriou - Larousse 2013.

03/04/2013

Une âme, un nom, une histoire...

Elles ont pour nom  « Durandal », « Courtoise » ou « Joyeuse ». Armes des officiers, comme les lances sont celles des soldats, elles sont entrées dans l’arsenal français dès le haut Moyen-âge.

Symbole de pouvoir auquel on confère souvent une âme et on donne un nom, l’épée fait partie du rituel lors du sacre des rois de France et ce, depuis celui de Philippe Auguste en 1179.

« Durandal », « Courtoise » ou « Joyeuse » sont des épées uniques et prestigieuses, de celles qui ont une histoire...

 Epee Durandal.jpg

 

 Durandal à Rocamadour

 

« Durandal », c’est l’épée mythique du chevalier Roland (736-778). La légende raconte qu’alors qu’il est  blessé à mort à Roncevaux, il tente de la casser sur un rocher afin qu’elle ne tombe pas dans les mains de l'ennemi, les Sarrasins. Mais c’est le rocher qui se brise, ouvrant providentiellement une importante trouée naturelle, la « brèche de Roland ». Une autre version veut que le chevalier, après avoir appelé à l’aide l’archange Saint-Michel, ait lancé son épée vers la vallée. Elle a traversé miraculeusement plusieurs centaines de kilomètres avant d'aller se planter dans le rocher de Notre-Dame de Rocamadour, où on peut encore l’admirer aujourd’hui.  

Epee de Guillaume.jpg

 "Courtoise", l'épée de Guillaume II

 

Avec « Courtoise »,  Guillaume II, comte d’Angoulême de 929 à 956 aurait pourfendu d’un coup unique, le corps de Stonius, un chef viking pourtant armé d’une cuirasse. Cela  lui valut le surnom mérité de Taillefer !

Quant à « Joyeuse », l’épée de Charlemagne (742-814) dans la chanson de Roland, elle porte dans son pommeau la relique de la Sainte-Lance, celle qui aurait percé le flanc du Christ sur la croix :

 

« Nous avons fort à dire sur la lance

Dont Notre Seigneur fut blessé sur la croix.

Charles, grâce à Dieu, en a la pointe.

Il l’a fait enchâsser dans un pommeau d’or.

En raison de cet honneur et de cette grâce,

Le nom de Joyeuse fut donnée à l’épée.* »

 

Joyeuse.jpg

 

        "Joyeuse", l'épée de nos rois

 

« Joyeuse », c’est aussi le nom de l’épée utilisée lors du sacre des rois de France. Elle est aujourd’hui en sécurité au Musée du Louvre. Mais s’agit-il de l'épée de Charlemagne ? Elle semble avoir été fabriquée plus tardivement à partir d’éléments d’époques diverses…

 

 

* Extrait de La Chanson de Roland.

 

Biblio. Merci aux nombreuses pages Wikipédia sur le sujet.

 

06/03/2013

Ce jour-là, 6 mars 1980...

… Marguerite Yourcenar (1903-1987), est la première femme a être élue à l’Académie française, la première des 7 « immortelles » à siéger au temple fondé par Richelieu en 1635.   

marguerite yourcenar,académie française,première immortelle

6 mars 1980, Marguerite Yourcenar, première femme élue à l'Académie française

 

C’est dire que la présence des femmes à l'Académie française n'est qu'un événement récent ! Pendant  345 années, ces messieurs ont tenté d’expliquer leur absence en s'abritant derrière des raisons politiques, morales ou religieuses, pour cacher celle beaucoup moins avouable de simple misogynie.

Sous l'Ancien régime, les femmes ne peuvent entrer dans des assemblées élues que si le règlement l'y autorise. En 1760, Jean le Rond D'Alembert (1717-1783), mathématicien, philosophe et encyclopédiste français, académicien depuis 1754, célèbre pour avoir dirigé l’Encyclopédie avec Denis Diderot jusqu’en 1757, proposera, sans succès, afin de promouvoir la candidature de Julie de Lespinasse (1732-1776), de laisser 10% des sièges aux femmes soit 4 sièges.

En  janvier 1893, lors de la candidature de la féministe et romancière Pauline Savari, l'Académie n'accepte même pas sa candidature. Le duc d'Aumale déclarera que « les femmes ne sont pas éligibles, puisqu’on n’est citoyen français que lorsqu’on a satisfait à la conscription ! » 

 Académie française.jpg

L’Académie française se compose, comme à sa création, de 40 membres élus par leurs pairs. Poètes ou romanciers, hommes de théâtre, de science, philosophes, médecins, militaires, hommes d’Etat ou d’Eglise… ils se réunissent chaque jeudi sous la coupole pour travailler, dans leur habit vert, à la mise à jour de leur dictionnaire.

 Dictionnaire.jpg

C’est le 22 janvier 1981, que Marguerite Yourcenar y sera reçue par Jean d’Ormesson, lui-même élu en 1973.

 Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet et au site de l'Académie française.