Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2014

Le normand Géricault, « Peintre des chevaux »

Le lieu-dit « Hôtel Géricault » existe toujours à Saint-Cyr-du-Bailleul, dans le sud du département de la Manche.

 

Gericault 1.jpg

 « Hôtel Géricault »de Saint-Cyr-du-Bailleul,

Enfant, le jeune Théodore Géricault, né à ROUEN, au numéro 13 de la rue de l'Avalasse, le 26 septembre 1791 dans une famille royaliste, aime fréquenter cette petite commune du Mortainais. Il y séjourne chez son oncle, l'avocat et homme politique Siméon-Jacques Bonnesoeur-Bourginière. Chez l'un des voisins, maréchal-ferrant de son état, Théodore scrute les chevaux, les dessine. Il les monte aussi. Son amour du cheval lui sera fatal : l'ancien mousquetaire au port altier mourra à 33 ans prématurément du mal de Pott qu'avait accéléré une mauvaise chute de cheval.

 

gericault 2.jpg

Théodore Géricault par Alexandre Colin, 1816.

Il n'a que 20 ans quand il se fait remarquer au Salon avec son tableau « Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant ».

 

gericault 3.jpg

 Le Radeau de la Méduse

Comme Flaubert avec Madame Bovary, Théodore Géricault, s'inspire d'une fait réel pour réaliser son chef-d’œuvre, « Le Radeau de la Méduse », une très grande toile exposée au musée du Louvre à Paris en 1819. C'est l'histoire du naufrage de la frégate « La Méduse » qui sombre, en 1816, près des côtes du Sénégal. Cent cinquante hommes prennent place sur un radeau qui dérive une dizaine de jours. La situation se dégrade vite. Géricault se fait raconter la tragédie par les rescapés, suspectés de cannibalisme. Lors de sa présentation en 1819, le tableau fait polémique en France, mais soulève l'enthousiasme en Angleterre ou Géricault part vivre. Il peint « Le Derby » en 1821 à Epsom. Le cheval devient alors le thème central de son œuvre.

A sa mort, ses cousins bas-normands gardent précieusement de nombreux tableaux et lithographie du peintre. Et entament un procès pour être reconnus comme héritiers. Malheureusement, les œuvres récupérées sont détruites lors des bombardements de l'été 1944.

Les commentaires sont fermés.