Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2015

Pêches normandes, pêches gourmandes

C'est un péché que de ne pas manger de pêches en été... Née en Chine où elle est un symbole d'immortalité, sûrement bien avant la dynastie Shang (-1570, -1045), la pêche fut importée en Inde puis au Proche-Orient. Faisant suite à la conquête de la Perse, Alexandre le Grand l'introduisit en Europe sous le nom de « pecta ». Son nom latin « malum persicum », c'est-à-dire « pomme de Perse » donna « pessica » (bas latin), puis « pesca » (latin médiéval), puis  « pesche » (XIIe siècle), et enfin « pêche » (depuis 1740).

 

peches-fruit-ete-02.jpg

 

En France, on la cultive depuis le VIe siècle. L'histoire raconte que, pour satisfaire le roi Louis XIV (1638-1715) qui en raffolait, son jardinier de Versailles, La Quintinie (1626-1688), en produisit plus de 33 variétés différentes dont « le téton de Vénus » au nom tendrement évocateur de délices !

peche 3.gif

 Le potager de Versailles

On dit qu'autrefois les pêches de la vallée de Seine étaient fort justement réputées... Voici pour vous, amis gourmands aux babines alléchées, la recette simple et facile des pêches normandes*.

Il vous faut 3 livres de pêches bien mûres, quelques amandes mondées, 3 jaunes d’œufs, 10 g de beurre, 6 cuillerées de sucre roux, 40 cl de crème fraîche, 1 verre de Calvados, 1 gousse de vanille fendue.

peche.jpg

 

Ouvrir les pêches en deux et ôter le noyau. Les mettre dans une poêle haute de bord avec sucre vanille, amandes et noyaux. Cuire 10 minutes.

Rajouter la crème et les jaunes d’œufs, mélanger doucement avec une cuillère en bois et ramener presque à ébullition 5 minutes.

Flamber avec le Calvados et laisser presque refroidir. Déguster à la cuillère encore un peu tiède.

Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Cuisine Normande d'hier et d'aujourd'hui » de M. Bruneau – Ed. Ouest-France, 2001.

Les commentaires sont fermés.