Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2012

Un produit normand d'excellence !

D’un bel orange profond, richement iodée, normande, on la fête au mois d’Août. La carotte de Créances peut être consommée en potage, sautée, braisée ou simplement râpée. Son goût est délicat et sa saveur incomparable. 

Carottes de Créances.jpg

C’est une variété cultivée à Créances (Manche), territoire maraîcher niché en bordure de mer, à l’ouest du Cotentin. Elle pousse dans des « mielles », terme normand qui désigne les plaines de sable à l’abri des dunes et côtoyant la mer.

Sur une cinquantaine de kilomètres de long pour seulement un kilomètre de large, les champs de carottes de Créances, entre mer et landes, sont sablonneux et composés d’alluvions. Ils jouissent de la douceur marine, du vent du large et des embruns que viennent enrichir les apports de varech. 

mielles.jpg

Selon la légende, c’est un « cadet de Normandie », qui, n’ayant hérité d’aucune terre, tenta, en désespoir de cause, de cultiver les sables du bassin en se servant des algues marines comme engrais.

Dépourvue de cœur fibreux, notre carotte doit son goût particulier très apprécié des gastronomes à un mode de production  original. En effet, alors qu'elle pousse de fin août à octobre, elle ne se récolte que de janvier à mars. Pour ce faire, les parcelles sont paillées afin de maintenir les racines en terre tout en les protégeant du froid.

Chaque année, la saison s’ouvre par une grande fête de la Carotte organisée à Créances et à laquelle participe la confrérie des « Mouôgeous d’carottes ».

 

Carottes au lard.jpg

 

Et comme d’habitude pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette traditionnelle des Carottes de Créance au lard*.

 

Pour 4 personnes, il vous faut 750g de carottes, 80 g de lard gras, 80 g de lard de poitrine fumée et 40 g de beurre.

Détailler en petits dés le lard poitriné et le lard gras ; faire revenir et fondre au beurre ; puis réserver les lardons. Détailler en rondelles les carottes ; les faire revenir dans la graisse ; mouiller avec un peu de bouillon sans saler ; ajouter les lardons et laisser cuire à feu moyen, casserole couverte 30 à 35 minutes.

 

Bon appétit !

 

* Recette extraite du « Grand livre de la cuisine normande » de R. Compas – Ed. Delarge, 1976.

Merci aux pages Wikipédia et Wikimanche sur le sujet ainsi qu’aux sites http://www.cuisine-plus.tv/ et http://www.ville-creances.fr/economie.php

12/05/2012

Avec des pommes normandes...

Il n’est pas de Normandie… mais du Limousin.

Il est issu de la « Fognarda », pâtisserie très ancienne de Limoges et de ses environs.

Il se prépare traditionnellement avec de grosses cerises noires.

Mais on peut remplacer celles-ci par de belles pommes normandes ! 

POmmes.jpg

Avez-vous trouvé le nom de cette pâtisserie que réussissait si bien mon grand père Henri Julien ?

Bien sûr, il s'agit du clafoutis !

Et pour ne pas faire attendre les gourmands aux babines alléchées, en voici la recette, façon tradition normande*.

Pour 6 à 8 personnes, il vous faut 500 g de pommes, 4 cuil. à soupe de farine, 2 cuil. à soupe de sucre, 3 œufs, 2 paquets de sucre vanillé, ½ paquet de levure chimique, 80 g de beurre, 1 pincée de sel.

Dans une terrine, mélanger farine, sucre, jaunes d’œufs, levure et sel, puis ajouter le beurre fondu.

Eplucher les pommes, les couper en tranches fines. Battre les blancs d’œuf en neige très ferme, les incorporer à la pâte ainsi que les pommes.

Verser le tout dans un moule à manqué bien beurré.

Saupoudrer la surface d’une bonne couche de sucre qui va faire une croûte appétissante à la cuisson.

Enfourner 20 minutes environ à four moyen. 

clafoutis_pommes.jpg

A déguster tiède ou froid.

Bon appétit !

  

Recette extraite de « Mes recettes normandes » de A. Prével – C. Bonneton Ed. 2005

Photo : merci au site www.ilaca.org

14/04/2012

Régalez-vous : voici nos salicoques

« Et on décida que tout le monde passerait l’après-midi dans les rochers,

 à chercher des salicoques. »

Extrait de « Pierre et Jean » de Guy de Maupassant (1887)

 

 

La salicoque est le nom normand familier donné aux petites crevettes grises ramassées le long des côtes. Il vient de « salir », variante dialectale de « saillir » signifiant sauter et de coque, le coquillage.

Ce petit crustacé est courant sur  les rivages sableux de notre littoral. On dit que les plus beaux spécimens se rencontrent notamment près du Havre et dans la baie du Mont-Saint-Michel. Facile à pêcher et presque en toute saison,  il est aussi très savoureux !  

Langru186.jpg

Alors, comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette des Salicoques de Honfleur* 

crevettes.jpg

Il vous faut 400 g de salicoques ou crevettes grises vivantes, 25 cl de cidre fermier sec, 25 cl d’eau, du sel, du poivre, 1 feuille de laurier et 1 oignon ½.

 

Porter à ébullition le citre, l’eau, le sel, le poivre, le laurier. Jeter les salicoques vivantes dans le liquide bouillant. Remuer jusqu’à la reprise de l’ébullition, arrêter le feu. Egoutter et servir tiède avec du pain brié ou de campagne au lin grillé et du beurre normand demi-sel.

 

Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Mes recettes normandes » de C. Gilles – Ed. Vinarelle - 2012