Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2011

La calville, l'une des plus anciennes pommes normandes

Saviez-vous que, dans le calendrier républicain français, le 1er jour du mois de Brumaire, le 22 octobre, était le jour de la pomme ? 

Brumaire.jpg

La pomme est sans conteste le fruit emblématique de notre belle Normandie. Celle que nous consommons est une descendante de l’espèce Malus Sieversii consommée par nos ancêtres des plateaux d’Asie Centrale à l’époque néolithique. Aujourd’hui, il en existe plus de 20 000 variétés cultivées à travers le monde. Et parmi celles-ci la Calville blanc d’hiver, l’une des plus anciennes pommes normandes !

 

Calville blanc d'hiver.jpg

Cette pomme, qui porte depuis le début du XVIIe siècle le nom de la petite citée normande du canton de Brionne, aux environs d’Evreux dans le département de l’Eure où elle a été cultivée primitivement, n’est pourtant pas originaire de notre région mais plutôt de celle de Montbéliard, de Zurich ou du Duché de Wutemberg. 

 

Mairie Calleville.jpg

 

Grosse, d’une belle couleur jaune, conique et côtelée, en « bonnet d’évêque », sa chair est blanche, fine et tendre avec un léger goût de banane. Cueillie en septembre, elle est à maturité à partir de décembre.

Très riche en vitamine C, elle peut se croquer ou se consommer en compote.

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici une vieille recette de Marmelade de pommes.

Il vous faut ½ verre d’eau par kg de fruits, 500 g de sucre pour 500 g de pulpe de pommes.

Coupez en quartiers égaux les pommes épluchées et mettez à cuire à petit feu, avec l’eau.

Passez au tamis fin, puis mettez la purée et le jus dans la bassine avec le sucre.

Faire cuire à la nappe* en tournant sans cesse. Vérifiez le degré de cuisson.

  

* cuire à la nappe signifie cuire en remuant à l’aide d’une spatule jusqu’à ce que la préparation « nappe » la spatule. Pour vérifier la cuisson, il suffit de tracer un trait avec le doigt sur la spatule préalablement trempée dans la préparation : la cuisson est bonne si le trait reste visible.

 

Recette extraite de « Recettes Normandes de nos grands-mères » de L. Gildas – Ed. Reflets de Terroir – CPE – Mai 2005.

Merci au site chezlinou-over-blog.com et aux pages Wikipédia sur le sujet.

08/10/2011

Vernon et la cerise : toute une histoire !

Vernon est une jolie petite cité Euroise située aux portes de la Normandie, au carrefour des lignes Paris-Rouen et Evreux-Beauvais, dans la vallée de la Seine, non loin du confluent de l’Epte. Elle est née au IXe siècle de la volonté de Rollon, Premier Duc de Normandie. 

Vernon XIXe siècle.jpg

Vernon au XIXe siècle – La Collégiale et la maison dite du Temps Jadis

 

L’ancienne paroisse de Bizy, rattachée à Vernon en 1791, était il y a très longtemps un village couvert de vignobles et de moulins.

 

 

Chateau Bizy Vernon.jpg

  Château de Bizy - Vernon

 

Avant la dernière guerre, sur ce quartier, s’étalaient nombre de vergers. On y récoltait à profusion des prunes, des groseilles, du cassis et surtout des cerises. Les hommes assuraient la cueillette des fruits, les femmes les plaçaient dans des cageots tapissés de papier blanc. Ensuite, ceux-ci pesés, ficelés et étiquetés prenaient le chemin de la gare à destination des Halles de Paris où les bigarreaux de Vernon étaient des plus côtés.

 

CERISES.JPG

 

 

La saison des cerises s’étalant de la fin mai jusqu’en octobre selon les espèces, les normands de Bizy diversifiaient en conséquence leur production : aux cerises noires hâtives, aux précoces de Rivers, ou aux Guignes de mai à la pulpe douce et sucrée, succédaient les bigarreaux, la belle de Chatenay, l’Impératrice Eugénie et les griottes de Montmorency.

Présente en Europe 3000 ans avant notre ère, si la cerise a été appréciée chez nous dès le Moyen-âge, c’est le Roi Louis XV, grand amateur de ce fruit, qui en encouragea la culture et favorisa le développement de nouvelles variétés. Aujourd’hui, plus de deux cents variétés de cerises sont vendues sur les marchés européens.

Quant à Vernon, elle organise chaque année au printemps et pour le bonheur de tous, sa « Foire aux cerises ».

Et comme toujours, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici une recette traditionnelle, un grand classique de la gastronomie française, qui se déguste à Noël mais se prépare l’été précédent : la « Confiture du vieux garçon* » » qui n’est pas vraiment une « confiture ». Voyez plutôt :

 

 

Confiture vieux garçon 2.jpg

Il vous faut 2 litres de Calvados ou d’alcool blanc, 1 kg de sucre par kilo de fruits, 1 kg de fraises équeutées, 1 kg de cerises équeutées, 1 kg d’abricots coupés en 2 et dénoyautés,  groseilles, framboises, pêches, poires, raisin, prunes, figues… le tout dénoyauté, épluché et coupé en morceaux.

