Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2015

L’Écuyer, entre le Gentilhomme et le Chevalier

Dans la hiérarchie des titres de noblesse français, au-dessus du Gentilhomme et en dessous du Chevalier, se trouve l’Écuyer. "Le nom de Noble homme étant le genre, celui d'écuyer n'en étant que l'espèce". Le titre d’Écuyer marque la qualité de Gentilhomme. « Tout Escuyer est gentil-homme. C'est le plus bas et premier degre de noblesse, et par ce que les Notaires en France donnent ce tiltre d'Escuyer à tout gentil- homme n'ayant tiltre plus signalé …  Il est defendu de prendre la qualité d'Escuyer, si on n'est Gentilhomme ou noble ! » "La possession immémoriale du titre d'écuyer suffit en Normandie pour que l'on ait droit de se dire noble. (...) L'écuyer (...) s'appelloit que Sire, du lieu auquel son fief donnoit le nom et n'avoit que des éperons blancs. (...). Il est souvent désigné dans les actes notamment notariés "M de... ou "le Sr de..." suivi du nom du fief ou de la terre.

 

ecuyer 2.jpg

 

Du bas latin « scutarius », soldat de la garde impériale qui portait un bouclier, l’Écuyer était à l'origine un Gentilhomme ou un anobli accompagnant un Chevalier et portant son écu. En effet, à l'époque des tournois, chaque Chevalier devait présenter ses armes afin de s'identifier. C'était la mission de l’Écuyer que de tenir l'écu armorié. Ensuite, le titre d'Écuyer a été employé pour désigner un jeune noble, qui, après avoir été page, valet et damoiseau, se préparait à devenir Chevalier par adoubement. Au Moyen Âge, l'adoubement était une cérémonie officielle à laquelle de nombreux nobles assistaient et qui consistait à consacrer un homme comme chevalier du roi. Tout homme de bonne naissance, autrement dit riche et descendant de seigneurs, après avoir été écuyer pouvait devenir chevalier.

 

escuyer 1.jpg

Jean II adoubant des chevaliers, enluminure des XIVe / XVe siècle

À partir du XIVe siècle apparaissent, dans les cours princières, des charges ou offices d’Écuyer dont certaines d'ailleurs sans rapport avec la chevalerie.

Parmi celles-ci, le Grand écuyer de France, responsable des écuries, communément appelé « Monsieur le Grand » avait la charge des chevaux de selle de la Cour. Son adjoint, le Premier écuyer, « Monsieur le premier », commande la Petite Écurie du roi, c'est-à-dire les chevaux dont sa majesté se sert le plus ordinairement, les carrosses, les calèches, les chaises à porteurs. C'est lui aussi qui donne la main à sa majesté, si elle a besoin d'aide, pour monter en carrosse ou en chaise

L’Écuyer de main, appelé aussi Écuyer d'honneur, est celui qui, chez les Princesses & grandes Dames, non seulement commande leur écurie, mais encore leur donne la main pour leur aider à marcher. « Ce mot s'est estendu à tous ceux qui donnent la main aux Dames, soit qu'ils soient leurs domestiques, soit qu'ils soient leurs galants, soit qu'ils le facent par pure civilité ou rencontre. Cette partie étoit bien assortie, chaque Dame avoit son escuyer

ecuyer 3.jpg

 Henri Coiffier De Ruzé, Marquis De Cinq-Mars Grand Écuyer De France

Créé en 1306 par une ordonnance royale de Philippe le Bel, le premier « valet tranchant », qui prendra par la suite le nom de « Premier écuyer tranchant », avait la garde de l'étendard royal. Il devait dans cette fonction marcher à l'armée « le plus prochain derrière le roi, portant son fanon qui doit aller çà et là partout où le roi ira, afin que chacun connaisse où le roi est». En temps de paix, l’écuyer tranchant se transforme en officier de bouche. A la table royale, il découpe les aliments, notamment la viande. On distingue le Grand écuyer tranchant qui appartient à la maison du Roi, et l'« écuyer de cuisine » qui désigne le maître cuisinier d'un Prince ou d'un grand Seigneur.

 

Biblio. :"Titres, préséances et honneurs en Normandie sous l'Ancien Régime" de G. Grandpierre  - Revue Généalogie Normande - 2008 et "Trésor de la langue française" (1606) - Nicot.

Commentaires

Très intéressant. Merci beaucoup pour ce rappel historique. Benoît de MesRacinesFamiliales

Écrit par : Benoît Petit | 04/02/2015

Merci pour ce message et belle journée à vous !

Écrit par : Cathy | 05/02/2015

Les commentaires sont fermés.