Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2014

Gentil coquelicot, Mesdames, gentil coquelicot nouveau

 « Le myosotis, et puis la rose
Ce sont des fleurs qui disent quelque chose
Mais pour aimer les coquelicots
Et n'aimer que ça... faut être idiot! »

Chanson de Mouloudji (1922-1994)

Étonnant destin que celui du coquelicot : une mauvaise herbe, une fleur des champs indésirable, qui, grâce à quelques coups du pinceau magique du normand Claude Monet (1840-1926), devient icône !

 

coquelicots 1.jpg

 « Les coquelicots » Claude Monet (1873)

Métaphore entre la couleur de la fleur et celle de la crête du coq, d'ailleurs il s'écrit d'abord « coquelicoq » (1545), son drôle de nom vient de « coquerico », ancienne graphie de « cocorico », désignant ce gallinacé par onomatopée.

Mais savez-vous que dans le langage des fleurs, le coquelicot incarne l'extravagance fantasque ou l'ardeur fragile ? Que les noces de coquelicot se célèbrent au bout de huit ans de mariage ? Qu'il a été associé au siècle dernier, en particulier dans les pays du Commonwealth (Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande…) au souvenir des combattants, et tout spécialement des soldats tombés lors de la Première Guerre mondiale, à l'instar du bleuet en France ? Et qu'associé à celui-ci et à la marguerite, il est l'emblème floral de la France ?

coquelicot 2.JPG

Le coquelicot se plaît en Normandie. Il affectionne les milieux plutôt calcaires, les bords des chemins et les friches. C'est une plante messicole, une plante des moissons. Sa fleur est légèrement narcotique, calmante, adoucissante et pectorale. D'ailleurs, autrefois, il paraît que des nourrices peu scrupuleuses mettaient des pétales de coquelicot à infuser dans le biberon ou dans la bouillie des enfants pour s'assurer de leur bon sommeil... Le coquelicot fait partie de la célèbre tisane dite des quatre-fleurs avec le pied de chat, le tussilage et la mauve.

coquelicot 3.jpg

En gastronomie aussi, il peut étonner. Rien de plus simple en effet que de confectionner un sirop de coquelicot* qui nappera vos desserts en leur donnant une belle couleur. Il vous faut 400g de pétales pour 1,4 kg de sucre et 1 litre d'eau. Vous les jetez dans l'eau bouillante. Puis, après avoir éteint le feu, vous laissez infuser le temps du refroidissement. Filtrez en pressant pour exprimer tous le jus, ajoutez le sucre et faites cuire jusqu'à la bonne consistance du sirop. Comme tous les autres sirops, sa conservation dépend de sa stérilisation.

* Recette issue de « L'herbier normand » de N. Leroux-Morlet – Ed. des Vents et Marées -2014.

25/06/2014

Repetto, cadeau d'une mère à son fils

Saviez-vous que l'on doit les pointes, ballerines et chaussons de danse Repetto à la mère d'un de nos plus grands chorégraphes français ?

repetto 4.jpg

Quand l'histoire commence, en 1947, Rose Repetto (1917-1984) n'a que 40 ans. D'origine italienne, c'est pour l'un de ses fils, Roland, qui revient fréquemment de ses cours de danse les pieds en sang, qu'elle va mettre au point un chausson permettant une plus grande aisance dans la pratique de cet art.

Ingénieuse et bonne couturière,elle se sert du « cousu-retourné », la semelle en cuir est cousue à l’envers avant d’être retournée, pour créer des chaussons-pointes qui vont ni plus ni moins révolutionner la danse.

