Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2015

Marianne, une Colmarienne icône de la République

Particularité de notre pays, symbole républicain s'il en est, "Marianne" personnifie en France la République et non la nation française. Si les premières représentations d’une femme à bonnet phrygien, apparaissent sous la Révolution française, l'histoire de "Marianne", icône de la liberté et de la démocratie, débute réellement le 18 Fructidor de l’An V de la République (4 septembre 1797). Ce jour-là, la Convention Nationale succède à l'Assemblée législative. Elle fonde la Première République. Ceux qui la dirige ont la lourde tâche de lui donner un visage humain : la besogne n'est pas évidente après cinq ans de Terreur !

 

barras 1.jpg

 Paul François Jean Nicolas, Vicomte de Barras (1755-1829)

Et c'est dans cet esprit que le Directoire cherche à lui trouver un nom plaisant. Un de ses membres, Paul François Jean Nicolas, Vicomte de Barras (1755-1829), va le découvrir lors d'une réception chez le Colmarien Jean-François Reubell (1747-1807) et son épouse née Mouhat (1759-1813). Comme il s'enquiert du prénom de son hôtesse, « Marie-Anne » lui répond-telle. «Parfait, il est simple, il est bref et sied à la République, autant qu'il sied à vous-même».

 

reubell.jpg

Jean-François Reubell (1747-1807)

C'est ainsi que "Marianne" deviendra symbole de la République. Cela vaudra même à son inspiratrice, Marie-Anne Mouhat, une pension à vie de 6.000 livres accordée par Napoléon. Pourtant, ce n'est qu'à partir de juin 1848 que ce prénom commencera a être donné de façon clandestine pour désigner la République et qu'après 1877 que les "Marianne" vont apparaître dans les Hôtels de Ville en remplacement des bustes de Napoléon III.

 

marieanne.png

 

Les commentaires sont fermés.