Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2016

Un pull marin bien normand !

N'en déplaise à nos amis de Bretagne, le véritable chandail des marins pêcheurs est né en Normandie ! Dans une petite cité du département de la Manche, à la frontière entre nos deux régions, la commune de Saint James, où Guillaume le Conquérant fit bâtir en 1067 une forteresse pour se protéger des attaques bretonnes ! Cité défensive jusqu’à la fin du XVe siècle, cité drapière du Xe au XVIIIe siècles, halte pour les pèlerins qui se dirigent vers le Mont Saint-Michel situé à une vingtaine de kilomètres seulement, Saint-James c'est aujourd'hui avant tout la capitale du pull marin normand !

saint james 3.png

Si elle aujourd'hui considérée comme l'une des plus anciennes, l'histoire de cette marque de mode française, que l'on doit prononcer “Saint Jam” et non “Saint James” avec un “s” , commence véritablement au début du XIXème siècle.

saint james 2.jpg

Depuis très longtemps déjà, dans cette région, on élève des moutons. Après avoir été filée et teintée, leur laine est revendue sous forme d’écheveaux et de pelotes aux merceries normandes. C'est en 1889 que le directeur de la filature et aussi maire de la commune, Léon Legallais, fonde la marque "Saint-James". Il se spécialise dans la fabrication de sous-vêtements et transforme l'activité familiale en véritable industrie.

saint james 1.JPG

Ses chemises de marins sont tricotées à partir d’une laine brute qui isole et tient particulièrement chaud. Le vêtement est long et couvre le buste et une partie des jambes comme une chemise de nuit. Il est rapidement adopté par les pêcheurs qui traquent la morue du côté de Terre-Neuve. Lorsque la pêche est moins bonne, certains d’entre eux prennent l'habitude de commercer avec l’Angleterre pour y vendre des produits primeurs comme de l’ail et de l’oignon. D’après la légende, c’est à cette époque qu’en voyant ces marins devenus “marchands d’ail” nait l’expression “chandail” en référence à la tenue si caractéristique qu’ils arborent.

Et ce chandail marin va évoluer au fil des ans : une maille plus serrée qui le rend imperméable, une coupe plus courte et près du corps pour servir de seconde peau et un boutonnage sur le côté permettant de l'enfiler plus facilement.

 

Biblio. "Les villes normandes et leurs spécialités" de F. et J. Tanguy - Ed. Le Pucheux - 2012.

Merci aux sites Wikipédia sur le sujet et commeuncamion.com.

Les commentaires sont fermés.