Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2016

Quand gastronomie rime avec aristocratie...

Impératrice, Reine ou Dauphine. Princesse, Duchesse ou Marquise. Ces dames de la cour honorent encore de leurs riches atours nos tables d'aujourd'hui ! On ne peut que s'incliner devant ces préparations culinaires qui leur ont emprunté leur titre en oubliant leur nom ! Car, n'en doutons pas, garnir généreusement une bouchée à la reine, façonner des pommes duchesse, frire délicatement des pommes dauphines, mijoter une sauce princesse ou démouler sur un socle de biscuits à la cuillère une marquise au chocolat requiert majesté et noblesse !

gastronomie et aristocratie 0.jpg

L'histoire de ces plats s'est bien souvent perdue avec le temps. Bien sûr on connait la légende qui veut que les bouchées à la reine aient été conçues en Lorraine, à la cour du roi déchu Stanislas de Pologne (1677-1766), pour sa fille Maria Leszczynska (1703-1768), laquelle, en qualité d'épouse de Louis XV (1710-1774, est devenue reine de France.

gastronomie et aristocratie.jpg

Et on n'ignore pas non plus que c'est à Eugénie de Montijo (1826-1920), comtesse espagnole qui devint l’épouse de Napoléon III (1808-1873) et Impératrice de France de 1853 à 1870 que l'on doit le riz à l'impératrice. Il s'agit d'un entremets de riz au lait vanillé additionné d’une macédoine de fruits confits macérés au kirsch et d’une crème anglaise enrichie de crème fouettée. Le tout était versé dans un moule garni d’une couche épaisse de gelée de groseille et mis à rafraîchir. À la Cour impériale, il était démoulé dans une coupe en cristal. Ce dessert, d'origine japonaise, l'"Akafuku mochi", était proposé aux pèlerins du sanctuaire d'Ise au tout début du XVIIIe siècle. Et ce serait l’Empereur Meiji (1852-1912) en personne qui, en 1911, l'aurait fait découvrir à notre impératrice pour le bonheur de ses papilles.

gastronomie et aristocratie 4.jpg

Quant à la marquise au chocolat, cette mousse onctueuse, veloutée, à l'arôme enivrant, qui sait si son histoire n'est pas liée à celle de Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné (1626-1696), pour qui le chocolat était une véritable obsession ?...

 

Merci aux sites de Blandine Vié (gretagarbure.com) et à celui de Cuisine Collection(ja6.free.f)
Biblio. "Il était une fois... L'histoire de nos plats" de V. Terrier Robert - Ed. S. Bachès 2011.

Les commentaires sont fermés.