Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/07/2020

De la naissance d'une académie

Les frères Goncourt, Edmond (1822-1896) et Jules (1830-1870) aimaient la Normandie. Ils eurent l’occasion d'y séjourner, notamment à Sainte-Adresse (Seine-Maritime) où ils ne se lassaient pas de contempler le panorama sur le Havre qui s'offrait à eux.

Mais en cette nuit du 16 juillet 1896, à Champrosay (Essonne), c'est chez ses vieux amis Alphonse et Julia Daudet, qu'Edmond de Goncourt (1822-1896) va rendre son dernier soupir.

Deux jours plus tard, le 18 juillet, son testament est ouvert. Quelques années plus tôt, en 1862, en accord avec son frère Jules, les deux hommes avaient décidé qu’après leur mort, leurs biens seraient vendus aux enchères et le produit de la vente affecté à la création d'une académie. Grâce aux intérêts obtenus, une fois le capital placé, chacun des dix académiciens qui la composerait recevrait la somme de 6 000 francs or, une somme qui leur permettraient de vivre aisément de leur plume. A charge pour eux d'organiser chaque année un concours littéraire. Ce "prix Goncourt" récompenserait « le meilleur ouvrage d'imagination en prose paru dans l'année" et son auteur gratifié d'une somme de 5000 francs or.

goncourt 02.jpg

Les frères Edmond et Jules Goncourt

Huit des dix premiers académiciens sont expressément cités dans le testament. Il s'agit d'Alphonse Daudet (1840-1897), Joris-Karl Huysmans (1848-1907), Octave Mirbeau (1848-1917), Rosny l'aîné (1856-1940) et Jeune (1859-1948), Léon Hennique (1850-1935), Paul Margueritte (1860-1918) et Gustave Geffroy (1855-1926). Ils vont élire les deux derniers, Elémir Bourges (1852-1925) et Lucien Descaves (1861-1949) qui vont venir ainsi les rejoindre.

goncourt 01.jpg

Les huit premiers membres de l'académie Goncourt 

La famille, dépossédée, décidera de plaider en vain contre ce testament. Un arrêt, confirmé en appel le 1er mars 1900, la déboutera.

Le 19 janvier 1903, les représentants de Société littéraire des Goncourt, dite « Académie Goncourt » obtiennent, sur avis favorable du conseil d’État, le décret de reconnaissance d'utilité publique signé Emile Combes (1835-1921). L'académie est alors habilitée à recevoir d'autres legs et à décerner le premier prix de son histoire. Il est attribué le 21 décembre 1903 à John-Antoine Nau (1860-1918) pour son romain "Force ennemie".

goncourt 03.jpg

Le premier auteur normand a obtenir le Prix Goncourt fut le havrais Guy Mazeline (1900-1996) en 1932 pour son roman "Les Loups".

Si aujourd'hui, du fait de l'inflation, le montant du chèque reçu par les auteurs mis à l'honneur n'est plus que symbolique, environ 10 euros, le prix Goncourt reste le prix littéraire le plus convoité en France, en particulier parce qu'il assure de fait à son récipiendaire une promotion et des tirages importants.

Écrire un commentaire