Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2019

La folie d'un père

Pour nombre d'entre-nous, Cartouche, c'est Jean-Paul Belmondo dans le film que Philippe de Broca tourna en 1962 : un brigand audacieux, bagarreur et charmeur, qui sévissait à la manière d'Arsène Lupin dans le Paris du début du XVIIIe siècle. Personnage de fiction ? Pas du tout, même si des légendes bienveillantes ont fait de ce fripon devenu voleur puis bandit insolent et enfin chef de bande et sûrement meurtrier, un héros sympathique voire attachant.

cartouche 2.jpg

Cet homme là s'appelait en réalité Louis Dominique Garthauzsien, un nom qui, par francisation, se transformera en celui de « Cartouche ». Né en 1693, à Paris, rue du Pont-aux-Choux, il est le fils de Jean Garthauzsien, un ancien mercenaire allemand originaire de Hambourg, qui exerce le métier de tonnelier dans le quartier de la Courtille, ce lieu de plaisir parisien de jadis situé à Belleville. Auparavant, l'homme avait été valet chez Guy César de la Luzerne, marquis de Beuzeville (-sur-le-Vey), près de Carentan (Manche). Jean Garthauzsien, dit Lallemand, est connu pour être honnête et droit. Il a épousé Catherine Delamarre. Elle est la fille d'artisans bourgeois. Les parents de Claude Delamarre, son père, sont maîtres tonneliers déchargeurs de Vin à Paris et ceux de sa mère, Elisabeth Royer, des maîtres fileurs d'or et d'argent.

cartouche 0.JPG

Longuement traqué par la police du Régent Philippe d'Orléans (1674-1723), Cartouche est finalement arrêté le 15 octobre 1721. Jugé et condamné à mort, il est soumis à la terrible "question" et meurt le 26 novembre 1721 roué en Place de Grève.  Il n'a que 28 ans. Juste avant son supplice, il s'est écrié : « Je suis un malheureux. Mon père et ma mère sont d'honnêtes gens. » Ses trois frères seront condamnés aux galères. Le cadet, âgé de quinze ans environ, ne résistera pas à une pendaison par les aisselles deux heures durant et mourra peu de temps après avoir été dépendu.

En octobre 1737, César Antoine de la Luzerne, marquis de Belleville, écrit, dans une lettre adressée au lieutenant-général de police René Hérault, originaire de la région de Rouen, "Feu mon père avait retiré par charité chez lui le père du fameux Cartouche ; j'ai continué la même charité, cet homme m'avait servi dans mon enfance... Il est devenu fou tout d'un coup (...) Tantôt, il veut aller se noyer, tantôt il veut mettre le feu à ma maison."

cartouche 1.JPG

Acte de sépulture de Jean Garthauzsien, père du bandit Cartouche - Paroisse de La Houssaye (27)

Un an plus tard, le 1er novembre 1737, Jean Garthauzsien, père du bandit Cartouche, âgé de 78 ans environ, est inhumé dans le petit cimetière du château du Moulin-Chapelle de la paroisse de La Houssaye (Eure).

 

 

Biblio. "Guide Normand de Généalogie" de Gilles Henry - Orep Ed. 2013.

Les commentaires sont fermés.