Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2016

L'accident du Granville/Paris, l'un des plus spectaculaires de toute l'histoire ferroviaire

Mardi 22 octobre 1895, 16 h. Le train express no 56 desservant la ligne Granville/Paris entre en gare de l'Ouest-Rive gauche, future gare Montparnasse.

 

accident granville gare.jpg

Gare de l'Ouest-Rive gauche.

 

Parti à 8h45, il était attendu, voie 6, à 15h55. Cinq minutes de retard qui vont être la cause de l’un des plus spectaculaires accident de toute l’histoire ferroviaire ! Aux commandes de la locomotive n°721 de type 120, un cheminot d'expérience, Guillaume-Marie Pellerin, 35 ans. Il travaille depuis 19 ans pour les chemins de fer et met un point d'honneur à ce que son train arrive toujours à l’heure. Le convoi, transportant 131 passagers, est composé de deux fourgons à bagages, un wagon postal, dix voitures de voyageur dont un wagon-salon, et enfin un dernier fourgon à bagages.

Lors de son passage en gare de Versailles-Chantier, le train accuse un petit retard de sept minutes. Pour tenter de le rattraper, ll est lancé à pleine vitesse et fonce à 65 km/h. Quelques centaines de mètres avant l'arrivée, pour le ralentir, on renverse la vapeur. Cela se révèle insuffisant. Pressentant le danger, le chef du train, Albert Mariette, actionne en dernier recours le frein d'urgence à air type Westinghouse mais, dira t'il, celui-ci ne fonctionne pas. C'est donc à environ 40 km/h, une vitesse qualifiée de "vertigineuse" par la presse, que le convoi entre sous le hall de la gare. Le mécanicien et son chauffeur, Garnier, sautent du train juste avant la collision. "À 16 h précises , le heurtoir qui doit servir d’ultime butée est emporté comme un fétu de paille. Le train traverse les halls au milieu des voyageurs effarés et défonce la façade de la gare. La locomotive et son tender terminent leur folle course sur la place de Rennes, après un parcours de plus de 15 mètres en dehors des voies , et tombent sur une station de tramway située dix mètres en contrebas."

accident granville paris 2.jpg

Cet évènement impressionnant aurait pu avoir des conséquences catastrophiques. On déplora cinq blessés graves et 5 plus légèrement et un décès, celui de la malheureuse marchande de journaux installée à la station des tramways, Marie-Augustine Aiguillard, 39 ans, mère de deux jeunes enfants, qui, ce jour-là remplaçait son mari au kiosque, et qui a été écrasée à la fois par une pierre tombée de la façade et par le cendrier de la locomotive.

accident granville paris.jpeg

La Société des Chemins de fer a payé son enterrement et versé une rente à ses deux enfants. Le conducteur Pellerin a été condamné à deux mois d’emprisonnement et 50 francs d’amende. Le chef de train Mariette à 25 francs d’amende.

 

 

Biblio. Merci aux pages Wikipédia et aux nombreux sites sur le sujet.

 

Écrire un commentaire