Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2015

Messire le Chevalier, noble et riche de surcroît

 Né au Moyen-âge, le mot chevalier vient du bas latin « caballarius” signifiant « palefrenier » - « écuyer », dérivé du romain « caballus » ou « cheval ». C'était donc en résumé un combattant à cheval qui détenait toutefois un titre de noblesse. Le titre de Chevalier appartenait de droit et exclusivement aux nobles de nom et d'armes. On y parvenait après avoir passé les rangs de varlet ou de damoiseau, de page et enfin d'écuyer. Le Chevalier devait être en outre suffisamment riche pour s'équiper en armes, armure et entretenir des chevaux. Le Chevalier-banneret était lui encore plus riche puisqu'il lui appartenait de grouper plusieurs autres chevaliers sous sa bannière. Le XIIe et surtout le XIIIe siècle furent sans doute les siècles d’or de la chevalerie.

 

chevalier 1.jpg

 

Les Chevaliers servaient dans l'armée de leur seigneur féodal ou dans l'armée de leur roi ou encore s'engageaient comme mercenaires. Comme la noblesse devait justifier l'ascendance divine de son pouvoir par une conduite irréprochable, les Chevaliers suivaient un code d'honneur. Ils devaient, avec équité, assurer la protection des terres et l'exercice de la justice sur celles-ci. Seuls les Chevaliers pouvaient porter bannière, paraître dans les tournois, y disputer le prix, revêtir un collier d'or et une armure dorée et placer une girouette sur le haut de leur manoir. Ils prenaient le titre de Messire ou de Monseigneur, et leur épouse celui de Madame. La qualité de Messire, abrégé « Mre » lorsqu'elle était précédée de l'épithète « haut et puissant seigneur », signifiait de haute noblesse.

 

chevalier 2.jpg

 

Si les Chevaliers avaient le droit de « timbrer » leur blason par l'adjonction d'un casque, d'autres les « timbraient » de couronnes. C'étaient dans l'ordre : les Barons, quelquefois rehaussé du titre de Vidame, les Vicomtes, les Comtes, les Marquis, les Ducs et les Princes. Parmi les Ducs, on distinguait les Ducs et pairs qui détenaient leur titre par voie héréditaire, des autres, c'est-à-dire des Ducs à brevet. Mais tous avaient le droit à l'appellation honorifique de « cousins du roi ».

 

chevalier berthier.jpg

 Louis-Alexandre Berthier, Prince de Neufchâtel et de Wagram

Quant au titre de Prince, il était sous l'ancien régime quasiment réservé auxPprinces de sang qui descendaient par les mâles des rois Capétiens, avant que Napoléon n'en créât de nouveaux, en leur donnant souvent, comme aux Ducs, les noms de grandes victoire militaires. Ainsi Berthier fut ainsi Duc, puis Prince de Wagram.

 

Biblio. "Titres, préséances et honneurs en Normandie sous l'Ancien Régime" de F. Grandpierre et "Les titres de noblesse" de J-P. Portelette - Revue Généalogique Normande 2008 et 2004.

Les commentaires sont fermés.