Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2016

L'histoire du patronyme de Jean Le Rond d'Alembert

Au milieu du XVIIIe siècle, paraît la grande Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. 18 000 pages de texte et 74 000 articles de culture, de sciences et d'idées nouvelles. Pourtant, celui qui, en 1749, écrit le magnifique "discours préliminaire" de cette première encyclopédie française et aussi la plupart des articles mathématiques, signe ses textes d'un énigmatique "O", non pas la lettre "O" mais un simple rond... Car c'est son nom !Jean Le Rond. Plus tard, il y ajoutera celui de d'Alembert.

d'alembert 03.jpg

Il naquit le 16 novembre de la 17ème année de ce début de siècle et mourra 17 ans avant sa fin. Comme la tradition le voulait alors, il reçu, au moment de son baptême, le nom de l'église devant laquelle des ouvriers le trouvèrent au petit matin du 17 novembre 1717 : l'église Saint-Jean-le-Rond.

d'alembert 01.jpg

Église Saint-Jean-le-Rond, à gauche de la tour nord de Notre-Dame de Paris

C'était une église de Paris dédiée à saint Jean-Baptiste et détruite en 1748. Elle était accolée à la tour nord de Notre-Dame de Paris, à l'emplacement actuel de la rue du Cloître-Notre-Dame. Enfant naturel, sa mère qui par la suite refusera tout contact avec lui, Claudine Guérin de Tencin (1682-1749), l'avait en effet abandonné et fait déposé la nuit de sa naissance par un serviteur dans une petite boîte en sapin, toutefois bien douillette, sur les marches de cette église.

d'alembert 00.jpg

J.-B. Le Rond d'Alembert (1717 -1783) - Quentin de la Tour, 1755.


Placé par les sœurs à l’hospice des Enfants-Trouvés, il fut ensuite rapidement confié à un nourrice, Madame Rousseau, née Étiennette Gabrielle Ponthieux (ca 1683 - 1775) qu'il aimera comme sa mère et chez qui il vivra jusqu’à ses cinquante ans. Probablement à la demande de son père biologique, le duc Léopold-Philippe d'Arenberg (1690-1754), l'homme de confiance de celui-ci, le chevalier Louis-Camus Destouches (1668-1726) veillera sur lui et sur son éducation en prenant à sa charge l'intégralité de ses études.

Brillant élève, le jeune homme obtient en 1735 le titre de maître ès-arts et choisit d'abord la voie du droit sous le nom de "Daremberg" qu'il changera ensuite en "D’Alembert" et qu’il conservera toute sa vie. Reçu avocat en 1738 , il entreprend des études de médecine qu'il abandonne pour se consacrer finalement aux mathématiques. Jean Le Rond d'Alembert fut à la fois un des plus grands théoriciens de son siècle, un remarquable praticien et un homme du monde.

 

 

Biblio. "Histoires de maths" de A. Deledicq et D. Izoard - Ed. du Kangourou - Paris, 2000.

Les commentaires sont fermés.