Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2017

« Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » ...

« Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » ... Les plus anciens d'entre-nous se souviennent de cette réplique culte ! Remontons ensemble le temps. 1958 : En ce premier janvier, à 20h15, quelques français privilégiés découvrent en noir et blanc, sur l'unique chaine de leur écran de télévision "La Clé de l'énigme ", tout premier épisode de la première série policière de la télévision française : les "Cinq Dernières Minutes"! C'est là l'unique fois où l'inspecteur Bourrel s'appelle l'« inspecteur Sommet » et où il enquête seul.

cinq dernieres minutes.jpg

Ce personnage est interprété par Raymond Souplex (1901-1972), aidé de son adjoint Dupuy, alias Jean Daurand (1913-1989). A chaque épisode, leur enquête les mène dans un milieu professionnel ou social nouveau et inconnu d'eux.

cinq dernieres minutes 1 (2).JPG

Créée par Claude Loursais (1919-1988), réalisateur, scénariste et producteur, pionnier de la télévision française. la série totalisera 155 épisodes répartis sur 3 générations. La première, de 56 épisodes, dont les cinq dernières en couleur, est diffusée du 1er janvier 1958 au 7 novembre 1973 sur RTF Télévision puis sur la Première chaîne de l'ORTF. Après une période transitoire comprenant 4 épisodes de 90 minutes diffusés du 19 juillet 1974 au 16 janvier 1975 sur la Première chaîne de l'ORTF, une deuxième série en 72 épisodes de 90 minutes en couleur sera diffusée de 1975 à 1992 sur Antenne 2, puis une troisième de 17 épisodes de 1993 à 1996 sur France 2.

À ses débuts, il s'agissait d'une émission-jeu, qui, tournée en studio, était diffusée en direct. Deux téléspectateurs sélectionnés assistaient au tournage et devaient deviner qui était le coupable de l'intrigue, au moment du célèbre : « Bon Dieu ! Mais c'est… Bien sûr ! » de l'inspecteur Bourrel.

cinq dernieres minutes 2.jpg

L'émission rencontrera un énorme succès populaire jusqu'à la disparition de son interprète principal. Par égard pour son interprétation, les commissaires incarnés par les acteurs suivants ne se nommeront plus Bourrel, mais Le Carré, Cabrol et Massard. Quant à l''indicatif musical du générique, il s'intitule "Arsenic Blues" et a été composé par Marc Lanjean (1903-1964).

Les commentaires sont fermés.