Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2020

Le jour où Monet posa ses valises en Normandie

Dimanche 29 avril 1883. Claude Monet et sa tribu, ses deux fils Jean et Michel, sa compagne Alice Hoschedé et les six enfants de celle-ci posent leurs valises à Giverny, un village normand de seulement 279 âmes situé au bord de l'Epte. Le peintre de 43 ans vient d'y louer, au lieu-dit "Le pressoir" une modeste maison, presque à l'abandon, une maison de paysan, entourée d'un petit jardin et de quelques arbres fruitiers en fleurs à cette saison.

monet 1886.jpg

Monet et sa famille en 1886

Sait-il déjà combien il va s'attacher à ces lieux, au point d'acquérir la propriété en 1890, de l'agrandir, d' y installer son atelier et d'y passer les 43 années qui lui restent encore à vivre ? A-t'il déjà prévu d'y réaliser son rêve de jardin japonais ? Et surtout, peut-il imaginer que l'ensemble va devenir le deuxième lieu le plus visité en Normandie après le Mont-Saint-Michel ?

monet 1889.jpg

Monet dans son jardin en 1889

"Je dois peut-être aux fleurs d'être peintre" confiait-il souvent. A peine un mois après son arrivée, le voici qui transforme le jardin. Il fait construire trois serres et acquiert, de l'autre côté du chemin du Roy, le terrain qui longe la propriété. C'est là qu'il va y créer son jardin japonais. Après nombre de tracasseries administratives, il y fait creuser un étang alimenté grâce à un bras de la rivière. En 1895, il l'agrémente d'un pont. Un pont rebondi couvert de glycines. Des saules pleureurs, des bambous, des iris, des nénuphars, des roseaux et bien sûr des nymphéas viennent compléter son paradis. Les voisins s'alarment. Et si ces plantes apportaient des poisons dans l'eau ? "Il ne s'agit là que d'une chose d'agrément et pour le plaisir des yeux, et aussi d'un but de motif à peindre" rassure-t'il. La maison aussi est revue aux couleurs de sa palette. Extérieurement, elle garde son crépi rose, mais ses portes et volets passent du gris au vert. Et intérieurement, elle se couvre de jaune, de blanc et de bleu.

monet 000.jpg

Après la mort du peintre, le 5 décembre 1926, tout cela pourtant a bien failli disparaître. C'est Michel, son seul fils survivant qui hérite de la propriété, des tableaux qui s'y trouvent et de l'importante collection de 243 estampes japonaises du maître. Mais comme il s'en désintéresse, c'est la bru de Monet, Blanche Hoschedé, fille d'Alice et veuve de Jean, le fils aîné de Monet, qui va comme elle peut entretenir la maison et le jardin jusqu'à sa mort en 1947. Après elle, tout est laissé à l'abandon. Michel Monet meurt en 1966 sans laisser d'héritier. Selon son testament, ses biens, hérités de son père reviennent à l'Académie des Beaux-Arts, laquelle, dans un premier temps, s'emploie à sauver les collections. En 1977, la restauration du jardin est confiée à un passionné d'art, Gérald Van der Kemp (1912-2001) lequel, en qualité de conservateur en chef, a mener avec succès les campagnes de restauration du château de Versailles. Il sollicite des mécènes, crée une fondation, engage d'importants travaux. Giverny ouvre au public le 1er juin 1980. Aujourd'hui, 530 000 visiteurs s'y pressent chaque année, d'avril à novembre.

 

Biblio"La Normandie pour les nuls" de Ph. Simon - First-Ed., 2017.

Écrire un commentaire