Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2016

Le crescendo le plus célèbre du monde

22 novembre 1928. Opéra Garnier. Pour la première fois, sous la direction de Walther Straram (1876-1933) et une chorégraphie signée Bronislava Nijinska (1891-1972), la danseuse Ida Rubinstein (1885-1960), ancienne égérie des Ballets Russes de Diaghilev, interprète un mouvement de danse au rythme et au tempo invariables, à la mélodie uniforme et répétitive, le fameux "Boléro", que le compositeur français Maurice Ravel (1875-1937) a composé pour elle.

bolera 1928.png

Ida Rubinstein (1885-1960) en 1928

C'est un ballet incroyable qui plonge le spectateur dans le sud espagnol. A l'intérieur d'une taverne… Une gitane monte sur la table pour danser… Attirés par la belle, tous les hommes la suivent des yeux. La danse se fait de plus en plus intense et sensuelle...

bolero maurice ravel.jpg

Maurice Ravel (1875-1937)

C'est à la fin de 1927 en effet que cette amie et mécène commande au maître un « ballet de caractère espagnol » qu’elle compte représenter avec sa troupe. Enchanté par la proposition, le compositeur compose son "Boléro" entre juillet et octobre 1928.

bolero ravel 3.jpg

"L’idée du rythme n’a pas été un choix difficile", confiera Ravel. Toujours séduit par la danse et lui-même d'origine espagnole, il a très vite fait le choix de cette danse traditionnelle andalouse à trois temps, très populaire dans les bals espagnols dès la fin du 18e siècle. Il rapportera aussi que c'est un matin, alors qu'il se trouvait à Saint-Jean de Luz, en attendant de pouvoir aller se baigner, que, sur son piano, les premiers accords de cette mélodie ont vu le jour. Phénomène musical révolutionnaire, le "Boléro" tire ses seuls éléments de variation dans l'orchestration et un crescendo progressif. Une anecdote avec le célèbre chef d'orchestre italien Arturo Toscanini (1857-1967) reste bien connue : en mai 1930, le maestro joue l'œuvre deux fois plus vite que ne le souhaitait Ravel, présent dans la salle. Ce dernier refusa d’aller lui serrer la main. Toscanini rétorqua à Ravel : « Vous ne comprenez rien à votre musique. Elle sera sans effet si je ne la joue pas à ma manière ». Ce à quoi Ravel aurait répondu : « Alors, ne la jouez pas ».

Le Boléro de Ravel, resté à la première place du classement mondial des droits d’auteur jusqu’en 1993, l'une des œuvres musicales françaises les plus exportées, figure encore aujourd'hui parmi les plus populaires et les plus jouées au monde. Le 1er mai dernier, il est entré dans le domaine public.

 

Biblio. Merci aux nombreux sites et aux pages Wikipedia sur ce sujet.

Écrire un commentaire