Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2019

L'arbre des vices et des vertus du Calendrier des Bergers

"La pédagogie et l'apprentissage ont depuis toujours appel à la mémoire visuelle. Au XIIe siècle, considéré comme une période de véritable renaissance intellectuelle, alors que l'enseignement connaît un renouveau avec le développement des écoles urbaines, l'arbre devient un outil efficace de diffusion des connaissances.

Racines, tronc, branches, feuilles... sont utilisés comme supports aux subdivisions de la connaissance. C'est là, plus qu'ailleurs, que se trouve l'origine de la prédilection de l'Occident pour la figure de l'arbre étendue à la généalogie.

Le classement des vices et des vertus est l'un des sujets les plus plus précocement mis en arbre, dès la fin du VIe siècle.

Au XVe siècle, paraît "Le Calendrier des bergers", l'almanach le plus célèbre de la fin du Moyen-âge. Édité pour "enseigner la science des bergers qui est science de l’âme, du corps, des astres, de la vie et de la mort", ils sont en fait des compilations à usage pratique et moral destinées à un public laïc. Le premier compost des bergers fut imprimé à Paris par Guy Marchant en 1491 avant d’être réédité à de nombreuses reprises dans les décennies suivantes. Sur un double page, il offre un petit traité de morale.

arbre vertus 1.jpg

A gauche, l'arbre sec et mort des vices qui s'enracine dans "l'Orgueil" et culmine en "Luxure". il se ramifie en chacun des sept péchés capitaux qui donnent chacun naissance à sept défauts secondaires aux extrémités de petits rameaux. Les branches de vices pendent tristement, sans feuille, vers le sol.

arbre vertus 2.jpg

A droite, fleurit l'arbre des vertus, fécond et feuillu. "L'Humilité" est sa racine. Son tronc se développe avec quatre branches de vertus cardinales ("Justice et Force", "Prudence" et "Tempérance") avant de culminer dans les vertus théologales en deux branches "Foi "et "Espérance" et dans la cime "Charité". De chacune des branches des sept vertus sort un bouquet de sept vertus secondaires.

arbre vertus 3.jpg

A la fin du même traité de moral, une autre image classe les vertus. La tour de la sapience ou de sagesse, à laquelle on accède par un escalier de vertus, est portée par les puissantes colonnes des vertus principales. Chaque pierre, fenêtre et créneau de l'édifice porte le nom d'une vertu.

 

 

Biblio - Texte et images : "Mille ans d'histoire de l'Arbre Généalogique en France" de M.-E. Gautier - Ed. Ouest-France, 2008.

Les commentaires sont fermés.