Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aptonyme ou caconyme : facéties des noms propres

Je ne vous apprends rien si je vous dis que nos noms de famille, tels que nous les connaissons aujourd'hui, sont apparus dans notre pays à partir du XIe, conséquence d'une longue période de paix, de croissance et de prospérité, génératrice d'une formidable poussée démographique. Celle-ci a pour résultat immédiat d'entraîner la multiplication des homonymies entre les porteurs d'un même nom de baptême. Alors, comme ce dernier ne suffit plus à différencier les individus entre-eux, nos ancêtres vont y ajouter un nouvel élément, en réalité un simple surnom, qu'aucune loi ne rendra jamais ni obligatoire ni héréditaire, mais qui traversera les siècles pour devenir notre nom de famille.

Beaucoup de ces surnoms sont nés des noms de baptême : l'homme est désigné par rapport à son père (Joseph Jean, pour Joseph fils de Jean), ou de sa mère. D'autres désignent le lieu d'origine de la famille ou sa localisation (Lebreton, Lenormand, Rivière ou Delalande...). D'autres traduisent un métier (Meunier, Masson, Marchand,...) ou bien encore une particularité physique (Gaillard, Petit, Legrand, ...).

Force est de constater que certains de ces noms sont aujourd'hui pour la descendance qui les porte, plus valorisants que d'autres !

nom 001.JPG

Maximilien de Robespierre - Charles de Gaulle - Les frères Lumière

On désigne par aptonyme, le lien particulier, parfois insolite ou incongru qui existe entre le patronyme d'un individu et sa profession, son physique ou un évènement particulier de son existence. L'aptonyme : c'est le nom propre qui va bien à son propriétaire. "Étrange hasard (est-ce un hasard ?), écrivait Victor Hugo (1802-1885) qui fait que les noms représentent quelquefois les hommes comme les mots peignent les choses. Robespierre (1758-1794) avait été avocat : son habit et son cœur son dans son nom". On peut citer également Charles de Gaulle(1890-1970) qui dirigea la France, les frères Auguste (1862-1954) et Louis (1864-1948) Lumière, auteurs de la première projection collective gratuite de films photographiques sur grand écran et l'assassin de Jean Jaurès, le 31 juillet 1914, qui se nommait Raoul Villain (1885-1936). Dans le même esprit, Jean-Louis Cheminée (1937-2003) fut l'un des grands noms de la volcanologie dans le monde et Désiré Dondeyne (1921-2015), un chef d'orchestre et compositeur français, spécialiste de la musique militaire et d'harmonie.

nom 002.JPG

Jules Troccon - William Prout - Gabriel Alapetite

Face à l'aptonyme, on trouve le caconyme : beaucoup plus difficile à porter. C'est le cas du poète Jules Troccon (1870-1953), du chimiste William Prout (1785-1850), éminent spécialiste des gaz ou du peintre Eugène Labitte (1858-1935) auteur de "L'étreinte". Certains ont dû faire face à des quolibets acides. On peut citer Gabriel Alapetite (1854-1932) qui, alors qu'il est nommé Haut-Commissaire du Gouvernement en Alsace-Lorraine reconquise, entend Clémenceau (1841-1929) s'esclaffer : "Alapetite ? Ce n'est pas un nom, c'est un toast !"

nom 003.JPG

Alponse Karr - Jean Etienne Vachier dit Championnet - Charles André Merda dit Méda

Certains ont assumé et s'en sont même amusés tel Alphonse Karr (1808-1890). Écrivain spirituel, fondateur du journal satirique "Les Guêpes", il trouva un jour sur le chemin de sa promenade quotidienne des graffitis qui tournaient son nom en dérision : "Karr touche", 'Karr nage", "Karr rosse",... En réponse, il écrivit à la suite "Karr avance et raille."

D'autres ont fait le choix de changer de nom comme le général de division de la Révolution française Jean Etienne Vachier (1762-1800) qui s'illustra sous le surnom plus commode de Championnet ou Charles-André Merda (1773-1812), général de la Révolution française et du Premier Empire, qui, devenu Baron transforma son nom en Méda.

 

 

Biblio. "Le grand bêtisier des mots" de P. Gagnière. Ed. Robert-Laffont, 1996.

"L'évêque Cauchon et autres noms ridicules de l'histoire" de B. Fuligni. Ed. des Arènes, 2017.

Les commentaires sont fermés.