Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2018

Ils sont à l'honneur !

"Je suis adroit de la main gauche et je suis gauche de la main droite."

Raymond Devos

 

Qu'ont donc en commun Barack Obama, Diego Maradona, Léonard de Vinci et le roi Louis XIV ? Vous donnez votre langue au chat ? Et bien, tous sont gauchers !

main gauche 1.jpg

Étude de mains - Léonard de Vinci

Demain, 13 août, on célèbre la Journée Nationale des Gauchers ! Si aujourd'hui, on ne compte plus ou beaucoup moins de "gauchers contrariés", ce n'a pas toujours été le cas. Rappelez-vous, c'est à coups de règle sur les doigts que nombre d'instituteurs ont tenté de transformer les gauchers en droitiers afin de les rendre "normaux" !

main gauche 2.gif

La main gauche ou « La main du diable »… Pendant des siècles en France, et encore aujourd’hui dans certains pays du Moyen-Orient, la main gauche était quasiment maudite. Pour comprendre pourquoi, il faut remonter à l'Antiquité. Pour prédire l'avenir, les Romains, avant toute action importante, consultaient les Augures, des prêtres chargés d'interpréter les phénomènes naturels considérés comme des présages. Pour accomplir leur mission, ils observaient le vol d'oiseaux lâchés pour l'occasion. Lorsque ceux-ci allaient à droite, les auspices étaient favorables. Par contre, s'ils allaient à gauche, "sinistra" en latin (qui a donné "sinistre" en français), c'était là très très défavorable.

L'idée se retrouve également dans l’Évangile. Lors de sa crucifixion, le Christ est encadré à droite d'un bon larron et à gauche d'un mauvais...

Et puis, plus près de nous, nombre d'expressions de la vie courante associent une connotation négative à la gauche comme "avoir deux mains gauches", "être gauche" ou "passer l'arme à gauche".

main gauche 3.jpg

Aujourd’hui, les gauchers représentent 13% environ de la population française, un chiffre en nette progression depuis 40 ans. Bonne fête à eux  !

Écrire un commentaire