Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2018

Napoléon et les codes... du savoir-vivre !

On nous a laissé croire que, parce qu'il plaçait la main dans son gilet, Napoléon souffrait d'un ulcère à l'estomac ! Pure Intox ! Il savait seulement "bien se tenir" ! En effet, à cette époque, il était inconvenant de laisser pendre ses bras le long de son corps.

napoleon 1.jpg

Portrait du peintre Ingres (1780-1867) réalisé en 1804

Sûrement avait-il appris les bonnes manières dans le livre "Les règles de la bienséance et de la civilité chrétienne" de Saint Jean-Baptiste de la Salle (1651-1719), fondateur des frères des écoles chrétiennes. Cet ouvrage constitua pendant plus d'un siècle la base du savoir-vivre français. Il fut à maintes reprises réédité et réadapté. Le passage qui suit est extrait d'une édition publiée à Rouen en 1797.

« C’est un défaut de croiser les bras sur la poitrine, de les entrelacer derrière le dos, de les laisser pendre avec nonchalance, de les balancer en marchant, sous prétexte de soulagement ; l’usage veut que si l’on se promène avec une canne à la main, le bras qui est sans appui soit posé légèrement contre le corps, et qu’il reçoive un mouvement presque imperceptible, sans cependant le laisser tomber de côté ; si l’on n’a point de canne, ni manchon, ni gants, il est assez ordinaire de poser le bras droit sur la poitrine ou sur l’estomac, en mettant la main dans l’ouverture de la veste, à cet endroit, et de laisser tomber la gauche en pliant le coude, pour faciliter la position de la main, sous la basque de la veste. En général, il faut tenir les bras dans une situation qui soit honnête et décente. »

napoleon 3.jpg

Portrait du peintre David (11748-1825) réalisé en 1813

Et comme les pantalons étaient alors dénués de poches, les peintres eurent l'idée de demander aux hommes qu'ils représentaient de porter la main à l'intérieur de leur gilet. Cette pose avait en outre l'avantage de véhiculer l'image d'un modèle faisant preuve de caractère et d'une calme assurance. Elle fut rapidement adoptée par de nombreux peintes européens. Mozart (1756-1791) et Louis XVI (1754-1793) ont eu droit, eux aussi, à leur portait "main dans le gilet", mais les plus célèbres sont restés ceux de Napoléon Bonaparte qu'ils soient l’œuvre d'Ingres, David, ou encore Delaroche...

napoleon 4.jpg

Portrait du peintre Delaroche (1797-1856) réalisé en 1814

La pose "main dans le gilet" est restée populaire, même après l'avènement de la photographie. Elle est tombée en désuétude à la fin du XIXe siècle.

 

Biblio. "50 drôles d'anecdotes historiques pour se la raconter dans les diners" de F. Royer - First Ed. 2017.

Les commentaires sont fermés.