Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2017

Un marchand de parapluies qui a plié le sien...

PAI ET SON PERE_0001.jpg

"Du treizième jour d'avril, l'an mil huit cent trente huit à huit heures du matin. Acte de décès de Pierre Beis trouvé hier à six heures du matin noyé dans une mare en cette commune où il est tombé par accident dans la nuit, profession de marchand de parapluies, âgé de soixante quatre ans huit mois, né à Saint-Julien aux Bois département de la Corrèze, demeurant en la commune d'Yébleron, canton de Fauville...*"

parapluies 2.jpg

Ypreville-Biville et Yèbleron sont deux petites communes du département de la Seine-Maritime, situées près de Fécamp. Notre brave marchand-colporteur, originaire de Corrèze, le village de Saint-Julien aux Bois, situé à près de 700 km de là, s'était installé à Yébleron avec sa femme. Le nom de ce village bien normand est issu du vieux norrois et signifie "verger de pommiers", preuve s'il en est besoin de l'ancienneté de la culture de ce fruit chez nous !

Il faisait le commerce des parapluies (souvent, il faut bien le reconnaître, les bienvenus en notre belle province). En France, c'est au XIXe siècle que l'usage du parapluie s'est développé. Si la plus ancienne référence d'un parapluie dans une source écrite remonte à la Chine et à l'empereur Wang Mang, fondateur de la dynastie Xin, lequel au Ier siècle aurait inauguré un parapluie-parasol démontable, avec des articulations lui permettant de s’agrandir et de se rétracter et fixé sur un chariot lors d’une cérémonie religieuse, le premier parapluie pliant a été créé quant à lui à Paris au début du XVIIIe siècle.

Nos voisins britanniques ont longtemps boudé cet ustensile pourtant bien utile, synonyme à leurs yeux, de condition sociale modeste. En effet, par temps de pluie, un anglais chic devait faire appel à une voiture. Seule, la personne qui ne pouvait pas s'en offrir une, s'abritait sous un parapluie...

parapluies 1.jpg

Mais revenons à notre cauchois d'adoption et à sa mésaventure fatale. Un malheureux accident qui lui a fait "plier son parapluie à jamais..."

 

 * Source : Archives Départementales 76 - NMD de la commune de Ypreville-Biville - Année 1838.

Biblio.  Revue Généalogique Normandie - N°131 - 2014.

Écrire un commentaire