Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2019

Les secrets de la généalogie descendante

Bien sûr, l'idée première, quand on démarre sa généalogie, c'est de remonter son ascendance le plus loin possible. Se considérer comme l'aboutissement d'une lignée et reconstituer le fil des générations qui nous ont précédés tout en ayant à l'esprit que la véritable source originelle ne sera jamais atteinte. Mais, à l'inverse, la redescendre, c'est, d'une part, la compléter en découvrant combien sont nombreux ceux auxquels nous sommes apparentés. Et d'autre part, c'est mettre à jour des cousinages insolites voire improbables, des alliances que nous aurions été loin d'imaginer et quelquefois des secrets de famille trop bien gardés.

famille julien.jpg

Mes arrières grands-parents maternels et leurs enfants

S'agissant de la généalogie ascendante, c'est mathématiquement rigoureux : deux parents, quatre grands-parents, huit arrière-grands-parents, etc. Le parcours est étalonné, sans surprise. Rebondir de mariage en mariage donne à chaque fois ou presque les noms de la génération précédente ou au moins de sérieux indices. De la méthode, de la patience et on complète son arbre avec "la précision d'un entomologiste épinglant ses papillons !"

Avec la généalogie descendante, c'est plus complexe. Aucun acte ne vous donne d'emblée la liste de la génération suivante. Un individu n'a qu'un père et qu'une mère, mais combien a t'il eu d'enfants ? Et avec combien de conjoints différents ? En outre, les familles se sont souvent dispersées au fil des années. Les enfants d'un couple n'ont pas tous vécus dans le même village que leurs parents. Certains se sont parfois éloignés peu ou prou du berceau familial et sans toujours se fixer au même endroit. Pourquoi cet éloignement ? Quels métiers exerçaient-ils ? Que sont devenus leurs propres descendants ?

FRANQUEVILLE.JPG

La commune de Notre-Dame de Franqueville, berceau de ma famille

Étudier une famille dans son intégralité permet de mieux comprendre les évolutions sociales et patrimoniales de celle-ci, l'impact de l'histoire, la grande, sur la leur. Il s'agit là d'une quête sociologique qui aboutit à une généalogie bien vivante qui nous sort des registres.

Et quel plaisir de découvrir au fil du chemin un lien de parenté avec l'un de ses condisciples de classe, quel plaisir d'apprendre que tel personnage historique, telle vedette de la chanson ou du cinéma, tel champion sportif,... est un lointain cousin.

bourvil et f raynaud.jpg

Deux de mes lointains cousins, Bourvil et Fernand Raynaud

Bien entendu, il n'est pas réaliste de penser chercher les descendants de tous nos ancêtres. Pour ma part, je pars d'un personnage, d'une personnalité dont j'ai appris que les racines se situaient dans le même périmètre géographique que celui de mes ancêtres. Puis, j'explore sa généalogie (merci aux sites Généastar et Généanet). L'enquête aboutit dans le meilleur des cas à un couple commun ou, à minima, à une origine villageoise commune. Dans le premier cas, je repars de ce couple en élargissant mes recherches à tous les membres de la famille. Dans le second, je "creuse" ladite paroisse en recherchant les liens de parenté entre les individus y ayant vécu à la même époque.

 

 

Biblio. "Larousse de la Généalogie" - Ed. 2002.

"Généalogie descendante, mode d'emploi" - Revue Généalogie Magazine n°282 - Juillet 2008.

Écrire un commentaire