Le succès est immédiat et rapidement elle va abandonner son métier de bistrotière pour ouvrir un atelier près de l’Opéra de Paris. C'est là qu'elle fabrique en nombre les ballerines qui vont désormais porter son nom, les ballerines Repetto.

repetto,ballerines de danse,pointes,brigitte bardot

Neuf ans plus tard, en 1956 , une jeune actrice et danseuse, déjà cliente de l’atelier, va donner à Repetto "la juste dose de paillettes nécessaire pour métamorphoser la marque d'un fabricant spécialisé en un mythe discret d'élégantes branchées". Brigitte Bardot fait ses premiers pas dans le cinéma aux côtés de Roger Vadim quand elle fait appel aux talents de Rose pour lui inventer une ballerine de ville, avec laquelle elle exécutera le torride mambo de Et Dieu créa la femme. Cette ballerine réalisée en rouge carmin, baptisée « Cendrillon », devient dès lors l'accessoire indispensable des jeunes filles en robes vichy.

repetto 2.jpg

Rose Repetto transférera son atelier-magasin au 22, rue de la Paix à Paris où de nombreux danseurs étoiles de l'Opéra Garnier seront ses clients : Maurice Béjart, Rudolf Noureev, Mikhaïl Barychnikov, Carolyn Carlson, Cyril Atanassoff,... mais aussi les danseurs des Folies Bergère deviennent dès lors ses clients attitrés. Sans oublier bien sûr son fils, Roland Petit et sa belle-fille Zizi Jeanmaire.

Biblio. Merci au site des ateliers Repetto et aux pages Wikipédia sur le sujet.

22/06/2014

L'amputation du canonnier

C’est au cours de l’hiver 1812, pendant la terrible retraite de Russie qui décima la quasi-totalité de l’armée impériale, que se place cet épisode raconté par Louis-François, Baron Lejeune (1775-1848), Général de brigade et chef d’état-major de Louis Nicolas d’Avout (1770-1823).

CANONNIER 1.jpg

 Louis-François, baron Lejeune (1770-1848)

« Fatigué de la marche, je m’étais  assis sur un tronc d’arbre, à côté d’un  beau canonnier récemment blessé. Deux officiers de santé vinrent à passer ; je les priai de visiter sa blessure.

 Au premier aperçu, ils dirent :

- Il faut faire l’amputation du bras.

Je demandai alors au canonnier s’il serait disposé à la supporter.

- Tout ce qu’on voudra, répondit-il fièrement.

- Mais, dirent les officiers de santé, nous ne sommes que deux ; il faudrait, monsieur le général, pour opérer cet homme, que vous eussiez la bonté de nous aider.

En voyant que leur proposition me souriait fort peu, ils se hâtèrent d’ajouter qu’il suffirait que je permisse au canonnier de s’appuyer sur dos pendant l’opération, que je ne verrais pas. Alors, j’y consentis ; je me mis en posture, et je crois que cela me parut plus long qu’au patient lui-même. Les officiers de santé ouvrirent leur giberne, le canonnier ne proféra ni une parole, ni un soupir. Je m’entendis un moment que le petit bruit de scie et, peu de secondes ou de minutes après, ils me dirent :

- C’est fini ! Nous regrettons de n’avoir pas un peu de vin à lui donner à boire pour le remettre de l’émotion.

CANONNIER 3.jpg

Il me restait une demi-fiole de Malaga, que je ménageais en n’y touchant de loin en loin, que goutte à goutte. Je la présentai à l’amputé, qui était pâle et silencieux. Ses yeux aussitôt s’animèrent  et, tout d’un trait, il me la rendit complètement vide. Puis, en me disant : « j’ai encore loin d’ici « Carcassonne », il partit d’un pas ferme que j’aurais eu peine à suivre. »

CANONNIER 4.jpg

Sur les 691 500 hommes qui avaient franchi la frontière Russe au début de la campagne, le 22 Juin 1812, il y a deux cent deux ans, moins de 30 000 ont réussi à repasser la frontière dans l'autre sens et à sortir définitivement du territoire Russe, les 14 et 15 Décembre de la même année !

 

Biblio. « Historia » - Décembre 1997 – N° Spécial 356 bis.

Merci au site de jean-claude.colrat.pagesperso-orange.fr