Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/07/2015

La loi salique : une offense aux femmes de France !

Elle a bon dos cette étrange loi qu'on dit remonter aux Francs Saliens et qui aurait, pour toujours, exclu les femmes du pouvoir ! Si la loi des Francs a bel et bien existé, elle n'a jamais prévu d'empêcher les femmes de gouverner ! Il s'agit là en vérité d'une pure invention des hommes de la monarchie capétienne qui, en 1316, pour la première fois de son histoire, se retrouvent sans héritier mâle direct !

 

loi salique.png

 

Ce code de loi élaboré selon les historiens entre le début du IVe siècle et le VIe siècle pour le peuple des Francs dits « saliens », rédigé en latin, et comportant de forts emprunts au droit romain, portait surtout sur le droit pénal et les compositions pécuniaires car l'objectif de la loi salique était de mettre fin à la « faida », la « vengeance privée » en imposant le versement d'une somme d'argent et établissait entre autres les règles à suivre en matière d'héritage à l'intérieur de ce peuple. Ce n'est que plusieurs siècles plus tard, dans le courant du XIVe siècle, qu'un article de ce code va être exhumé, isolé de son contexte et employé par les juristes de la dynastie royale des Capétien pour justifier l'interdiction faite aux femmes de succéder au trône de France.

 

loi salique 0.jpg

 Code de lois des Francs Saliens

Depuis Hugues Capet (939-996), la couronne de France se transmet de père en fils. C'est ainsi qu'à partir de l'an 987 jusqu'à l'an 1316, à chaque génération, un héritier mâle aîné succède légitimement à son père. Une succession sans souci qualifiée par les historiens de « miracle capétien ».

Mais la mort le 5 juin 1316 du roi Louis X «  le Hutin » (1289-1316), c'est-à-dire « l'entêté », signe la fin du règne des Capétiens directs. Son seul fils, Jean Ier de France, né après sa mort, ne vivra que quelques jours. Alors, qui va bien pouvoir lui succéder sur le trône ? En toute logique dynastique, cela devrait être sa fille Jeanne (1311-1349), mais voilà, on doute fort de la légitimité depuis que sa mère la reine Marguerite de Bourgogne (1290-1315) a été convaincue d'adultère. On choisit donc le frère du roi défunt qui accède au trône sous le nom de Philippe V (1292-1322) dit « Philippe le Long » en raison de sa grande taille. Mais lui aussi s'éteint sans héritier. La couronne passe alors sur la tête du dernier frère, Charles IV dit « le Bel » (1294-1328). Et là encore, il meurt sans laisser de descendant mâle... Il reste bien une sœur aux trois derniers rois Capétiens, Isabelle de France (1292-1358), mais elle a été mariée au jeune roi d'Angleterre Édouard II (1284-1327), auquel elle a déjà donné un fils, le futur Édouard III d'Angleterre (1312-1377)  !

 

loi salique isabelle de france.jpg

  Isabelle de France (1292-1358)

Offrir la couronne de France à un anglais ? Impensable ! On invente donc alors de toutes pièces la prétendue loi salique stipulant qu'une femme en France ne peut régner ni transmettre un titre. Et le tour est joué ! En qualité de cousin germain du roi décédé, Philippe VI de Valois (1293-1350), surnommé le « roi trouvé », est couronné roi de France à Reims le 29 mai 1328. Son avènement ne va déclencher rien de moins qu'une guerre de succession entre les royaume de France et d'Angleterre qui va durer plus de cent ans...

 

Biblio. « Les pires décisions de l'histoire » de R.Thomazo – Larousse 2011.

Les commentaires sont fermés.