Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2016

Le Bœuf Mironton ou l'art d’accommoder les restes

 « Malbrough s'en va-t-en guerre

Mironton mironton mirontaine

Malbrough s'en va-t-en guerre

Ne sait quand reviendra »

 

On ignore en fait quel est le rapport entre le général anglais John Churchill, duc de Malborough (1650-1722), qui a consacré l'essentiel de sa carrière militaire à lutter contre la France, et la recette du bœuf Mironton (quelque fois orthographié miroton) ? Par contre, on sait que celle-ci est certainement l'une des plus vieilles préparations de bœuf à la française !

 

boeuf miroton 1.jpg

 

De quand date-t'elle ? Si on trouve sa trace à partir de 1740, il est vraisemblable qu'elle soit née bien longtemps avant. En effet, il faut se rappeler que les possibilités de conservation des denrées alimentaires étaient très limitées chez nos ancêtres et qu'ils devaient en conséquence retravailler rapidement tous les restes de repas en les accommodant d’une façon ou d’une autre.

D'où vient-elle ? A l’origine, la recette du bœuf mironton ne contient pas d'oignons, mais seulement de la viande, coupée en tranches très fines, accompagnée d’une sauce au vinaigre, c'est-à-dire de la pure cuisine latine !...

 

boeuf miroton 3 (3).jpg

 

Comment est-elle arrivée jusqu'en Normandie ? Je ne saurais vous l'expliquer mais ce que je peux faire par contre, pour vous tous amis gourmands aux babines alléchées, c'est de vous donner la recette du bœuf Miroton façon « Pays de Caux »* : il vous faut 800 g de viande bœuf (macreuse gélatineuse ou gîte-gîte) cuite au pot-au-feu la veille, 6 gros oignons, 3 tomates ou 100 g de sauce tomate, 1 grosse noix de beurre, 2 louches de bouillon de pot-au-feu, 1 bouquet garni, sel, poivre, vinaigre de vin et cornichons.

 

boeuf miroton 1 (2).jpeg

 

Couper la viande en tranches minces. Pour la sauce, hacher grossièrement les oignons, les mettre à roussir dans le beurre, mouiller avec ½ verre de vinaigre de vin, laisser cuire et fondre les oignons à petit feu, ajouter les tomates coupées, le bouillon, le bouquet garni. Laisser cuire et réduire ¼ d'heure. Ajouter les cornichons hachés, rectifier l'assaisonnement. Mettre la viande dans cette sauce, faire réchauffer à petit feu. Servir avec des pâtes ou des pommes de terre. Bon appétit !

 

* Recette extraite de « Bonnes recettes d'une famille cauchoise » de F. Auger – Ed. Bertout 2002.

Les commentaires sont fermés.