Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un archevêque de Rouen roi de France ?

Il s'en fallu de peu... En 1585, le roi Henri III, âgé de 34 ans, marié depuis 10 ans à Louise de Lorraine (1553-1601) et toujours sans héritier désigne pour lui succéder le protestant Henri de Navarre (1553-1610). Bien sûr les catholiques s'y opposent ! N'y aurait-il pas quelque part dans le royaume de France un Bourbon resté fidèle au pape ? En le cherchant bien ils trouvent un Prince de sang, qui plus est cardinal-archevêque de Rouen et Primat de Normandie !

charles 1er de bourbon.jpg

Portrait de Charles Ier de Bourbon - Château de Beauregard, galerie des illustres - XVIIe siècle

 

Cet homme providentiel se nomme Charles Ier de Bourbon (1523-1590). Il est le fils de Charles IV duc de Vendôme et de son épouse Françoise d'Alençon, duchesse de Beaumont et le frère puîné d'Antoine de Bourbon, père du futur roi Henri IV. Il a été promu archevêque de Rouen le 3 octobre 1550 et va le rester jusqu'à sa mort.

charles 1er de bourbon abbatiale de rouen.jpg

Abbatiale Saint-Ouen de Rouen

 

Abbé commendataire de plus de vingt abbayes, c'est l'un des plus riches princes d'Europe. Hélas, malléable, au caractère falot, il jouit de la réputation de simple d'esprit ! Tant pis, faute de mieux, il fera l'affaire. La Ligue catholique l'impose au roi comme héritier de la couronne de France.

Quatre ans plus tard, le 2 aout 1589, Henri III rend son âme à Dieu, assassiné par le moine Jean Clément (1567-1589). Sans tarder, le Parlement de Paris proclame roi notre archevêque normand sous le nom de « Charles X ».

charles 1er assass henri III.jpg

Assassinat du roi Henri III par le moine Jacques Clément - Estampe gravée par Frans Hogenberg- XVIe siècle

Mais il y a un sacré problème : sur ordre du même Henri III, depuis un an, l'homme est en prison au château de Fontenay le Comte. Motif ? Justement sa désignation comme successeur du roi ! Bien entendu, sa proclamation comme tel ne va rien changer : enfermé il est, enfermé il restera. Et c'est de sa prison qu'il envoie une lettre à son neveu Henri IV le reconnaissant comme roi légitime... Il meurt l'année suivante, toujours dans sa prison vendéenne, le 9 mai 1590. Les ligueurs ne sont guère affectés par sa mort : ils n'ont eu pour lui qu'une piètre estime et l'ont raillé à l'envi. Quant à Henri IV, il est à peine plus chagriné que ses adversaires, d'autant que la disparition de "Charles X", son seul rival ayant un semblant de légitimité, se révèle fort opportune...

 

Biblio. "La Normandie pour les nuls" de Ph. Simon - First-Ed., 2017.

Écrire un commentaire

Optionnel