Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2016

Rouen a abrité le premier grand maître faïencier français !

C'est le plus inconnu des faïenciers français et pourtant ce n'est pas n'importe qui ! Artiste de génie, le normand Masséot Abaquesne est reconnu comme étant, et dès 1542, c'est-à-dire 20 ans avant Bernard Palissy (1510-1590) dont la renommée l'éclipsera pourtant, le premier grand maître faïencier de France ! Sa production de faïences est proche des majoliques italiennes. Il a à son actif la fabrication de magnifiques carreaux de céramique représentant des scènes historiées, des motifs d’arabesque, des emblèmes et des armoiries dans ce style italien prépondérant à la Renaissance.

masseot abaquesne 0.jpg

Le Déluge, embarquement sur l'Arche, de Masséot Abaquesne (1550)

Exposé au musée national de la Renaissance d'Écouen.

 

Né à Cherbourg (Manche) vers l'an 1500, on ne sait en réalité que peu de choses de lui si ce n'est qu'il aurait complété sa formation auprès des maîtres italiens de Faenza, la petite ville d’Italie qui a donné son nom à la « faïence ». Son identité apparaît pour la première fois dans un acte notarié de rouennais daté d'octobre 1526 où il est cité comme « emballeur » habitant de la paroisse Saint-Vincent. On sait qu'il dirigea une importante entreprise sise rue d'Elbeuf, au faubourg Saint-Sever, le quartier des potiers et qu'il prit part au développement de la manufacture de faïence de Rouen dont il devint même directeur.

Son œuvre la plus connue est le pavement exécuté entre 1540 et 1548 pour le château du connétable de France Anne de Montmorency (1493-1557), à Écouen (Val-d'Oise). Expression d'une technique très maîtrisée, il s'agit là d'un véritable tapis de faïence dont une partie est toujours visible in situ et en très bon état.

masseot abaquesne 2.jpg

Colombier de Boos (Seine-Maritime)

 

A son actif également, le pavement, aujourd'hui dispersé, de la chapelle du Château de la Bastie d'Urfé daté de 1557 et réalisé pour Claude d'Urfé (1501-1558), ambassadeur à Rome puis gouverneur des enfants de Henri II (1519-1559). Le musée du Louvre expose la partie la plus belle, c'est-à-dire le pavement de la marche de l'autel. Abaquesne est aussi l'auteur des carreaux de faïences qui ornaient le magnifique colombier de Boos (Seine-Maritime) construit par  l'abbesse Guillemette d'Assy en 1520.

masseot abaquesne 1.jpg

ALBAREL en faïence de grand feu,  décor polychrome dit " AU BUSTE de PROFIL" -

Partie de la commande de pots de pharmacie de l'apothicaire rouennais Pierre DUBOSC.

 

Il n’a pas limité sa production aux seuls revêtements faïencés. Comme le développement de la faïence a aussi accompagné celui de la médecine, il a également réalisé en 1545 pour l'apothicaire rouennais Pierre Dubosc 4152 pots émaillés destinés à confiner poudres, sirops, pilules et onguents et dont de nombreux éléments nous sont parvenus.

À sa mort vers 1564 à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), son fils Laurent continuera son œuvre aux châteaux d'Écouen et de Chantilly. Mais, à la fin du XVIIIe siècle, la porcelaine de Sèvres ou de Limoges entraînera le déclin de la faïence rouennaise.

 

Biblio. "L'Almanach de la Normandie" de B. et Cl. Quétel - Larousse 2002.

 

Commentaires

Bonjour,

Très bel article!

Une exposition sur l’œuvre de Masséot Abaquesne est actuellement présentée au musée national de la Renaissance au Château d'Ecouen.

L'exposition "Masséot Abaquesne, l'éclat de la faïence à la Renaissance" est présentée du 11 mai au 3 octobre 2016.

Belle fin de journée!

Écrit par : Sophia R. | 24/06/2016

Merci pour votre visite et cette information. Bel été à vous !

Écrit par : Catthy | 27/06/2016

Les commentaires sont fermés.