Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/01/2016

Les soldes ! L'idée géniale d'un normand

Ah ces normands, ils sont extraordinaires ! Une preuve supplémentaire ? Le saviez-vous : si elles sont bien une invention française, c'est à un normand que l'on doit ce moment magique que l'on attend toutes Mesdames, je vous parle bien entendu des SOLDES ! Et cet homme là se nommait Simon Mannoury. À l'origine, le mot "solde" s'employait au singulier et désignait un « reste d’étoffe, un coupon » qui n’avait pas été vendu. Ce n'est qu'on début du siècle dernier qu'il a pris le pluriel, en raison de l'encadrement législatif qui sera mis en place à partir de 1906.

SOLDE au petit saint thomas.jpg

Paris, 1906 - Crue de la Seine devant le magasin "Au Petit Saint-Thomas"

Notre normand ouvre à Paris, en 1830, à l'angle de la rue du Bac et de la rue de l’Université, un magasin de nouveautés qui sera la préfiguration du "grand magasin". On est à deux pas de l’église Saint-Thomas-d’Aquin, Mannoury baptise sa boutique "Le Petit Saint-Thomas" et s'inscrit pleinement dans la philosophie du Saint qui associe la foi et la raison. Pour ce commerçant de génie, il est important que la clientèle croit en lui comme en la réussite de son magasin. C'est dans cet esprit qu'il va développer sa politique commerciale. En profitant de la prospérité de l'économie des premières années du règne de Louis-Philippe (1773-1850), il commence par élargir son offre avec notamment des livres et des jouets à la période des étrennes. Parallèlement, il offre des activités ludiques, comme une promenade dans son magasin sur le dos d'un âne pour les enfants, l'âne du Petit Saint-Thomas, qui deviendra célèbre dans toute la ville. Il invente et développe la vente par correspondance et initie différentes expositions temporaires. Mais surtout, il sera le premier commerçant de la capitale à afficher publiquement ses prix. C'est pour renouveler régulièrement ses collections qu' il décide de déstocker chaque année en janvier à prix remisé, en faisant ressortir sur les étiquettes l’ancien et le nouveau tarifs : le principe des soldes est né !

SOLDE petit-saint-thomas-nouvelle-collection-large.jpg

Le magasin, emporté par la crise économique qui va frapper la France à partir de 1845, fermera ses portes en 1848. Sous la houlette de l'un de ses employés, un normand lui aussi qu'il a recruté en 1834, Aristide Boucicaut (1810-1877) ouvrira en 1852 le « Bon marché », le premier grand magasin parisien.

SOLDE AU BON MARCHE 1887.jpg

Le grand magasin parisien du Bon-Marché

Et c'est en appliquant avec une grande habileté les méthodes acquises en partie durant ses années de formation au "Petit Saint-Thomas" que Boucicaut fera fortune !

 

Merci aux pages Wikipédia sur le sujet.

Les commentaires sont fermés.