Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2015

13 novembre 1872, 7h35*...

... Hôtel de l'Amirauté, sur le grand quai du Havre. Le jour se lève à peine. Alors que dans la chambre d'à côté, sa femme et son fils dorment encore, de sa main sûre, l'artiste achève une petite huile sur toile, de 48 cm sur 63, en la signant à gauche d'un simple "Claude Monet 72". À cet instant, lui qui a grandit ici, ignore que sa vue de l'avant port normand  enveloppé d'une brume matinale d'automne, croquée en une seule séance, va devenir l'un des tableaux les plus célèbres de l'histoire de l'art.

 

impression hotel amiraute.jpg

 Hôtel de l'Amirauté du Havre

A l'époque, Monet (1840-1926) fait partie d'un groupe de jeunes artistes qui se distinguent en peignant en plein air « ce qu'ils voient ». Comme les portes du salon de peinture et de sculpture des membres de l'Académie restent hermétiquement fermées à la modernité de leurs toiles, avec notamment Pissaro, Renoir, Cézanne, Degas, Guillaumin et Morisot, formant la Société Anonyme des Artistes peintres, sculpteurs et graveurs, ils prennent la décision d'organiser leur propre exposition. Elle va se tenir à Paris, boulevard des Capucines, du 15 avril au 15 mai 1874 dans l' ancien studio du photographe Nadar (1820-1910). Et c'est à cette occasion que Claude Monet va présenter sa marine qu'il a baptisée d'un simple "Vue du Havre".

 

impression 1 (2).jpg

Sur l'insistance du journaliste en charge de la rédaction du catalogue, Edmond Renoir (1849-1944), il accepte cependant de la renommer  "Impression". Mais comme ce nom ne satisfait toujours pas le frère du peintre Pierre Auguste Renoir (1841-1919), il va le compléter d'un « soleil levant ».

Le 25 avril 1874, Louis Leroy (1812-1885), critique d'art au « Charivari », journal satirique français,  se sert de ce titre « Impression, soleil levant » pour fustiger ce qu'il appelle avec dégoût « l'exposition des impressionnistes ». Il faut dire qu'elle est un vrai désastre, assassinée tant par les critiques que boudée du public : le tableau de Monet ? On n'y voit rien ! Peindre la brume ? Une aberration !

 

impression claude monet.jpg

 Claude Monet ((1840-1926)

À l issue de l exposition la toile est achetée 800 francs par le collectionneur et ami de Monet, Ernest Hoschedé (1837-1891). Revendue en 1878 sous le titre "Impression, Soleil couchant", elle est depuis 1938 le fleuron du musée Marmottant. Elle ne reprendra son titre d "Impression, soleil levant" qu en 1965.

Monet et ses amis attendront trois ans avant de reprendre à leur compte en 1877 le qualificatif d' « impressionniste » qui leur avait fait tant de mal.

 

* La datation exacte de l’œuvre est le résultat d'une enquête publiée en 2014 par le Musée Marmottan-Monet.

Biblio. « d'Art d'Art ! » de F. et M-I. Taddeï – Ed. Du Chêne, 2008 et « L'histoire vraie du chef-d’œuvre de Claude Monet » - Revue Historia – Décembre 2014.

Les commentaires sont fermés.