Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2020

Epidémies d'hier, fléaux d'aujourd'hui

"Nous sommes en guerre !" La crise sanitaire que nous vivons aujourd'hui est la plus grave depuis un siècle. Afin d'endiguer la pandémie, sur environ 7, 8 milliards d'êtres humains que compte la terre, plus de 3 milliards de personnes sont aujourd'hui contraintes de ne plus sortir de chez elles. Du jamais vu !

epidemie 0.jpg

Et pourtant... L'histoire nous apprend qu'avant nous, nos ancêtres ont connu eux-aussi de grandes épidémies. Elles sont nées dès l'Antiquité au rythme des conflits militaires et du développement des liaisons commerciales. Au XVIe siècle, c'est la peste qui fait trembler le Royaume de France. Elle se répand sur tout l'hexagone et au-delà, sur le continent européen, tuant sur son passage un tiers de la population. En cinq ans, 25 millions de victimes.

epidemie la peste en gascogne 1346.jpg

A ce terrible fléau, à partir de 1642, vont s'ajouter, se succéder, disparaître, réapparaître à intervalles irréguliers des épidémies de choléra, de variole, de typhus et de typhoïde.

Au-début du XVIIIe siècle, la dysenterie fait son apparition suivie, entre 1740 et 1742, de la grippe qui s'invite pour la première fois dans les foyers. Après que la fièvre jaune ait fait son entrée au début du XIXe siècle, c'est la tuberculose, la maladie de la pauvreté, qui entre en scène. Elle va tuer elle-aussi plus d'un quart de la population adulte européenne. A partir de 1814, apparaît la méningite cérébro-spinale. Elle sera suivie d'abord d'une épidémie de variole, responsable de 20% des décès de jeunes de moins de 24 ans, puis, dès 1885, de la 4ème pandémie de choléra.

Au début du XXe siècle, à l’automne 1918, la Grippe espagnole, considérée à ce jour comme l'épidémie la plus mortelle de l'histoire, fera près de 30 millions de victimes dans le monde, dont 250.000 dans l’Hexagone.

Notre XXIe siècle n'est pas vraiment épargné. Si l'on déplore encore dans le monde des épidémies de peste, de choléra et de grippe, on se bât aussi contre de nouvelles maladies comme le Sida et maintenant contre le Covid-19.

epidemies merci 2.jpg

Nos aïeux savaient que lorsqu'une épidémie se déclarait, il y allait avoir beaucoup de morts. Fatalistes, ils n'avaient que la religion pour leur venir en aide. Nos sociétés modernes peuvent faire preuve de plus d'optimisme, elles qui savent qu'elles peuvent compter à la fois sur les avancées de la médecine et sur celles de la science. Alors, un grand MERCI à tous les chercheurs mais aussi aux médecins, pharmaciens, infirmiers, aide-soignants, ambulanciers, brancardiers, pompiers,... c'est-à-dire à tous ceux qui, malheureusement quelquefois au prix de la leur, se battent pour notre vie. Un grand MERCI à tous ceux aussi qui, aujourd'hui, à leur poste de travail, sont mobilisés pour que nous puissions continuer à nous alimenter, nous chauffer, nous éclairer, nous informer et communiquer. Un grand, très grand MERCI !

Les commentaires sont fermés.