Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2015

Le normand qui a découvert Neptune

C'est l'un des plus grands savants du XIXe siècle ! Né à Saint-Lô (Manche), le 11 mars 1811, véritable génie en mathématiques, diplômé de l’École polytechnique, passionné de mécanique céleste, Urbain Le Verrier découvre l'astronomie, non comme la plupart des astronomes, avec les yeux, derrière une lunette, mais la tête dans ses calculs...

urbain le verrier,neptune,mécanique céleste

Car c'est bien grâce à ceux-ci que, le 23 septembre 1846, un astronome allemand de Berlin peut observer une huitième planète à laquelle notre savant normand aurait bien volontiers légué son nom. Elle sera baptisée Neptune, du nom d'une divinité, comme Jupiter, Mars ou Vénus avant elle. Maigre consolation cependant, un anneau portera son nom.

urbain le verrier.jpg

 Urbain Le Verrier

Devenu directeur de l'Observatoire de Paris, on lui doit aussi les premiers pas de la météorologie moderne. À la suite de la terrible tempête du 14 novembre 1854 qui traversa l'Europe d'ouest en est, causant la perte de 41 navires dans la Mer Noire, il va mettre en place un premier réseau d'observatoires météorologies sur le territoire français. Destiné avant tout aux marins, pour les prévenir de l'arrivée des tempêtes, ce réseau regroupera 24 stations dont 13 reliées par télégraphe, puis s'étendra à 59 observatoires répartis sur l'ensemble de l'Europe en 1865.

urbain le verrier 2.jpg

Fort de sa célébrité scientifique, Le Verrier devient député de la Manche en 1849, puis sénateur durant deux décennies. Élu Conseiller général du canton de Saint-Malo-de-la-Lande en 1852, cet homme au caractère difficile sera aussi président du conseil général de la Manche de 1858 à 1870.

Il décède à Paris, le 23 septembre 1877.

Photo et biblio : Illustres Normands 2ème édition - Ouest-France H-S 2012.

 

Les commentaires sont fermés.