Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2016

Suire, marâtre et autre belle-mère...

Savez-vous ce qu'est une « Tue Belle-mère » ? C'était le surnom donné à la « Voiturette », un véhicule inventé par Léon Bollée (1870-1913) en 1896, dans lequel la position à l'avant du passager était particulièrement dangereuse... Le racisme « anti-belle-mère » est là malheureusement évident !

belle mere tue belle mère.JPG

Le "Tue Belle-mère"

Ce mot "belle-mère" est né au Moyen-âge. Aujourd'hui, il désigne aussi bien, quand il s'agit d'un homme, la mère de sa femme, quand il s'agit d'une femme, la mère de son mari et quand il s'agit des enfants d'un premier lit, la seconde femme de leur père ! Il faut savoir que le vieux français distinguait quant à lui la "suire", terme aujourd'hui disparu et qui se rapportait à la mère du conjoint, de la "marastre", la seconde épouse du père. Pour le beau-père, on employait le terme de "parastre" .

belle mere 2 (2).jpg

Or, comme le sens du mot "marâtre" a évolué et, qu'avec le temps, on s'est mis à l'employer pour désigner une mauvaise mère, celle qui maltraitait les enfants de son conjoint, que la terminaison "astre", devenue "âtre", a pris ce sens péjoratif que nous lui connaissons, la langue française s’est sentie obligée d’utiliser un autre vocable pour le remplacer. "Beau" et "bel" exprimaient au XIe siècle non pas la beauté mais la bonté. C'est un qualificatif que l'on utilisait volontiers en marque d’affection quand on s’adressait à des parents ou a des personnes de son entourage qu’on aimait bien. On disait "bele suer", "bele amie", ou encore "biaus dous fils",... Et c'est ainsi que, tout naturellement, "belle-maman" s'est imposée...

belle mere 3.jpg

La famille royale d'Angleterre, exemple de rapports tendus entre belle-mère et bru...

On utilise aussi "bru" et "gendre" pour désigner la "belle-fille" ou le "beau-fils". "Bru" est issu du bas-latin des balkans "brutis". Introduit par les Goths au IIIe siècle, ce terme a supplanté le latin "nurus". "Bru" serait apparenté au gothique "bruths" désignant une jeune mariée.  Quant à "gendre", le mot vient de "generum", accusatif du latin "gener" (mari de la fille), de la famille de "gignere" (=engendrer). A noter que l'ancienne langue utilisait "fillastre" pour désigner le beau-fils et "sororge" ou "serorge", de "sororius" pour le beau-frère .

 

Biblio. "Merveilles et secrets de la langue française" Ed. Sélection du Reader's Digest-2000.

Merci au site www.langue-fr.net

Les commentaires sont fermés.