Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/04/2015

7 avril 1795 : place au mètre

Cela se passait il y a 220 ans ! En vertu de la loi du 18 germinal an III du calendrier républicain ou 7 avril 1795, le « mètre » remplace officiellement toutes les unités précédentes : « Il n'y aura qu'un seul étalon des poids et mesures pour toute la République : ce sera une règle de platine sur laquelle sera tracé le mètre qui a été adopté pour l'unité fondamentale de tout le système des mesures. (…) On appellera mètre, la mesure de longueur égale à la dix-millionième partie de l'arc du méridien terrestre compris entre le pôle boréal et l'équateur».

 

le metre 4.jpg

 

Dès le 8 mai 1790, l'Assemblée Constituante avait adopté, sur proposition de Talleyrand (1754-1838), l’idée de l’unification du système de mesure français. Un an plus tard, le 26 mars 1791, l'Académie des sciences, fondée en 1666 par le Contrôleur Général des finances Jean Baptiste Colbert (1619-1683), tournait définitivement la page d'un symbole monarchique très fort ! En pleine période révolutionnaire française, fini les pouces, les pieds et autres toises et place au « mètre », unité universelle de mesure de longueur !

Du grec ancien « métron » signifiant « mesure », le mètre est défini comme la « dix millionième partie du quart d'un méridien terrestre » ou d'un quart de grand cercle passant par les pôles, comme unité universelle de mesure des longueurs.

 

le mètre delambre.jpg

 Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

La mesure de la longueur exacte du méridien va donner lieu à une épopée de six années. Elle débute le 25 juin 1792. Deux astronomes et mathématiciens en sont chargés : pour Jean-Baptiste Joseph Delambre (1749-1822) la distance entre Dunkerque et Rodez, soit une portion d'arc de 760 km, et pour Pierre Méchain (1744-1804) celle entre Barcelone à Rodez. Il est prévu qu'ils n' effectuent leurs mesures que sur un arc suffisamment long de ce quart de méridien et qu'ensuite, par proportionnalité, ils obtiennent la longueur totale dudit méridien. Le résultat de leurs mesures est étonnant : 551 584,7 toises, avec une erreur remarquable de seulement 8 millionièmes ! La longueur du quart de méridien calculée est alors égal à 5 130 740 toises. 

 

le mètre Méchain.jpg

 Pierre Méchain (1744-1804)

De février 1796 à décembre 1797, seize mètres-étalons gravés dans du marbre sont placés dans Paris et ses alentours, afin de familiariser la population avec cette nouvelle mesure universelle. Deux d'entre-eux sont encore visibles aujourd'hui, l’un est au 36 rue Vaugirard et l’autre au 13 place Vendôme.

 

Biblio. « Les heures qui ont fait la France » in « Le Point » - Dec. 2014.

Les commentaires sont fermés.