Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2020

Le décolleté : une histoire féminine

Les beaux jours reviennent et avec eux nos envies d'épaules nues et de décolletés sexy. Heureuses femmes du XXIe siècle que nous sommes Mesdames, nous qui pouvons afficher sans complexe et à notre gré ce signe extérieur de féminité.

Cela n'a pas toujours été le cas, loin s'en faut ! Au fil des époques et de la mode, tantôt prescrit, tantôt prôné, notre décolleté a connu des hauts et des bas. Un jour toléré, un jour honni, un jour valorisé, un jour ringardisé, il a joué au yo-yo au point de ne plus savoir vraiment à quel sein se vouer !

decolleté anne de bretagne.jpg

En France, le décolleté n'est apparu qu'à partir de la Renaissance. Au Moyen-âge, c'est l'abdomen que l'habillement met en valeur plutôt que le haut du corps. Au XVe siècle donc, les premières dames à oser dénuder leur gorges sont Agnès Sorel (1422-1450), favorite du roi Charles VII (1403-1461) et Anne de Bretagne (1477-1514), épouse de Charles VIII (1470-1498) et de Louis XII (1462-1515). L'une et l'autre vont se montrer en robes moulantes "à la française" avec un large décolleté qui d'arrondi deviendra triangulaire pour finir carré.

Sous l'influence de la mode espagnole, au siècle suivant, la pudeur signe le retour de toilettes plus simples. La "guimpe", qui encadre totalement le visage et la "fraise", sorte de collerette en forme de roue qui entoure le cou, ne laissent plus rien voir de la poitrine ou si peu.

A la cour du Roi Soleil (1638-1715), les dames qui se promènent dans les jardins de Versailles sont "toute gorge déployée". Leur décolleté généreux laisse entrevoir la pointe de leurs seins. Après la Révolution, les merveilleuses vont aller encore plus loin en choisissant de se vêtir "à l'Antique". Les robes sont légères voire transparentes et très largement décolletées. La Restauration pudibonde se chargera de remettre de l'ordre dans les mœurs invitant les belles à ranger leur toilettes dévergondées au fond de leurs placards.

Changement de siècle et changement de mentalité. Avec l'arrivée des robes crinolines du XIXe siècle, le décolleté, vu comme "le privilège des jolies femmes", sera de rigueur. Mais pas pour longtemps. Car, au début du XXe siècle, les "garçonnes" aux silhouettes androgynes, pour lesquelles tout ce qui est "atout féminin" est proscrit, vont couper leurs cheveux, cacher leurs seins, gommer leurs fesses.

50 ans plus tard, revirement total : c'est l'âge d'or des pin-up pulpeuses comme  Jayne Mansfield (933-1967), ou Marilyn Monroe (1926-1962). La mode est à la taille de guêpe et aux robes bustiers avec décolletés pigeonnants.

decollete m darc.JPG

Mireille Darc dans le film d'Yves Robert "Le Grand Blond avec une chaussure noire"

La femme longiligne des années 70-80 portera à même la peau le tailleur-pantalon de leurs hommes avec une différence toutefois : un décolleté en V qui descend jusqu'à la taille. Ce même décolleté qui découvre le dos de leur robe à l'instar de celle que porte Mireille Darc dans le film d'Yves Robert "Le Grand Blond avec une chaussure noire".

decollete 2020n.jpg

92e cérémonie des Oscars - Los Angeles, 2020

Ces dernières années, sans concession à une féminité revendiquée et épanouie, en matière de décolleté, tout semble permis. Pour preuve, en février dernier, lors de la 92e cérémonie des Oscars de Los Angeles, les stars ont défilé sur le tapis rouge dans des looks hyper-sexy.

Les commentaires sont fermés.