Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2018

Un verbe normand dans le Larousse 2019 !

Depuis le 23 mai 2018, la Normandie pavoise ! Pensez-donc, un monument de son patrimoine linguistique vient d'entrer par la grande porte dans le Larousse 2019 ! Le verbe normando-normand "se boujouter" y figure désormais en bonne place !

boujou 0.jpg

"Se boujouter" - Photo Boris Maslard - Paris-Normandie

Le mot "boujou", un mot plein d'ingéniosité, d'origine cauchoise, est peut être le mot le plus caractéristique et le plus vivace du vocabulaire de notre terroir ! Généreux, il a plusieurs sens. Petit cours de normand appliqué rien que pour vous !

boujou 3.jpg

Tout d'abord, notre "boujou" signifie aussi bien bonjour qu' au revoir.  De cette caractéristique, sont nées  des expressions savoureuses du genre "boujou pi des bobons" qui équivaut à l'argot "à la r'voyure". Ou bien "dis-y boujou", une formule pratique pour faire passer le bonjour à quelqu'un. Ou bien encore "allez, boudou !" qui signifie plutôt "au revoir, à la prochaine". Sans oublier, le "boujou bin", notre "bien le bonjour !"

boujou000.jpg

Il y a aussi le "boujou Luc !" pour marquer l'étonnement devant un évènement, une révélation, ou la fin inopinée de quelque chose. Quant au "Boujou Berthe ! ", on l'emploie pour signifier "chapeau !", "c'est le pompon !" comme "c'est fichu !".

Et pour s'embrasser ou "se boujouter", on a le choix entre "se faire ueune boujoute" ou "un boujou à pincettes", soit un "tit bec" ou "bécot" que l'on se donne en pinçant doucement les joues de l'autre ! Attention tout de même à ne pas exagérer car dans ce cas on devient un "boujouteux" ou une "boujouteuse", c'est-à-dire quelqu'un qui embrasse souvent, voire un peu trop.

Allez, c'est pas l'tout, faut qu'y aille : boudou !

 

Biblio. "Le parler rouennais" de G. Larchevêque - Ed. Le Pucheux, 2007.

Image : "Bienvenue chez les Normands !" de N. Sterin - Ed. De Borée, 2011.

Écrire un commentaire