Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/07/2018

Les Pierres Pouquelées de Vauville

Sur la côte Ouest du bras de la Manche, sur un vaste promontoire couvert d’ajoncs et de bruyères surplombant l’anse de Vauville, près de La Hague, entre le cap de Flamanville et les falaises de La Hague, se trouve un site mégalithique qui n'a rien à envier à ses semblables bretons.

Pierres_Pouquelées4.JPG

Des "pierres pouquelées" ont été appareillées ensemble ici, de main d'homme, dans un but encore aujourd'hui énigmatique.

Le mot "pouquelé" vient de l'ancien normand "pouque" qui désigne une poche. L'ajustement de ses pierres mégalithiques formaient des poches comme les dolmens. Le terme "pouquelé" a donné par déformation "pierres couplées", "encouplées" ou "accouplées", c'est-à-dire appareillées ensemble de main d'homme. Il s'agit là d'une terminologie utilisée essentiellement en Normandie et dans les îles Anglo-Normandes pour désigner un alignement de pierres formant un monument mégalithique de type dolmen.

pierre pouquelées 2.jpg

Plan de l'allée couverte dans son état actuel - Dessin de Cyril Marcigny, Hubert Lepaumier, Emmanuel Ghesquiere - Un nouvel inventaire des Mégalithes de la Manche - Bulletin du G.R.A.C N° 7 avril 1996, p.44

 

Sur une plate-forme dominant la mer, à 134 mètres de hauteur, au milieu des joncs et des bruyères, on trouve une allée de rochers dont la disposition soigneuse n'est en rien due au hasard. L'allée est longue d'une quinzaine de mètres sur un mètre de large. Sur les pierres de quartzite silurien qui composent les parois, sont posés des rochers de granodiorite provenant probablement du gisement de la baie des Fontenelles, situé à trois kilomètres de là et à une altitude proche du niveau de la mer. . Comment ces rochers ont-ils été montés là ? Par qui ? Et pourquoi ? En vérité, on ne sait pas grand chose si ce n'est que cette allée couverte, de type " armoricain " était une sépulture collective érigée durant la civilisation néolithique, il y a 4 500 ans environ.

Pierres_Pouquelées3.JPG

 

Le site a fait l'objet de recherches archéologiques partielles conduites par les premiers membres de le Société Académique de Cherbourg en 1755, l'année même de sa fondation. Ce furent là les premières investigations menées en Basse-Normandie sur un site préhistorique.

Dans les années 1830, les paysans de la région faillirent détruire l'ensemble pour utiliser les pierres afin de construire un pont. Par chance, le préfet de l'époque s'y opposa et fit remettre le site en état. L'allée couverte a été classée Monument historique, ce qui la sauva définitivement du vandalisme.

 

Biblio et images : merci au site www.lahague.com

Écrire un commentaire