Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/05/2012

Avec des pommes normandes...

Il n’est pas de Normandie… mais du Limousin.

Il est issu de la « Fognarda », pâtisserie très ancienne de Limoges et de ses environs.

Il se prépare traditionnellement avec de grosses cerises noires.

Mais on peut remplacer celles-ci par de belles pommes normandes ! 

POmmes.jpg

Avez-vous trouvé le nom de cette pâtisserie que réussissait si bien mon grand père Henri Julien ?

Bien sûr, il s'agit du clafoutis !

Et pour ne pas faire attendre les gourmands aux babines alléchées, en voici la recette, façon tradition normande*.

Pour 6 à 8 personnes, il vous faut 500 g de pommes, 4 cuil. à soupe de farine, 2 cuil. à soupe de sucre, 3 œufs, 2 paquets de sucre vanillé, ½ paquet de levure chimique, 80 g de beurre, 1 pincée de sel.

Dans une terrine, mélanger farine, sucre, jaunes d’œufs, levure et sel, puis ajouter le beurre fondu.

Eplucher les pommes, les couper en tranches fines. Battre les blancs d’œuf en neige très ferme, les incorporer à la pâte ainsi que les pommes.

Verser le tout dans un moule à manqué bien beurré.

Saupoudrer la surface d’une bonne couche de sucre qui va faire une croûte appétissante à la cuisson.

Enfourner 20 minutes environ à four moyen. 

clafoutis_pommes.jpg

A déguster tiède ou froid.

Bon appétit !

  

Recette extraite de « Mes recettes normandes » de A. Prével – C. Bonneton Ed. 2005

Photo : merci au site www.ilaca.org

14/04/2012

Régalez-vous : voici nos salicoques

« Et on décida que tout le monde passerait l’après-midi dans les rochers,

 à chercher des salicoques. »

Extrait de « Pierre et Jean » de Guy de Maupassant (1887)

 

 

La salicoque est le nom normand familier donné aux petites crevettes grises ramassées le long des côtes. Il vient de « salir », variante dialectale de « saillir » signifiant sauter et de coque, le coquillage.

Ce petit crustacé est courant sur  les rivages sableux de notre littoral. On dit que les plus beaux spécimens se rencontrent notamment près du Havre et dans la baie du Mont-Saint-Michel. Facile à pêcher et presque en toute saison,  il est aussi très savoureux !  

Langru186.jpg

Alors, comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette des Salicoques de Honfleur* 

crevettes.jpg

Il vous faut 400 g de salicoques ou crevettes grises vivantes, 25 cl de cidre fermier sec, 25 cl d’eau, du sel, du poivre, 1 feuille de laurier et 1 oignon ½.

 

Porter à ébullition le citre, l’eau, le sel, le poivre, le laurier. Jeter les salicoques vivantes dans le liquide bouillant. Remuer jusqu’à la reprise de l’ébullition, arrêter le feu. Egoutter et servir tiède avec du pain brié ou de campagne au lin grillé et du beurre normand demi-sel.

 

Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Mes recettes normandes » de C. Gilles – Ed. Vinarelle - 2012

24/03/2012

Un bien bel oiseau que ce Pigeon Cauchois !

Beau, avec de la prestance, non seulement il sait se présenter avantageusement, mais, toujours gai et en action, il  n’est pas avare de roucoulements sonores et de joyeux claquements d’ailes. Je parle bien sûr du Pigeon Cauchois, un pigeon normand originaire du pays de Caux, l’une des plus anciennes races française.

 

Pigeon Cauchois.jpg

 Le Pigeon Cauchois

 

L’élevage du Pigeon Cauchois était déjà pratiqué au XVIIe siècle. Considéré comme un excellent pigeon de ferme, il était apprécié pour sa rusticité, sa productivité et sa taille, un peu supérieure à celle des autres. Il était alors appelé « Maillé de Caux » en raison du dessin de son plumage. Mais il existe cependant des Pigeons Cauchois à manteau unicolore noir, rouge ou jaune et à manteau barré.

 Pigeon cauchois 2.jpg

 

Pigeon Cauchois barré

 

La première domestication connue du pigeon, cet « oiseau de Vénus » dont il ornait autrefois le char, remonte à l’Egypte des pharaons, il y a plus de 5000 ans. Chez nous, à l’époque féodale, son élevage était essentiellement alimentaire : on consommait sa viande mais aussi ses œufs servis en omelette. Quant aux plus jeunes, ils étaient offerts aux faucons que l’on dressait pour la chasse au vol. De majestueux colombiers et autres pigeonniers, constituant la vitrine du château auquel ils appartenaient, les abritaient alors. Apanage de la Noblesse, leurs styles de construction et la diversité de leurs formes en font aujourd’hui un élément très particulier du décor de nos campagnes. 

 

Pigeonnier de Boos.jpg

 

Le Pigeonnier de Boos (76)

 

Mais très vite, ses compétences de "grand voyageur retrouvant toujours son chemin" font de notre pigeon domestique un « pigeon voyageur ». Avec le temps, certains sont depuis retournés à l’état « sauvage », abandonnant leurs pigeonniers pour s’installer le plus souvent en zone urbaine. C’est ainsi que notre pigeon des villes est un descendant du pigeon domestique, lui-même issu du pigeon marron ou pigeon biset initialement sauvage.

Et comme d’habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette des Pigeons à la normande* :

Il vous faut 2 pigeons, 10 belles pommes normandes, 1dl de crème fraîche, 1 cuillerée à soupe de Calvados, 3 cuillerées à soupe d’huile, 80 g de beurre, 4 tranches de pain de mie, sel et poivre.

Eplucher les pommes, les épépiner et les couper en quartiers. Faire fondre 50 g de beurre dans une casserole, y mettre les pommes à cuire à feu doux durant 8/10 minutes en remuant de temps en temps pour qu’elles n’attachent pas. Pendant ce temps, faire chauffer l’huile dans une cocotte, y faire dorer les pigeons de tous les côtés, saler et poivrer, puis les sortir et les mettre de côté. Mettre les pommes dans la cocotte à la place des pigeons, poser ceux-ci sur le lit de pommes, couvrir et laisser cuire pendant 40 minutes à feu doux.

Couper en deux les tranches de pain de mie pour former des triangles.  Faire fondre le reste de beurre dans un poêle et y mettre les tranches de pain à dorer 2 minutes doucement de chaque côté.

 

PIGEON NDE.JPG

 Pigeons à la normande

 

Sortir les pigeons de la cocotte. Les poser sur une place à découper et les couper en deux dans le sens de la longueur. Verser la crème dans un bol, la délayer avec le Calvados et verser le mélange dans la cocotte. Remuer, rectifier l’assaisonnement et réduire au feu.

Mettre les pommes dans le plat de service chaud. Disposer dessus les demi pigeons. Entourer le plat avec les croûtons frits. Verser la sauce dans la saucière et servir immédiatement avec les pigeons.

Bon appétit !

 

Pour information, l'adresse du Club Français du Cauchois :  http://www.cauchois.org/

 

* Recette extraite de l'hebdomadaire "La cuisine de A à Z".

Biblio. Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.