Versez l’alcool dans une jatte en terre aux premiers fruits murs de l’année en commençant par les fraises, couvrez-les de sucre, fermez la jatte et attendez la pleine maturité des cerises pour les ajouter, couvrez-les de sucre, fermez la jatte en procédant de la sorte jusqu’aux figues, c’est-à-dire jusqu’en octobre.

Laissez macérer les fruits jusqu’en décembre. Dégustez-les, après le café, comme vous le feriez pour des fruits à l’eau-de-vie. A consommer cependant avec modération…

Bon appétit !

 

*« Almanach des traditions et de la gourmandise » – France-loisirs - 2007

Merci aux sites foire-aux-cerises. fr et club.doctissimo.fr.

17/09/2011

Le Monstrueux d'Elbeuf, un normand très apprécié !

N’ayez pas peur, il n’est pas méchant  malgré son fût très court et très gros ! Il est même fort apprécié des ménagères et notamment par celles qui veulent garder la ligne !

Son nom botanique « Allium porrum » dévoile sa parenté avec l’ail et l’oignon, qui appartiennent tout comme lui à la famille des alliacées. 

Poireau d'Elbeuf 2.jpg

Le Monstrueux d’Elbeuf ou poireau d’Elbeuf est en effet une des variétés de ce légume probablement originaire du Proche-Orient, apprécié par de nombreuses civilisations avant d’arriver à la nôtre comme celles des Assyriens, des Chinois et des Egyptiens qui le cultivaient et le consommaient abondamment. 

Ce sont les Romains qui l’ont introduit en Europe, notamment en Grande-Bretagne. Il est d’ailleurs l’emblème majeur du Pays de Galles dont, dès le XIVe siècle, les soldats arboraient ses couleurs, le vert et blanc. Et le saviez-vous, c’est aussi à cause de ces couleurs que l’on surnomme « poireau » la décoration du Mérite Agricole institué le 7 juillet 1883. 

Mérite agricole.jpg

Chez nous, pendant longtemps, les « porreaux » ou « pourreaux » ont été la base nourricière de la soupe avant qu’ils ne soient mis de côté, voire dédaignés car jugé peu nobles. Au Moyen Age, on faisait la porée : « Porée blanche est dite ainsi pour ce qu’elle est faite du blanc des poreaux ». Quant aux plus pauvres, ils les mangeaient crus avec du pain.

La France est le premier producteur européen de ce légume, particulièrement cultivé dans quatre régions françaises dont la Basse-Normandie.

Sur nos marchés, on trouve des poireaux toute l’année : le poireau d’été, qui se récolte de la fin juillet à l’automne, le poireau d’hiver, au feuillage vert bleuté résistant aux gelées qui se récolte jusqu’en février, les poireaux primeurs, minces et très tendres, au printemps et les poireaux baguettes en avril-mai.  

Blasion Ville d'Elbeuf.png

 Blason de la Ville d'Elbeuf

 

Le Monstrueux d’Elbeuf comme son cousin normand le Monstrueux de Carentan est un poireau d’été. Son autre cousin normand, le poireau de Créances est, quant à lui, un poireau d’hiver.

Le poireau est un légume peu calorique, riche en fibres, diurétique qui renferme des vitamines pro-A et C anti-oxydantes ainsi que du phosphore, du fer et du calcium.

C’est aussi une plante médicinale de choix, utilisé avec succès contre l’artériosclérose, les cors et les piqûres d’insectes ou comme anti-inflammatoire des voies respiratoires. L’Empereur Néron s’en faisait préparer plusieurs bouillons par jour pour calmer sa toux et soigner ses cordes vocales avant de haranguer la foule.

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette de la Soupe Paysanne Normande*.

Il vous faut 200g de lard, 150 g de haricots blancs frais, 200 g de pommes de terre, 2 poireaux, 2 carottes, 2 navets, 1 cœur de chou frisé, 2 oignons, céleri branche, 25 g de saindoux, 2 litres d’eau, 1 bouquet garni, sel et poivre. 

Soupe normande.jpg

Coupez le lard en dés et faites-le revenir dans le saindoux avec les oignons émincés. D’autre part, vous aurez fait cuire les haricots à l’eau froide avec un bouquet garni pendant 1 heure. Ajoutez le lard et oignons, ainsi que les autres légumes nettoyés et coupés en dés. Faites cuire pendant 1h30 à couvert.

Bon appétit !

 

* Recette  issue de « Recettes normandes de nos grands-mères » de L. Gildas – Ed. Reflets de Terroir 2005

Biblio : « L’Histoire à table » d’André Castelot – Librairie Plon 1972, « L’histoire du goût » de P. Blancard – Ed. De Vecchi 2010

Merci aux site http://www.pays-de-galles.com et www.magellan-bio.fr