Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2016

Bon dernier d'une première

2428 kilomètres, rien que ça ! Entre Montgeron, une petite ville située à 19 kilomètres au sud-est de la capitale, dans l'actuel département de l'Essonne, et Paris, en passant par les cinq grandes villes de France que sont Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Nantes. 6 étapes. Mais quelles étapes ! Pour cette première édition du "Tour de France", en ce 1er juillet 1903, sur les 80 engagés, seuls 60 coureurs prendront le départ. Un seul journaliste couvre l’évènement dans son intégralité. Il s'agit de Géo, Georges Lefèvre (1877-1961), l'envoyé spécial du journal organisateur « L’Auto ». A ce moment là, nul ne se doute que la "Grande Boucle" va devenir la course cycliste la plus prestigieuse au monde.

arsene millocheau depart 1ere étape.jpg

Départ de la première étape du premier Tour de France (Villeneuve-Saint-Georges 1903)

 

Deux semaines plus tard, le dimanche 19 juillet, c'est l'arrivée. Moins de la moitié des coureurs, soit 21 cyclistes seulement ont pris part à l'ensemble des étapes et figurent donc au classement général final. C'est Maurice Garin (1871-1957) qui termine en vainqueur après 94 h 33 min 14 s de course, soit une moyenne de 25,288 km/h et empoche une prime de 20 000 francs.

 

arsene millocheau tour de france.jpg

 

10 heures, 11 minutes et 5 secondes plus tard, c'est au tour d'Arsène Millocheau (1867-1948) de franchir en dernier la ligne d'arrivée. L'homme, qui clos ainsi le classement général, expliquera qu'il s'était perdu... Souvent... Car, sur l'ensemble de la course, son retard est de 64 heures, 57 minutes et 8 secondes. Il va malgré tout détenir un record qui, jusqu'à présent, n'a jamais été égalé. En effet, aucun coureur du Tour de France n'est jamais allé moins vite que lui !

 

arsene millocheau.jpeg

Arsène Millocheau (1867-1948)

 

Lui qui possède un atelier de réparation de cycles rue de Charonne à Paris dans lequel il travaillera jusqu'à la fin de sa vie, sait très bien que sa "performance", une course à l'allure moyenne de 15,72 km/heure, ne lui permet pas de prétendre à la moindre prime... Pourtant, les organisateurs décideront de lui octroyer malgré tout 5 francs par jour de course, soit 95 francs au total !

 

Biblio. "le coiffeur de Marie-Antoinette et autres oubliés de l'histoire" de F. Richaud - Ed. Le Cherche-Midi, 2016.

"la grande histoire du Tour de France" de T. Cazeneuve - L'équipe 2010.

Les commentaires sont fermés.