Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2014

La frênette de mon grand-père Henri...

« Sa couleur tire sur celle du champagne. Elle a un léger nez de pomme et son goût fait penser à celui d'un cidre léger. Son pétillant est issu de la refermentation en bouteille. C’est un produit très frais, naturel et original. Son faible taux d’alcool en fait une boisson à boire sans modération à toute heure de la journée, servie à une température de 8° et 10° C. » 

Chaque année, pour les jours de chaleur, en complément du cidre, avec des feuilles fraîches de frêne, authentique arbre normand, mon grand-père confectionnait de la frênette ou cidre de frêne, désaltérante et pétillante à souhait.

 

frene 2.jpg

 

Tonique et dépurative, efficace contre la goutte, l'arthrite et l'arthrose, les normands, particulièrement ceux du Pays de Caux, attribuaient à ce breuvage toutes sortes de vertus comme celle d'augmenter la longévité !

 

frenette 3.jpg

 

« La vraie frênette n'était jadis confectionnée qu'avec des feuilles de frêne et de l'eau qu'on mettait ensemble à fermenter. Point de chicorée, de sucre, de levure, ou d'acide tartrique. Mais le processus nécessitait la contribution de pucerons qui tiraient la sève sucrée des jeunes rameaux et en rejetaient une bonne partie sur les feuilles. Plus il y avait de sève sucrée sur les feuilles, meilleure était la fermentation. Mais comme les pucerons n'étaient pas toujours au rendez-vous, les paysans français ont mis au point quelques autres versions de la célèbre boisson. La plus populaire comprend de la racine de chicorée torréfiée, qu'on aura récoltée au printemps ou à l'automne précédent, coupée en morceaux puis fait sécher pendant quelques jours sur de la toile moustiquaire. »

Et comme d'habitude, pour tous les gourmands aux babines alléchées, voici la recette de la frênette* : 200 g de feuilles de frêne fraîches, 50 litres d'eau, 1 cuillère à soupe de chicorée, 3 kg de sucre, 50 g d'acide tartrique, ¼ de livre de levure et un petit fût de 50 litres.

 

fut de 50 l.jpg

 

Faites bouillir les feuilles de frêne dans 5 litres d'au avec la chicorée et le sucre. Retirez du feu, puis ajoutez l'acide tartrique et la levure. Versez dans un tonneau bien propre et remplissez ce dernier de 45 litres d'eau. Laissez reposer 5 à 6 jours. Fermez le tonneau, laissez reposer encore 10 jours et mettre ensuite en bouteilles. Bouchez celles-ci avec un bouchon maintenu par un fil de fer. Elle sera bonne à boire 3 mois plus tard !

Bon appétit ! 

 

* Recette extraite de « Recettes Normandes de nos grands-mères » de L. Gildas – Ed. Reflets de Terroir-2005.

Merci aux sites http://www.vignes.be/frenette.htm, http://www.passeportsante.net et http://instantssaveurs.canalblog.com

Les commentaires sont fermés.